D.Audoux
Docteur en science politique, agrégé d'économie et gestion
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juin 2015

Lénine contre le totalitarisme

D.Audoux
Docteur en science politique, agrégé d'économie et gestion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lénine autocrate, le parti bolchevique monolithique ?

Lénine s'est souvent trouvé en minorité dans son parti. En 1905, quand il veut promouvoir beaucoup plus d'ouvriers à la direction des sections locales, en général dirigées par des intellectuels, il est battu par 12 voix contre 9.

Après la révolution de février 1917, il est quasiment seul à penser qu'il ne faut pas soutenir le gouvernement Kerensky et se battre par "tout le pouvoir aux soviets" ; il lui faudra des semaines de polémiques pour convaincre la majorité du parti bolchevique.

En avril 1917, il propose d'abandonner le nom de "parti social-démocrate" et votre seul contre 118 délégués. Le comité central élu en avril 1917 est "tout sauf une collection de béni-oui-oui disciplinés" selon les mots de l'historien de Harvard, Robert Daniels[i].

En septembre 1917, Lénine défend, de nouveau seul, (avec Trotsky qui n'est pas encore membre du parti bolchevique) que le moment est venu d'organiser l'insurrection : ses articles ne sont mêmes pas imprimés en entier par la Pravda.

Quand cette position deviendra majoritaire, Zinoviev et Kamenev continueront de s'y opposer publiquement dans le journal de Gorki.

Quelques jours après la révolution d'octobre, les mencheviks se déclarèrent prêts à faire partie d'un gouvernement de coalition à condition que Lénine et Trotsky en soient exclus ! le comité central du parti bolchevique rejeta la proposition de 7 voix contre 4 !

En 1918, la discussion sur "Brest – Litovsk" faillit entraîner une scission. Les comités locaux de Moscou et de Saint-Pétersbourg condamnèrent la politique de Lénine. La brochure de Boukkarine qui s'attaquait à la position de Lénine fut éditée à un million d'exemplaires.

En 1920, au 9ème congrès, une plate-forme d'opposition "centralisme démocratique" se forma pour dénoncer les abus d'autorité, il en résultat la formation d'une commission de contrôle. La même année "l'opposition ouvrière" avec Kollontai et Sckliapnikov joue un rôle très important.

En 1921, un large débat accompagna le lancement de la N.E.P., nouvelle politique économique.

En même temps, le congrès du parti vota  ( à la quasi unanimité) l'interdiction temporaire des fractions organisées au sein du parti. Toute critique, toute discussion devait désormais avoir lieu dans les instances régulières du parti et non pas hors du parti. Mesure de circonstance liée à une situation critique d'un pays assailli par la famine et par la contre-révolution. Lors de ce même congrès, sur insistance de Lénine, deux membres de l'opposition ouvrière sont élus au comité central.

Où est le monolithisme ? Où est l'obéissance absolue au chef ? Lénine a été souvent mis en minorité (comme le fut aussi Robespierre au comité de salut public, qu'il quitta avant de revenir sur l'insistance des autres membres du comité). Les débats et les critiques furent permanents.

Et c'est Lénine lui-même qui le premier dénonça les risques de bureaucratisation, qui proposa en 1922 d'allonger la période d'essai pour les nouveaux membres afin d'éliminer les carriéristes et dénonça dans son testament, Staline. Le stalinisme fut l'antithèse du Bolchevisme ; il s'affirma en détruisant dans sa totalité la direction du parti bolchevique. Le stalinisme ne naît ni du centralisme, ni du prétendu monolithisme du parti bolchevique, ni du pouvoir absolu du chef qui à cette époque n'existait pas.

Et Trotsky, chef de l'armée rouge, pouvait, à la mort de Lénine, sans coup férir, s'emparer du pouvoir. Mais pas plus que Lénine, il n'avait l'âme d'un dictateur. N’a-t-il pas demandé lui-même, en janvier 1925, à « être libéré de ses fonctions de président du conseil révolutionnaire de l’armée » ? Il n'est d'ailleurs pas sûr qu'à la tête de l'État ouvrier, même par ce biais, Trotsky n'aurait pu, non pas empêcher la bureaucratisation, mais continuer à dénoncer cette-ci, tout en combattant pour la révolution dans les autres pays et pour l'armement politique des partis communistes. 10 ans, c'est peu de chose, et alors le Front unique réalisé n'aurait-il pu vaincre Hitler, et les révolutions française et espagnole l'emporter ? Mais il est vrai qu’à l’époque, Trotsky ne pouvait soupçonner ce qu’allait devenir Staline et le stalinisme, sinon, aurait-il hésité un seul instant ?


[i]      Le parti bolchevique, P.Brové, éditions de Minuit, 1971, p. 90

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac