Les abeilles officiellement reconnues comme espèce en voie de disparition

The United States Fish and Wildlife Service a récemment officiellement classé les abeilles comme espèce en voie de disparition, renforçant ainsi la menace qui plane sur tout le cycle de la vie, humanité comprise.

22 Août 2017

Les abeilles officiellement reconnues comme espèce en voie de disparition

par Les-crises.fr dans Climat

 

22

Août

2017

Les abeilles officiellement reconnues comme espèce en voie de disparition

 

 

… et donc l’humanité aussi vu le rôle des abeilles

Source : Science Post, David, 28-10-2016

The United States Fish and Wildlife Service a récemment officiellement classé les abeilles comme espèce en voie de disparition, renforçant ainsi la menace qui plane sur tout le cycle de la vie, humanité comprise.

The United States Fish and Wildlife Service (USFWS) est un organisme fédéral des États-Unis dépendant du Département de l’Intérieur, et qui s’occupe de la gestion et la préservation de la faune. Le 30 septembre dernier, cet organisme a classé officiellement les abeilles comme une espèce en voie de disparition. Si les abeilles venaient à disparaître, les conséquences seraient terribles, jusqu’à menacer grandement la survie de l’humanité. Le service a ainsi estimé que 7 espèces d’abeilles à face jaune originaires d’Hawaï devaient être protégées en vertu de la Loi sur les espèces en voie de disparition.

 

En effet, les abeilles sont des insectes pollinisateurs, ce qui signifie qu’elles permettent à 80% des espèces végétales sur terre de se reproduire. En France par exemple, « les bourdons (qui font partie d’une sous-espèce d’abeilles) lâchés dans les serres permettent aux agriculteurs cultivant tomates et melons d’assurer leur production » explique Benoît Gilles, entomologiste, au magazine Atlantico. Par effet boule de neige, une disparition des espèces végétales aurait des conséquences sur l’alimentation des animaux, et donc des humains.

Si l’utilisation globale et massive d’insecticides est souvent pointée du doigt comme cause principale de cette hécatombe chez les abeilles, elle n’est pas seule et les causes sont bien plus nombreuses que cela. On peut notamment évoquer la déforestation, la pollution de l’air, la réduction de la ressource alimentaire (quantité et diversité des fleurs fournissant nectar et pollen) et des habitats, les infections parasitaires, la compétition avec des espèces invasives, le changement climatique ou encore le développement des réseaux 4G, poursuit Benoît Gilles.

En France, « les mortalités d’abeilles se sont largement aggravées depuis une vingtaine d’années. On est passé d’un taux de mortalité qui était de l’ordre de 5% par an à 30% en moyenne. L’enjeu de l’apiculture, des abeilles, dépasse le petit monde des apiculteurs et concerne toute la société » déclare Henri Clément secrétaire général de l’union nationale des apiculteurs de France, cité par RTL.

Source : Science Post, David, 28-10-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]

 

21 réponses à Les abeilles officiellement reconnues comme espèce en voie de disparition

Commentaires recommandés

Pousse-fumier Le 22 août 2017 à 08h54

 

 

J’ai eu beaucoup de “pertes hivernales”, comme on dit dans le jargon, tant que j’ai tout bien fait comme il fallait : traitements anti-varoa, nourrissements au sucre liquide et solide… jusqu’à 90% de pertes en 2014.

Aujourd’hui, je me contente de ramasser les essais qui tombent chez moi, je ne déplace pas mes abeilles, je ne fais qu’une seule récolte fin août, je ne traite plus contre rien, je ne nourris plus (sauf avec leur propre miel (j’en mets 10% de côté lors de la récolte et je leur redonne en sortie d’hiver) et je ne vais les voir que 3 fois par an.

Résultat : pas une perte de colonie depuis 2014 alors que les gros apiculteurs de mon coin perdent 30 à 40% de leurs colonies chaque année.

Les méthodes apicoles ont une part de responsabilité dans le SEC (Syndrome d’Effondrement des Colonies) qui est totalement occultée :

– On traite les abeilles comme des vaches alors que ce sont des insectes sauvages (allez domestiquer une abeille qui vit 40 jours et qui ne vous verra qu’une vois dans sa vie en moyenne, hein…) ;

– on les bourre de produits qui, s’ils sont appliqués 2 fois, entraînent la mort des colonies ;

– les apiculteurs belges n’achètent plus nos cires car elles sont bourrées d’antibio et de produits de traitement ;

– on déplace les ruches alors que les abeilles sont, par définition, sédentaires….

Cherchons l’erreur, d’accord, mais cherchons-la partout et objectivement.

 

 

  • calal Le 22 août 2017 à 06h47

    Afficher/Masquer

    chez moi, de moins en moins d’abeilles mais elles sont remplacees par d’autres bestioles qui butinent. ces especes sauvages sont elles moins efficaces? .
    la bourrache est une plante qui attire les pollinisateurs et qui est facile a multiplier (meme trop enfin comme tout ca s’arrache.)

    Répondre

     +4

    Alerter

    • patrick Le 22 août 2017 à 08h53

      Afficher/Masquer

      La bourrache ? la première année je me demandais si ça allait pousser et maintenant il y en a partout dans le jardin
      J’ai pu constater le retour de pas mal d’insectes depuis que j’ai augmenté ma surface cultivée et multiplié les variétés.

      Répondre

       +5

      Alerter

  • Nerouiev Le 22 août 2017 à 06h55

    Afficher/Masquer

    La réalité de cette disparition peut être mise en relation avec l’augmentation des vols de ruches. Un site participatif à été créé en France pour recenser et localiser ces vols :
    http://www.volderuches.fr

    Répondre

     +3

    Alerter

  • Med Le 22 août 2017 à 07h45

    Afficher/Masquer

    Une étude du CNRS sur la question. Outre les causes référencées dans la présent article, elle en pointe d’autres.

    https://lejournal.cnrs.fr/articles/pourquoi-les-abeilles-disparaissent

    •  

  • yves hive Le 22 août 2017 à 09h27

    Afficher/Masquer

    « Les abeilles officiellement reconnues comme espèce en voie de disparition »

    Le titre et le contenu de l’article sont typiques du journaleux incompétent et pas gêné par les approximations. Ils donnent à croire que les abeilles en général auraient été déclarées, au niveau planétaire, en voie de disparition, sur la base d’une décision de l’United States Fish and Wildlife Service.

    Mais cette décision, qui date de septembre 2016, « Endangered and Threatened Wildlife
    and Plants; Endangered Status for 49 Species From the Hawaiian Islands » ( https://www.gpo.gov/fdsys/pkg/FR-2016-09-30/pdf/2016-23112.pdf ) ne concernait pas « les abeilles », mais sept espèces d’abeilles endémiques des îles hawaïennes (et une espèce de libellule, et une d’oiseau, et une de crevettte et 39 espèces de plantes).

    Le détail est dans les pages 26 à 32 du pdf.

    Pour le sens technique précis que peuvent avoir les mots endangered et threatened dans une publication scientifique, voir
    = http://www.iucnredlist.org/static/categories_criteria_3_1#categories =

  •  

  • Cadmoslao Le 22 août 2017 à 09h36

    Afficher/Masquer

    Heu…sérieusement, titrer sur la disparition des “abeilles” (et de l’humanité) en général alors qu’à la base seules 7 espèces locales (sur les 20 000 recensées dans le monde !) sont concernées par la nouvelle, c’est un peu mensonger. C’est la faute de la source Science Post mais c’est dommage d’avoir repris le même titre aguicheur.

    Un article plus poussé et plus documenté sur l’évolution globale des populations d’abeilles vaudrait le coup

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.