Fashion Week Sciences and Co

On prend ses aises et on s’étale ! On racole à tous les podiums !

 A l’Open Bar des médias, on boit gratis et on vomit sa prose dans le plus strict respect du dérèglement sanitaire.

Les stylistes de la médecine-et-assimilée se tortillent devant les micros, s’épanchent dans les journaux, se contorsionnent pour capter le son et la lumière, se vautrent devant l’idolâtrie des foules et du pouvoir.

Quelle sera la tendance dominante ?

S’habillera-t-on de confinement strict ?

De couvre-feu tricolore ?

Portera-t-on le vaccin en bandoulière dans un sac passeport siglé Europe ?

Devra-t-on jeter notre vieille garde-robe restaurants et après-ski ?

Les étudiants danseront-ils sur les autodafés du bric-à-brac universitaire?

La ministre de la Culture défilera-t-elle drapée dans le nouveau slogan « les bonbons valent mieux que la raison »  ?

Que de suspense !

Que de magnifiques tissus de diktats joliment rassemblés en écharpes anti-libertés, les plus solides.

Cet étalage de turpitudes et de flagorneries, d’infantilisme et d’auto-satisfaction devraient nous dégoûter des effets de mode.

Mais le gouvernement s’en goinfre, et enfle à nos dépens, tel un serpent s’acharnant à dévorer la nation pour la régurgiter reconditionnée à sa guise.

Le temps des cerises sur le gâteau nous gardera au cœur une plaie ouverte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.