Art - Activisme: Liquid Violence, installation de Forensic Oceanography

Forensic Oceanography est un projet de Lorenzo Pezzani et Charles Heller qui examine de manière critique le régime de frontière militarisé en Méditerranée, en analysant les conditions spatiales et esthétiques qui ont provoqué plus de 16.5000 morts enregistrés aux frontières maritimes européennes au cours des vingt dernières années.

Iuventa Rescue Case © Forensic Architecture Iuventa Rescue Case © Forensic Architecture
Iuventa Rescue Case - We track the motion of the camera to reconstruct the horizon © Forensic Architecture Iuventa Rescue Case - We track the motion of the camera to reconstruct the horizon © Forensic Architecture

[Mai 2019]

L’installation Liquid Violence (Violence liquide) présentée par le collectif Forensic Architecture (Océanographie d'investigation) dans l'environnement urbain à tout le moins froid et aride de la rue de la Loi à Bruxelles. La Direction générale de la Protection civile et de l’Aide humanitaire pour la Commission européenne est à deux pas, en plein quartier européen, pendant le Kunstenfestivaldesarts.

La proposition est le fruit d'un long travail de recherche, de rapprochement, de reconstitution. Il est installé, déposé et laissé en consultation dans le silence d'un demi sous-sol de béton gris qui doit servir de parking en d'autres occasions. Il y a un saisissement: comment réagir face à la gravité dune réalité matérielle dont on a pu avoir connaissance, mais dont les moindres détails frappent dans la reconfiguration au présent des quatre cas, affaires, dossiers cases»).

Le dispositif assemble des témoignages de violations des droits humains avec des technologies numériques telles que l’imagerie par satellite, les données de localisation des navires, la cartographie géospatiale et les modèles de dérive maritime. En évoquant le cadre d’une salle de presse installée dans l'urgence -ou mieux: d'un quartier général d'opérations militaires, l'installation Liquid Violence pose brutalement la question de l'accès à l'information.

Il s'agit d'évènements qui ont fait l’objet d’une médiatisation conséquente pendant les années 2010, en pleine crise migratoire. On retiendra le cas de ce bateau qui erre sans fin en Méditerranée pendant l’intervention militaire de l’Otan en Libye. Ou encore les suites d'une décision de l'État italien -suivie et soutenue par les institutions de l’Union européenne- dont le résultat est de réduire drastiquement les opérations de prévention et de sauvetage en mer. On apprendra que lorsque que les pouvoirs politiques occidentaux criminalisent les opérations de sauvetage des ONG, les autorités soutiennent les actions de parties prenantes comme la Libye qui empêchent et interceptent les départs.

-

Violence liquide (Liquid Violence, 2018)
Installation vidéo

Depuis 2011, Forensic Oceanography mène des recherches analytiques sur les facteurs spatiaux et esthétiques qui ont transformé la mer Méditerranée en une zone frontalière militarisée où d'innombrables migrants ont perdu la vie. Liquid Violence regroupe quatre axes de recherche différents: Liquid Traces (2014), décrit la route d’un bateau abandonné en mer en 2011 lors de l’intervention militaire de l’OTAN en Libye; Death by Rescue (2016) reconstitue les effets néfastes des décisions prises par l'Italie et l'Union européenne de limiter les missions de recherche et de sauvetage en mer. Mare Clausum (2018) examine la double stratégie de fermeture de la mer actuellement adoptée par le gouvernement italien, qui criminalise les actions de sauvetage des ONG tout en soutenant les autorités libyennes de prévenir et d'intercepter le départ des migrants. Enfin, The Crime of Rescue (2018) propose une contre-enquête sur la saisie du navire de sauvetage Iuventa. Chacun de ces projets cherche à analyser et à contextualiser une forme spécifique de violence perpétrée dans une zone frontalière et à retracer l'anatomie politique des divers systèmes de contrôle des frontières en constante évolution et du (manque de) sauvetage en mer, en prenant en compte les conséquences dramatiques. de ces pratiques sur la vie des migrants.

 

Sea Watch vs the Lybian Coastguard (2019) - La modélisation 3D permettant aux chercheurs de determiner des distances de manière exacte. © Forensic Architecture Sea Watch vs the Lybian Coastguard (2019) - La modélisation 3D permettant aux chercheurs de determiner des distances de manière exacte. © Forensic Architecture

-

The Left-to-Die Boat

Death by Rescue: The Lethal Effects of Non-Assistance at Sea (vidéo)

Liquid Vilence à la Manifesta 12 (Palerme)

Forensic Oceanography

Visible Project

-

Forensic Oceanography s'inscrit dans un 'ensemble plus large qui est Forensic Architecture, un regroupement de chercheurs de l’université Goldsmiths, à Londres, qui utilise différentes disciplines et techniques pour mener des contre-enquêtes sur «différentes formes de violences d’Etat», tels les assassinats d’opposants politiques ou des attaques à l’arme chimique en Syrie.

Forensic Architecture

Evidently Art Forensic Architecture sur BBC Sounds (programme radio en anglais)

Political, forensic, hi-tech: how 'research architecture' is redefining art Forensic Architecture dans The Guardian (article en anglais)

Forensic Architecture - Violence at the Threshold of Detectability au MIT Press (publication en anglais)

-  «-»

Et encore:

Trafic de migrants: «La traite des humains générerait à l'échelle mondiale un profit de près de 32 milliards de dollars par an» sur France Info, le 8 août 2018

Italie: les migrants de l’Open Arms débarquent à Lampedusa après 19 jours de mer dans le Soir, le 21 août 2019

Au large de la Libye, «la pire tragédie de cette année en Méditerranée» dans Libération, le 25 juillet 2019 

Up to 150 feared dead in «year's worst Mediterranean tragedy» (en anglais) sur Al Jazeera le 26 juillet 2019

La Turquie suspend l’accord de réadmission de migrants conclu avec l’UE sur Euractiv le 24 juillet 2019

Migrants : l'ONU craint que la Méditerranée ne devienne «une mer de sang» par manque de navires de sauvetage sur LCI le 9 juin 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.