Mouvement au sein de la recherche universitaire contre la suppression d'effectifs

Dans les universités françaises, pour lutter contre la suppression de postes, des professionnels des métiers de la recherche mettent au défi le gouvernement en menaçant de réaliser des études contradictoires sur l'efficacité des 6 milliards d'aides versées aux entreprises au nom du Crédit Impôt Recherche.

March for Science © Jerry Kiesewetter / Unsplash March for Science © Jerry Kiesewetter / Unsplash

RogueESR est un mouvement de professionnels des métiers de la recherche universitaire. Ces chercheurs, qui revendiquent d'avoir voter aux présidentielles contre le Front National, se soulèvent maintenant contre la politique d'Emmanuel Macron.

Ils ont mené “une enquête auprès de la communauté académique, pour évaluer la politique conduite jusqu’ici, en matière d’emploi scientifique”.

Résultat : “97% des répondant.e.s considèrent inacceptable, voire inadmissible, le refus du gouvernement de financer des postes de chercheuses et chercheurs alors que l'argent public finance le Crédit d'Impôts Recherche à hauteur de 6 milliards d’euros.”

Par communiqué de presse, Ils menacent le gouvernement : “Plus de 3000 personnes, au sein de leurs rangs, sont prêtes produire des expertises indépendantes sur l’utilisation du Crédit d'Impôt Recherche.”

Nous éclairer sur cette question serait un acte citoyen de transparence républicaine et pourrait nourrir le débat contradictoire des aides versées aux entreprises pour la recherche. Pourquoi attendre ?

Comme le mentionne le site web de RogueESR, je cite :  “Rogue” renvoie à la révolte, le mot a été utilisé par les scientifiques et les académiques étasuniens à l’occasion de la  “march for science” pour lutter contre les politiques de Trump (ex : RogueNasa).

 

Communiqué de presse du 31 janvier 2019 (PDF)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.