Joseph Confavreux, journaliste à Médiapart et plume de Xavier Niel ?

À lire la "critique" du livre de Juan Branco, "Crépuscule", une critique signée Joseph Confavreux, on s'étrangle. En résumé, selon ce journaliste "en-médiaparté", Juan Branco n'a fait que plagier les livres et articles parus sur l'entregent macroniste et n'a fait que révéler ce tout le monde (de Médiapart) savait. Quid du contenu ?

Crépuscule Crépuscule
C'est du vrai journalisme. Celui qu'on apprend à l'école. Avant toute chose, trouver un angle. L'angle de Joseph Confavreux est le suivant : Juan Branco est un piètre enquêteur, un mauvais journaliste, et finalement le sujet de son livre n'a rien de nouveau, circulez y a rien à voir.

Confavreux n'a pas inventé la poudre (j'utilise ici la même condescendance dont il fait preuve à l'égard de Juan Branco), et à lire son article, on se pose vraiment la question de qui lui a refilé son "angle". Personne ne l'a forcé. Là-dessus attention, la presse est libre. Vade retro. Mais qui lui a donné l'idée ?

Plusieurs hypothèses. Le déjeuner avec Edwy : "Oui coco, le succès au box office de Branco est un affront au journalisme sérieux d'investigation, faut faire un truc là-dessus, à contre-courant". Le post-it anonyme : "Branco, à l'occase faire l'inventaire des trucs qu'il a piqué aux autres". La caméra-café : "T'as vu le Branco, il ne fait que répéter ce que tout le monde a déjà écrit et il se fait du beurre en plus lui". Ou la réflexion en comité de direction : "Branco nous fait de l'ombre sur le marché de l'anti-macronisme, faut réagir !". Etc. Chacun peut imaginer son scénario pour semer la graine, et en conf de presse ça passera comme une lettre à la poste.

Alors Joseph Confavreux quitte le cercle du journalisme pour se fourvoyer dans le cercle de l'élite : l'éditorial. Prendre de haut, regarder de loin, voir ce qui dépasse et oser écrire ce que personne n'a encore écrit. Ça c'est du journalisme !

Ben oui, mais on s'en fout du journalisme et quand les ficelles sont trop grosses... ça se voit :) . Le scoop n'est pas le but de Branco.  Hé hé ! Branco explique ce qu'il voit et ce qui l'écœure, c'est tout. N'en déplaise à Médiapart, il semblerait que beaucoup de lectrices et de lecteurs décryptent l'intention de Juan et soutiennent au point d'acheter un livre qui se trouve gratuitement sur internet. Et vous, Joseph, pendant ce temps, vous travestissez votre métier pour vous faire polémiste et sauver ce qui peut être sauvé.

Tiens, je prends un exemple, ... d'actualité. Victor Hugo. Dans les misérables, n'a t'il pas écrit ce que le tout Paris savait ? (Je ne compare pas Branco à la plume d'Hugo, car ce n'est pas le sujet).

Ces temps-ci, l'histoire du doigt et de l'idiot peut être replacée trop facilement en fait. Branco vous montre la lune, et vous, vous regardez son doigt. Mais pourquoi ? Car hélas, une telle attitude, sous la machette d'un Mediapart accusé d'être miné par Xavier Niel, ne peut se prévaloir ni de l'impartialité ni de l'idiotie.

 

 

Sources :

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.