Document : Crash! - Adaptation TV du récit de JG Ballard, par Harley Cokeliss

Réalisé pour la BBC en 1970, ce court métrage précurseur de 17mn met l’auteur au centre de son récit. Ballard y incarne le protagoniste principal, ce qui lui permet de partager de vive voix des considérations sur la modernité dystopique d'un milieu urbain: flux, circulation, corps et objets, fantasmes et fétiches.

Crash! (Harley Cokeliss, 1970) © Jujyfruits

L’automobiliste aborde sa condition d’homme désirant le rôle de l’écrivain sont abordés. Jeu d’une neutralité absolue, voix atonale… le film est une proposition expérimentale, singulière dans l'histoire de la fiction télévisuelle, intéressante car le document est doublement précurseur. Le texte utilisé fait partie du recueil intitulé la Foire aux atrocités (The Atrocity exhibition), une collections de maquettes, de «romans condensés». Crash! fait partie d'une collection, Crash! est la matrice du roman Crash (sans exclamation) développé et publié en 1973, adapté à l’écran par Susan Emerling et Zoe Beloff en 1986, mais aussi et surtout par David Cronenberg en 1996, et encore par Paul Haggis en 2004.

Le ressort psychologique qui est exploré par JG Ballard est la symphorophilie, c'est-à-dire l'excitation sexuelle provoquée par les catastrophes, dans les deux versions de Crash(!) il s'agit d'explorer l'énergie sexuelle qui peut se dégager pendant un accident de voiture.

---

En français:

Ballard sur nooSFere

www.noosfere.org

Préface de l'auteur à l'édition française, première parution (1992)

JG BallardCrash et la Foire aux atrocités sur Wikipedia

-

En anglais:

Crash: Homage to JG Ballard, très belle publication à l'occasion d'une exposition à la galerie Gagosian à Londres en 2010

Crash, fiche du roman de JG Ballard sur le site de la British Library

Crash, bande annonce du film de David Cronenberg

www.ballardian.com

-

Influence notables du roman Crash sur la pop électronique:

The Normal

Gary Numan

The Creatures

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.