Comment le Covid19 influe sur le suivi des personnes en situation de handicap

Covid 19, crise sanitaire en France: un cri de rage et de douleur sur l'absurdité du système, entre annonce théorique et réalité de terrain. Un patient paralysé cérébral témoigne de son quotidien douloureux en l'absence d'accès à la poursuite de ses soins en milieu hospitalier.

"Monsieur le ministre, cher Docteur,

Je me permets de vous solliciter ce jour car je suis un patient vivant avec une paralysie cérébrale spastique.

Je vous écoute quotidiennement dans les médias. Vous rappelez à raison l'importance de poursuivre les soins chroniques seulement je me trouve à ce jour dans une impasse thérapeutique.

J'en appelle à votre secours et à votre serment d’Hypocrate afin de pouvoir accéder aux injections de toxine botulique qui me sont réalisées tous les trois mois dans les membres inférieurs. Or, aujourd'hui le CHU de l'APHP dans lequel je suis suivi par des MPR me dit qu'ils sont contraints d'annuler tous leurs rendez vous sans savoir quand les reprogrammer pour cause d'infection au Covid 19. Que dois je faire? auprès de qui dois je me rapprocher pour trouver une solution? »

PO G.T

Psychologue clinicienne et son amie depuis de nombreuses années je me permets de vous alerter sur l'urgence de la situation dans laquelle il se trouve. Ce dernier gère très bien la douleur pourtant particulièrement énergivore psychiquement qui risque à court terme d'amener à un réel épuisement, tant physique que moral. A cela vient s'ajouter la profonde angoisse liée à l'insécurité de ne pas savoir à quelle date ni à quel endroit pourra t il être enfin soulagé. Cela est d'autant plus insupportable qu'il connaît très exactement le remède et le suivi (endroit et professionnels) mais qui lui sont actuellement refusés car inaccessible pour les raisons sanitaires qu'il comprend parfaitement mais qui reste inacceptables.

J'ajoute qu'il a été bilanté il y a moins d'un an par un médecin psychiatre de l'APHP qui a diagnostiqué les effets délétères de sa souffrance physique sur son état moral. 

Je connais sa grande capacité et connaissance de la douleur, et je ne l'ai jamais vu dans cet état. Il est de mon  point de vue urgent de lui venir en aide, raison pour laquelle nous vous sollicitons.

Il est parfaitement conscient de la situation sanitaire actuelle et comprends bien la nécessité de réquisitionner les soignants mais ne peut accepter de ne pouvoir accéder au minimum des soins en lien avec son handicap, (maladie chronique).

Je compte sur vous afin de l'aider à obtenir une échéance raisonnable pour ces soins afin d'éviter un effondrement irrémédiable. Je vous avoue être inquiète à le savoir sans aucune visibilité à laquelle se raccrocher et vous signale qu'il a du faire appel à moi pour co-rédiger ce courrier car trop douloureux pour pouvoir le faire par lui même.

 

E NAQUET-RADIGUET, psychologue clinicienne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.