Témoigage d'une peur peu ordinaire en France

Témoigage d'une peur peu ordinaire en France mais coutumière dans certains états !

Voilà , la ligne rouge est franchie . La peur est là ; la crainte , la parano ! . Celle de dire , de faire ou de soutenir symboliquement !

Je ne parle pas de cette peur que la majorité des Français vivent insinueusement dans leur têtes  , même si....

Ou de celle qui vous empêche de participer a des manifs pour soutenir l'écologie , les retraites ou les GJ  !

Ni celles de se faire mutilés un samedi d'été , ou celle de se faire arrêter devant ses enfants , son epoux ou son épouse .

La peur de voir défloré son casier judiciaire vierge par une justice arbitraire d'une condamnation imaginaire dans les faits mais... pourtant bien réelle sur le papier. . Non ! Je ne parle pas de ces peurs là ! L'ultra violence policière est acquise , les Français ne sortent plus pour soutenir physiquement et démocratiquement leur opinions . Seuls ceux qui sont jeunes et inconscients le font . Jusqu'a la blessure ouverte , la mutilation ou... pire ;

Bref , la blessure qui change votre vie et qui est irrémédiable et vaine  .

Car dans ce gouvernement il y a , en plus de la négation et l'impossibilité de le faire réagir humainement  , la certitude de l'inutilité d'agir car le mur du totalitarisme est devant .

Non  ! Je veut parler de cette peur qui fait que je ne met plus devant mon pare brise mon GJ , de peur de me faire arrêter sur une route de campagne un dimanche matin  alors que je vais chercher des clopes et du pains pendant que mes amis font les grillades , que les enfants s'amusent chez moi en attendant mon retour , avec les femmes qui rient et les animaux qui tentent en vain d'attraper l'eau de l'arrosoir automatique , bref , un dimanche en France !

Peur qu'ils (les flics) aient les couilles a l'envers et qui , a défaut de trouver un manquement sur mon véhicule , me pousse dans les derniers retranchements de la politesse et de ce qui est acceptable , pour peu que , comme moi , on est nulles craintes du nombres ni du qui se trouve devant soi , surtout quand l'injustice et le fachisme remplace la bienveillance , de celle qui n'existe plus chez  nos forces de l'ordre , et qui aussi , se foutent bien de savoir  qui se trouve devant eux , la force fait loi et ferme la !!

La peur de finir au poste au mieux et au pire de se faire tabasser a coups de matraque sans témoins , de se faire plaquer , étouffer et finir le dimanche a l'hosto au mieux ou entre quatre planche au pire , bref , un dimanche en France !

Ma famille et mes amis regardent la montre , s'inquiète jusqu'au terrible coup de fil m'étant un terme au soleil , aux grillades , a la joie de vivre , de voir sa femme , ses enfants et ses amis .

Du pain ? je suis le seul a en bouffer et il en restait encore .Des clopes ? Mes potes en avaient , nuls besoins de sortir la voiture , mais...ne suis je pas en France ? Faut 'il réfléchir a deux fois et peser les risques que ,  le simple fait d'aller chercher du pain dans ce beau pays peut engendrer ? Dois je emprunter les chemins de traverse en vélo non pas pour le plaisir mais de peur de croiser des policiers ?

Voilà , c'est fait  ! La peur est là ,  a tout les niveaux . Physique et psychologique , invisible , réelle et persistante . On commence a s'y habituer , on vit avec ; on s'empêche de porter tels ou tels vêtements ou insignes car ,  on peut se faire arrêter partout sans avoir rien fait de mal et finir au tribunal , en prison ou au cimetière , bref , finir en info  , et ce , tout les jours de la semaine en France , 

sous le Macronisme !!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.