David Bernadas
Rédacteur, Traducteur, Enquêteur
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 sept. 2017

David Bernadas
Rédacteur, Traducteur, Enquêteur
Abonné·e de Mediapart

Arts : Dominique Petitgand - Des univers sonores, entretien

Les univers sonores reposent sur des conversations en éclats. La simplicité des matériaux n'enlève rien à la délicatesse d'un travail qui relève de la composition et de l'écriture.

David Bernadas
Rédacteur, Traducteur, Enquêteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dominique Petitgand au Confort moderne de Poitiers © Guillaume Chiron

[Octobre 2001]

Un jeu de montages et de décalages entre drôle, grave et tendre: l'anodin et le quotidien se révèlent mystérieux, ils précipitent vers une écoute faite de résonances. Dominique Petitgand se prête difficilement aux catégorisations. Il choisit d'atteindre son public au travers de formes décloisonnées: installations, concerts, diffusions sonores, édition de supports de sons.


Votre travail s'articule autour du matériau qu'est la voix. Vous y associez des éléments musicaux extrêmement simples pour aborder les thèmes de l'intime, de la mémoire, de l'enfance. . .

Les enfants interviennent dans mon travail comme les adultes ou les gens plus vieux. Il s'agit des relations entre les générations, comme une métaphore du temps qui passe et qui fait que notre corps vieillit. C'est la mise en perspective des différents âges qui m'intéresse plus qu'un travail sur l'enfance ou l'âge adulte.

Les enfants que vous enregistrez sont indifféremment des filles ou des garçons, alors que tous les représentants de l'âge adulte sont des femmes.
Ce n'est pas un choix arbitraire et définitif puisque je travaille actuellement sur des pièces avec des hommes. C'est plutôt le produit des circonstances, les gens avec qui je travaille ne sont pas des professionnels de la parole, ce sont plutôt des gens que je connais; sans savoir pourquoi il m'a été plus facile d'aller vers eux. Je n'ai pas choisi de travailler sur la féminité ou sur l'enfance, même si je me rends compte que la parole se transmet plutôt par ces femmes-là. Le peu de parole m'intéresse plus que la volubilité des gens qui ont toujours beaucoup de choses et d'anecdotes à raconter. Je préfère m'attacher à creuser ce peu.
Il y a pourtant des voix qu'on renconnaît de pièce en pièce et de disque en disque.
Chaque pièce sonore aborde par un angle et un cadrage très particuliers une chose précise et vient, en somme, tourner autour de quelque chose. Et chacune des pièces tourne autour de quelque chose de différent. Le fait de travailler avec les mêmes personnes sur des pièces différentes me permet d'ouvrir des perspectives plus larges, cela me permet aussi de faire un lien entre les différentes pièces dans le but de les imbriquer les unes près des autres sans toutefois aller jusqu'à concorder exactement comme les pièces d'un puzzle.
Comment passez-vous de la matière que vous enregistrez à des pièces sonores?
La prise de son et l'entretien sont vraiment déterminants. Il y a ensuite un travail de recadrage, de montage. Il y a mise en perspective et la création d'un contexte particulier: il s'agit d'amener l'auditeur à se mouvoir dans un univers qui devient plus mental que documentaire, puisque la source se retrouve mise en perspective avec de nouveaux éléments. L'identité s'efface car les tendent à être sans identité sociale ou géographique, elles sont atemporelles et elles n'ont pas de nom. Elles deviennent des personnages: la mère, le frère, la petite soeur, la voisine, le quidam. Au cours du montage et au fur et à mesure de mes choix se dessine un profil détaché de celui à qui la voix appartient.

Qui sont ces voix?

Je choisis les gens avec qui je travaille de manière intuitive ou circonstanciée. Je ne sais pas donner de critère précis. En général, ils ne sont pas habitués à parler en public, ce ne sont ni des comédiens, ni des vendeurs, ni des professeurs... ils ont donc une parole qui leur est propre, avec des structures mentales particulières, un décalage qui me touche et qui me donne envie de faire quelque chose sans que ce soit clair et intentionnel depuis le départ.

TBC...

---

www.gbagency.fr

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte