Danyves
Abonné·e de Mediapart

580 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 janv. 2017

Danyves
Abonné·e de Mediapart

Comment Trotsky explique la soumission européenne aux USA

Depuis quand, et pourquoi, sommes-nous ainsi soumis aux américains ? Voyons un maître pour comprendre la situation.

Danyves
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

22

Jan

2017

Comment Trotsky explique la soumission européenne aux USA

par Les-crises.fr DT dans Crise de l'Europe

Share

Source : Nicolas Bonnal, 29.09.2016

Depuis quand, et pourquoi, sommes-nous ainsi soumis aux américains ? Voyons un maître pour comprendre la situation.

Contrairement à ses disciples archéo-crétins ou néocons, Léon Trotsky est souvent irréprochable sur le terrain de l’analyse: voyez ce qu’il dit de Léon Blum dans son journal! Sur l’actuelle soumission de l’Europe, on peut lire ces lignes prononcées en juillet 1924:

« Le capital américain commande maintenant aux diplomates. Il se prépare à commander également aux banques et aux trusts européens, à toute la bourgeoisie européenne. C’est ce à quoi il tend. Il assignera aux financiers et aux industriels européens des secteurs déterminés du marché. Il réglera leur activité. En un mot, il veut réduire l’Europe capitaliste à la portion congrue… »

Trotsky confirme une balkanisation de l’Europe voulue par les USA :

« Déjà, dans les thèses pour le 3e congrès de l’I. C., nous écrivions que l’Europe est balkanisée. Cette balkanisation se poursuit maintenant. »

L’Europe n’est plus l’Europe depuis Versailles en 1919. Et contrairement au général De Gaulle qui pensait que la Russie trahissait sa race, Trotsky comprend que c’est l’Amérique des banquiers humanitaires qui trahira sa race :

« Dès qu’elle sera en guerre avec l’Angleterre, l’Amérique fera appel aux centaines de millions d’Hindous et les invitera à se soulever pour défendre leurs droits nationaux intangibles. Elle agira de même à l’égard de l’Égypte, de l’Irlande, etc. De même que, pour pressurer l’Europe, elle s’affuble maintenant du manteau du pacifisme, elle interviendra, lors de sa guerre avec l’Angleterre, comme la grande libératrice des peuples coloniaux. »

C’est la destruction des empires coloniaux expliquée par Roosevelt à de Gaulle pendant la guerre. Puis on produit les guerres du Vietnam, de Libye, de Syrie ou du Kosovo.Trotsky comprend aussi que chaque invocation religieuse à l’abaissement des tarifs douaniers sert un mot d’ordre plus obscur :

« L’histoire favorise le capital américain: pour chaque brigandage, elle lui sert un mot d’ordre d’émancipation. En Europe, les États-Unis demandent l’application de la politique des “portes ouvertes”… Mais, par suite des conditions spéciales où se trouvent les États-Unis, leur politique revêt une apparence de pacifisme, parfois même de facteur d’émancipation. »

John Hobson, socialiste britannique cité par Vladimir Lénine, indique lui en 1902 que le meilleur alibi de l’impérialisme est l’humanitarisme. Ah, les révolutions orange! Organiser un coup d’Etat au nom des ONG et des idées démocrates! Et mettre ensuite aux pas les opposants, et en prison les Lula! Bombarder par amour!

Trotsky affirme que le meilleur allié des Etasuniens dans cette infecte inféodation des Européens n’est jamais la droite, quelque couards et stupides que puissent être ses politiciens! Non, le meilleur allié du ploutocrate américain, c’est la gauche, c’est la social-démocratie. Et c’est Le Révolutionnaire du siècle passé qui l’écrit :

« Pendant ce temps, l’Amérique édifie son plan et se prépare à mettre tout le monde à la portion congrue… La social-démocratie est chargée de préparer cette nouvelle situation, c’est-à-dire d’aider politiquement le capital américain à rationner l’Europe. Que fait en ce moment la social-démocratie allemande et française, que font les socialistes de toute l’Europe ? Ils s’éduquent et s’efforcent d’éduquer les masses ouvrières dans la religion de l’américanisme; autrement dit, ils font de l’américanisme, du rôle du capital américain en Europe, une nouvelle religion politique. »

Nous sommes toujours en plein rationnement et en pleine religiosité étasunienne grâce à Goldman-Barroso et au PS. Et Trotsky ponctue, avec ce bel élan lucide qui faisait bouger des masses populaires depuis bien anesthésiées :

« En d’autres termes, la social-démocratie européenne devient actuellement l’agence politique du capital américain. Est-ce là un fait inattendu? Non, car la social-démocratie, qui était l’agence de la bourgeoisie, devait fatalement, dans sa dégénérescence politique, devenir l’agence de la bourgeoisie la plus forte, la plus puissante, de la bourgeoisie de toutes les bourgeoisies, c’est-à-dire de la bourgeoisie américaine. »

43% des milliardaires mondiaux sont américains en 2015. Avec 50% de la capitalisation mondiale (pour 14% du PNB!), Wall Street mène le bal à sa guise, aussi bien à Paris qu’à Berlin ou à Sao Paulo.

Enfin sur la culture de la dette, je trouve ces lignes amusantes :

« La politique européenne de l’Amérique est entièrement établie sur le principe de la dette. Allemagne, paye à la France; Italie, paye à l’Angleterre; France, paye à l’Angleterre; et tout le monde, payez-moi!Voilà ce que dit l’Amérique. Cette hiérarchie des dettes est une des bases du pacifisme américain. »

__________________________________

Bibliographie Léon Trotsky- Discours sur les perspectives de l’évolution mondiale (sur Marxists. Org) John Hobson — Imperialism, a study (sur Marxists.org)

Source : Nicolas Bonnal, 29.09.2016

Voir aussi :

14 réponses à Comment Trotsky explique la soumission européenne aux USA

Commentaires recommandés

Fritz Le 22 janvier 2017 à 01h08

Texte merveilleux d’actualité. A jeter à la face des sociaux-traîtres, comme ceux de la primaire des bouffons, ce dimanche. Cette gauche-là est l’idiote utile du capitalisme et de l’atlantisme.
Merci, Lev Davidovitch.

Voir dans la discussion

Jacky Soulié Le 22 janvier 2017 à 02h58

Afficher/Masquer

L’article est intéressant mais l’auteur me semble assez ambigu. Son parcours est trouble entre ses responsabilités au sein du GUD et sa contribution à plusieurs sites plus ou moins proches de l’extrême droite “intelligente”, la vraie, celle issue de la Nouvelle Droite, d’Acropole et du Club de l’Horloge (sans compter ses thèses sur “le pouvoir démiurgique du réseau informatique créateur de mondes virtuels – qu’il compare à celui du Grand Architecte de l’Univers –, une « technoglose » ouvrant sur une nouvelle voie initiatique” et autres gloubi-boulgas pseudo spirituels)…
Le message est plus important que le messager, certes mais il y a des limites !

Pour le moins, cela mériterait une présentation de l’auteur.
Je publie donc le lien de sa fiche Wikipédia.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Bonnal_(%C3%A9crivain)

Répondre

 +7

Alerter

  • FracoisG Le 22 janvier 2017 à 03h58

    Afficher/Masquer

    Vous faites la bonne démarche. Exactement ce qu’il faudrait faire pour tous les “spécialistes” payés par le système qui viennent sur nos médias défendre le système en place.
    Sans qu’on ne voit, en face, des contradicteurs non financés par le système. C’est beau la belle pensée unique du bien universel.

    Répondre

     +1

    Alerter

  • alain samoun Le 22 janvier 2017 à 06h02

    Afficher/Masquer

    Merci Jacky,premiere fois que je lis un facho,pardon un exGUD, parler si bien de Trotsky…

    Répondre

     

    Alerter

  • Alfred Le 22 janvier 2017 à 09h17

    Afficher/Masquer

    Il me semble que cette démarche a ses limites. Non seulement comme vous le dites le message est plus important que le messager mais surtout pour chacun:
    1) Si le parcours donne des pistes il ne présage en rien des allégeances présentes qui seules tordent et polluent le discours. Un ex coco ou ex facho ça ne veut rien dire. C’est présentement atlantiste europeiste ou l’inverse. Compter trop sur le passé c’est aussi s’exposer à des déceptions lorsque l.objet de votre fidélité change (comme ici).
    2) La logique, les connaissances globales et la maîtrise de la langue suffisent amplement à valider ou disqualifier un discours comme le montrent les commentaires ici.
    Donc à mon avis les premières questions sont plutôt : pense t il ce qu’il dit (dans de nombreux textes l’auteur ment)? Les faits sont ils vrais? Ensuite suis je d’accord ?
    Ce type fur il un ex gudard a l’air de penser ce qu’il écrit. La description de la soumission me paraît bien conforme à ce que je perçoit.

    Répondre

     

    Alerter

  • Lysbeth Levy Le 22 janvier 2017 à 09h24

    Afficher/Masquer

    Surtout si ça émane de l’amie de Caroline Fourest, méfiez vous de ce que Wikipédia écrit sur un supposé “méchant” ils ont vite fait de vous construire un CV ..Il a peut-être été au Gud dans sa jeunesse, mais nombreux sont les hommes politiques au pouvoir à l’avoir été sans que personne ne le relève. Famietta Venner fait dans l’essentialisation, l’amalgame et le mensonge. Pas étonnant surtout si les journalistes sont proche des médias russes. Tuer le messager non le message voilà la méthode.

    Répondre

     

    Alerter

  • Francois Marquet Le 22 janvier 2017 à 09h47

    Afficher/Masquer

    Oui, mais Trotky cité par Bonnal reste du Trotsky, même si on peut prendre le messager avec des pincettes.Et c’est souvent par des voix non consensuelles que certaines infos sortent ou certaines vérités son dites.Il faut vérifier les sources bien sûr mais par principe, et comme vous l’avez dit, le message prime sur le messager. Par exemple je préfère une vérité dite par Bachar El Assad qu’un mensonge de Laurent Fabius.

    Répondre

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi