Culture - Médias : Une étude sur les défis et opportunités d'un travail décent

Sur le plan mondial, 30 millions de travailleurs dans les secteurs de la culture et des médias sont réputés contribuer à un développement social et économique. Un rapport récent de l'Organisation internationale du travail nous propose de cartographier le paysage juridique et politique dans 16 pays non-européens pour ce secteur au potentiel important en termes de développement.

My Labour is my Protest at the Johnson Editorial Library (2011) White Cube exhibition © Theaster Gates My Labour is my Protest at the Johnson Editorial Library (2011) White Cube exhibition © Theaster Gates

Défis et opportunités pour le travail décent dans les secteurs de la culture et des médias Étude rédigée par Marc Gruber pour l'Organisation internationale du travail à Genève 

Près de 30 millions de travailleurs de la culture et des médias dans le monde: la nature créative et collaborative de leur travail, associée au progrès technologique permanent, donne lieu à une prolifération de divers régimes d’emploi pour les travailleurs de la culture et des médias: le freelance, le travail autonome et le travail à temps partiel notamment. De tels arrangements peuvent leur offrir indépendance, flexibilité et ouverture des possibilités d'emploi, mais ils ont aussi une incidence sur leurs conditions de travail, leur participation aux négociations collectives, l'exercice de leur liberté d'association, ainsi que leur accès à une couverture sociale de base.

L'étude de Marc Gruber se penche sur 16 pays non européens répartis en quatre grandes régions: Afrique (Afrique du Sud, Côte d’Ivoire, Kenya, Maroc, RD Congo, Sénégal); Amériques (Argentine, Canada, Brésil, Colombie, Pérou); Asie et Pacifique (Corée, Indonésie, Japon, Malaisie, Nouvelle-Zélande) et États Arabes (Égypte, Liban). Ainsi que sur une diversité d'opérateurs: musiciennes et musiciens, actrices et acteurs, danseuses et danseurs, journalistes, scénaristes, techniciennes et techniciens, plus largement créatrices et créateurs dans l'audiovisuel, le spectacle vivants et les arts visuels.

Les conditions d'emploi diversifiées, le besoin de flexibilité et d'indépendance, de traitement équitable, la nature des relations contractuelles, ou encore les nécessités de s'adapter aux évolutions technologiques sont notamment approchées dans cette étude. Les questions relatives aux différents régimes d'emploi applicables, aux implications sur la fiscalité, à la sécurité sociale conduisent à celle la concurrence à l'échelle internationale pour souligner l'importance du développement d'une législation internationale du travail, de la liberté d'association et du droit à la négociation collective. Si on part bien de l'idée qu'un tel ensemble de normes pourrait s'appliquer à tous les travailleurs, quelle que soit la nature de leur exercice professionnel.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.