David Bernadas
Rédacteur, Traducteur, Enquêteur
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 sept. 2017

Arts : Dominique Petitgand - Des univers sonores, entretien

Les univers sonores reposent sur des conversations en éclats. La simplicité des matériaux n'enlève rien à la délicatesse d'un travail qui relève de la composition et de l'écriture.

David Bernadas
Rédacteur, Traducteur, Enquêteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dominique Petitgand au Confort moderne de Poitiers © Guillaume Chiron

[Octobre 2001]

Un jeu de montages et de décalages entre drôle, grave et tendre: l'anodin et le quotidien se révèlent mystérieux, ils précipitent vers une écoute faite de résonances. Dominique Petitgand se prête difficilement aux catégorisations. Il choisit d'atteindre son public au travers de formes décloisonnées: installations, concerts, diffusions sonores, édition de supports de sons.


Votre travail s'articule autour du matériau qu'est la voix. Vous y associez des éléments musicaux extrêmement simples pour aborder les thèmes de l'intime, de la mémoire, de l'enfance. . .

Les enfants interviennent dans mon travail comme les adultes ou les gens plus vieux. Il s'agit des relations entre les générations, comme une métaphore du temps qui passe et qui fait que notre corps vieillit. C'est la mise en perspective des différents âges qui m'intéresse plus qu'un travail sur l'enfance ou l'âge adulte.

Les enfants que vous enregistrez sont indifféremment des filles ou des garçons, alors que tous les représentants de l'âge adulte sont des femmes.
Ce n'est pas un choix arbitraire et définitif puisque je travaille actuellement sur des pièces avec des hommes. C'est plutôt le produit des circonstances, les gens avec qui je travaille ne sont pas des professionnels de la parole, ce sont plutôt des gens que je connais; sans savoir pourquoi il m'a été plus facile d'aller vers eux. Je n'ai pas choisi de travailler sur la féminité ou sur l'enfance, même si je me rends compte que la parole se transmet plutôt par ces femmes-là. Le peu de parole m'intéresse plus que la volubilité des gens qui ont toujours beaucoup de choses et d'anecdotes à raconter. Je préfère m'attacher à creuser ce peu.
Il y a pourtant des voix qu'on renconnaît de pièce en pièce et de disque en disque.
Chaque pièce sonore aborde par un angle et un cadrage très particuliers une chose précise et vient, en somme, tourner autour de quelque chose. Et chacune des pièces tourne autour de quelque chose de différent. Le fait de travailler avec les mêmes personnes sur des pièces différentes me permet d'ouvrir des perspectives plus larges, cela me permet aussi de faire un lien entre les différentes pièces dans le but de les imbriquer les unes près des autres sans toutefois aller jusqu'à concorder exactement comme les pièces d'un puzzle.
Comment passez-vous de la matière que vous enregistrez à des pièces sonores?
La prise de son et l'entretien sont vraiment déterminants. Il y a ensuite un travail de recadrage, de montage. Il y a mise en perspective et la création d'un contexte particulier: il s'agit d'amener l'auditeur à se mouvoir dans un univers qui devient plus mental que documentaire, puisque la source se retrouve mise en perspective avec de nouveaux éléments. L'identité s'efface car les tendent à être sans identité sociale ou géographique, elles sont atemporelles et elles n'ont pas de nom. Elles deviennent des personnages: la mère, le frère, la petite soeur, la voisine, le quidam. Au cours du montage et au fur et à mesure de mes choix se dessine un profil détaché de celui à qui la voix appartient.

Qui sont ces voix?

Je choisis les gens avec qui je travaille de manière intuitive ou circonstanciée. Je ne sais pas donner de critère précis. En général, ils ne sont pas habitués à parler en public, ce ne sont ni des comédiens, ni des vendeurs, ni des professeurs... ils ont donc une parole qui leur est propre, avec des structures mentales particulières, un décalage qui me touche et qui me donne envie de faire quelque chose sans que ce soit clair et intentionnel depuis le départ.

TBC...

---

www.gbagency.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot