daphne_IDP
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juin 2021

Changer le monde ?

Changer le monde. Vaste programme. Après une année où tout semblait possible, à nous de choisir quel monde nous voulons construire sur les cendres de l'ancien.

daphne_IDP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 7 juin, le rappeur Youssoupha était dans Boomerang sur France inter. Alors que je bois tranquillement mon café, je l'entends prononcer cette phrase : « Je pense que les artistes sont là pour inspirer les gens, pas pour changer le monde. Il faut commencer par se changer soi-même, et peut-être que le public sera inspiré par ce travail et ces changements personnels ». Et ça m'a inspirée. 

Espérer transformer le monde, c'est un peu ce à quoi aspire toute personne militante indignée par les inégalités, les discriminations. Nous voulons, à tout prix, transformer l'existant pour le rendre plus juste, plus durable, plus égalitaire. C'est aussi mon cas et c'est, en réalité, ce qui m'a toujours guidée dans mon envie d'apprendre, de faire des études pluridisciplinaires, de m'intéresser à plein de champs académiques différents : essayer de comprendre l'existant pour mieux le transformer. Cette idée n'est évidemment pas brillamment apparue dans mon esprit mais m'a été inspiré par plusieurs penseurs. Marx, d'abord, évidemment, dans ses Thèses sur Feuerbach, qui nous dit : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières. Ce qui importe, c’est de le transformer ». 

Facile à dire : mais comment passer de la pensée à l'action ? Un changement radical, l'utopie de nouveaux possibles, transformer l'existant, c'est plus simple à imaginer qu'à réaliser. Et ça peut paraître monumental et effrayant. Sauf qu'en réalité, je pense que les plus grands changements peuvent partir d'événements nous paraissent dérisoires. 

J'ai, depuis ma première venue au Festival d'Avignon, l'édito écrit par Olivier Py - son directeur - affiché au-dessus de mon bureau. Ses mots ne quittent jamais. « On ne fait pas la révolution seul. Les grands changements, les révolutions sont toujours le fait de forces collectives favorisées par le vent de l'histoire, mais comment vivre quand ce vent se tait ? Comment vivre quand la politique est sans espoir, oublieuse de l'avenir ? Comment vivre quand le corps social est écartelé, apeuré, réduit au silence ? Comment vivre une vie digne quand la politique n'est plus que manigances politiciennes ? Quand la révolution est impossible il reste le théâtre. Les utopies y attendent des jours propices, les forces novatrices y inventent encore un demain, les vœux de paix et d'équité n'y sont pas prononcés en vain ». Ce qu'il veut dire, ça n'est pas qu'une représentation théâtrale qui réunit au mieux quelques milliers de personnes dans un public socialement homogène autour d'un récit (aussi bouleversant et mobilisateur soit-il) changera le monde. Personne n'y croit. En revanche, ce que j'en retiens, c'est que le théâtre peut être un point de départ, une ébauche, une tentative. La salle de théâtre est un lieu où les choses peuvent commencer, où de nouveaux récits peuvent naître, où des vocations peuvent se jouer. J'en ai fait l'expérience personnelle : c'est une représentation théâtrale qui a été le déclencheur de mon engagement politique. Eh oui. En allant voir, alors que j'avais 17 ans, La résistible ascension d'Arturo Ui de Brecht dans une mise en scène de Dominique Pitoiset avec Philippe Torreton dans le rôle titre. J'ai vu la pièce un an avant la dernière élection présidentielle, avec en tête la montée de l'extrême droite, avec comme miroir celui de la réalité politique, j'ai ressenti cette envie, viscérale, de faire quelque chose. Et aujourd'hui, quand j'en parle, je pense toujours à cette citation d'Olivier Neveux, mon formidable enseignant à l'ENS de Lyon, qui disait lors d'un entretien à France culture à l'occasion de la sortie de son magistral essai Contre le théâtre politique : « Le théâtre ne peut pas changer le monde, mais il peut changer un monde, le monde de chacun, et c'est déjà énorme ». Les personnes qui me connaissent sont déjà amplement familières avec cette citation, puisque je la mentionne environ trois fois par semaine (oups). Elle est omniprésente chez moi parce qu'elle est structurante et, au-delà de l'objet théâtral auquel elle s'attache initialement, je crois que c'est cette idée qui doit guider tous nos efforts. La résistible ascension d'Arturo Ui a été l'un des éléments déclencheurs de mon engagement politique et a transformé mon monde. Le témoignage d'une femme sous le hashtag #MeToo a été l'un des éléments déclencheurs de ma prise de parole au sujet des violences sexuelles et a transformé mon monde, et celui de milliers, voire millions, de femmes. Une petite action peut tout changer. 

On peut individuellement et collectivement changer le monde. J'y crois infiniment et j'espère continuer d'y croire à mesure que le brouillard s'épaissit, que l'actualité est de plus en plus obscure, que l'espoir s'éloigne. Chacun de nous peut espérer changer un monde : en choisissant la solidarité, en écoutant les victimes de violences, en témoignant des violences qu'on a soi-même subies, en faisant preuve de bienveillance, en défendant les minorités opprimées au détour d'une conversation, en combattant activement le racisme et nos propres préjugés, en offrant à une personne sans domicile de l'aide et de l'écoute, en acceptant de voir les privilèges avec lesquels nous sommes nés, en partageant ses convictions sur les réseaux sociaux, en créant des collectifs, aussi petits soient-ils, autour d'une cause qui nous tient à cœur, en allant manifester, en écrivant des articles de blog peut-être... 

Lors d'un cours sur l'histoire de la Résistance française, l'excellent professeur Laurent Douzou nous expliquait que le 17 juin 1940, lorsque le maréchal Pétain adresse sa demande d'armistice à l'Allemagne nazie, de premiers instincts résistants ont immédiatement surgi. Infimes, spontanés, isolés, ils ne faisaient qu'exprimer la nécessité viscérale que ressentaient ces personnes de « faire quelque chose » ; l'impossibilité de la passivité. On a Edmond Michelet qui écrit, seul, un tract contre l'armistice qu'il diffuse à Brive. On a Germaine Tillion qui est littéralement malade à l'écoute de la demande d'armistice de Pétain et qui dit : « pas une seule seconde il ne me vint à l’idée de ne pas faire l’inverse de ce qu’il préconisait ». On a Jean Moulin qui tente de se trancher la gorge plutôt que de céder à l'ennemi. On a les troupes sénégalaises à Chasselay refusent de déposer les armes et en paient le coût de leur vie. Ces premières lueurs peuvent sembler anodines ou dérisoires face au système résistant que l'on connaît, qui s'est structuré autour de réseaux aux actions monumentales et héroïques. Mais c'est par ces initiatives minuscules que tout a commencé. On n'en a retenu que les grands noms, parce que l'histoire monumentale tend à effacer le concours des multiples destins pour ne retenir que les Grands, et pourtant c'est cette multiplicité, ce « désordre de courage », qui a fait la Résistance. Des individualités agissantes mais solitaires au départ, qui rassemblent de proche en proche. Je ne compare pas la situation actuelle à ces destins de résistants, ce serait évidemment absolument malvenu et assez indigne ; je veux juste souligner qu'agir individuellement, à la plus petite échelle, peut avoir des conséquences infiniment plus grandes. La moindre action, même la plus infime, peut être vécue comme une transformation intense et concourir aux changements les plus immenses. « On n'a jamais été aussi libre que sous l'occupation allemande » avait dit Sartre, car tout geste, tout pas de côté, était vécu comme un immense acte de résistance. Ce que nous rappelle l'histoire, et ce qui nous honore, c'est qu'il y a de l'immense dans le minuscule tant qu'il y a de l'action. 

Bien sûr, nos actions du quotidien ne changent pas la nécessité d'une action publique systémique en faveur de davantage d'égalité et de justice sociale. Les aspirations collectives trahies par des décennies (et encore...) de fidélité - très - partielle aux volontés populaires, principalement en raison de dysfonctionnements institutionnels, sont à résoudre si l'on veut construire un futur plus démocratique et plus juste. On doit s'y atteler. Je dis simplement que je ne sais pas combien de temps il faudra encore attendre avant de réformer les institutions, ou avant de voir accéder au pouvoir un mouvement politique qui sache véritablement nous présenter et agir pour transformer nos quotidiens vers un avenir plus durable, égalitaire, juste et durable. Alors en attendant, je préfère agir à ma petite échelle. Parce que j'en ai le temps, oui, le privilège aussi. C'est peut-être vain. Mais pour moi, ça ne l'est pas, et collectivement, je crois que ça ne doit jamais le devenir. 

Bref, changer le monde, un monde à la fois. A nous de choisir par lequel commencer. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Accusé d’agressions sexuelles, le candidat instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage du candidat d’extrême droite tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Zemmour parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes