Châtellerault, une ville bientôt à droite ?

Retour en arrière : Après avoir annoncé qu'il renonçait aux Municipales, Jean-Pierre Abelin-Nouveau Centre-s'était ravisé et fut bel et bien candidat. Philippe Rabit, dès lors en congé de l'UMP, se présentait aussi avec le soutien de Danièle Gilbert ! Au final, ce sont cinq listes qui étaient proposées aux électeurs de Châtellerault. Le maire sortant Joel Tondusson (PS) aura également sur son chemin une liste divers gauche menée par Gilles Michaud et enfin une d'extrème gauche pour reconquérir la ville industrielle de la région Poitou-Charentes.

 

 

mairie_chatel02jpg.jpg

 

9 novembre 2007 : c'est dit, Jean-Pierre Abelin (Nouveau Centre) n'ira pas à la bataille pour la mairie de . Le Nouveau Centre et l'UMP n'ont pas trouvé de terrain d'entente dans cette ville et l'une et l'autre des formations se renvoient la responsabilité de cet échec. Jean-Pierre Abelin préfère s'investir dans les élections cantonales et laisse à l'UMP Philippe Rabit la charge d'occuper le terrain face au maire PS sortant de Châtellerault, Joël Tondusson. En fait, s'il abandonne la course à la mairie, c'est, dit-il, parce qu'il n'a pas obtenu de la part de l'UMP la carte blanche qu'il souhaitait. Il renvoie la responsabilité de l'échec d'une liste fusionnée à l'UMP, laquelle fait la même chose dans l'autre sens.
15 janvier 2008 : Mais il ne faut jamais dire "fontaine..." Revirement de situation, deux mois après avoir annoncé son intention de ne pas participer à la compétition municipale à Châtellerault. Jean-Pierre Abelin ira bien à la bataille, et du coup le cas "Philippe Rabit" est de nouveau posé. Car il semble difficile qu'il y ait de la place pour les deux "frères ennemis" sur une même liste. Jean-Pierre Abelin, qui appartient au Nouveau Centre a reçu le soutien de l'UMP. Et Philippe Rabit a été prié de s'effacer, sous peine d'être lui-même radié de l'UMP. Un os qui doit lui rester en travers de la gorge.

 

23 janvier 2008 : "en congé" de l'UMP, Philippe Rabit repart à la conquête de la Mairie de Châtellerault. D'abord soutenu par sa formation (il rappelle qu'il est un fidèle "gaulliste" depuis 25 ans"), il a été prié de s'effacer lorsque Jean-Pierre Abelin a décidé - sur le tard - de se présenter. La rumeur de la venue de Nicolas Sarkozy a même circulé pour venir le soutenir dans cette ville industrielle de la Région Poitou-Charentes...Un peu amer face à cette situation ("je ne suis pas payé en retour" -sous-entendu "de ma fidélité)", le conseiller municipal d'opposition s'est mis en congé de l'UMP, et a décidé de passer outre les décisions d'Etats-Majors : il se présente en candidat libre.

 

Et une ville très convoitée par la droite

Depuis 1983, la ville est à gauche, exactement depuis l'élection au fauteuil de maire d'Edith Cresson. Mais auparavant la ville avait été tenue par Pierre Abelin, centriste depuis 1959 puis, à son décès par son épouse jusqu'en 1983. Leur fils Jean-Pierre Abelin souhaiterait maintenant que ce soit son tour. Face à lui, le maire sortant socialiste Joël Tondusson qui avait succédé à Edith Cresson et un ex-RPR, Philippe Rabit, éternel candidat, mais qui n'a jamais pu concrétiser. Ajoutons la candidature de Gilles Michaud qui reçoit le soutien du MoDem ainsi qu'une liste Lutte Ouvrière. Le compte est bon et les reports de voix seront intéressants à suivre au second tour.

 

En ordre de bataille

3 mars 2008 : c'est la dernière ligne droite pour les 5 candidats : Joël Tondusson, PS sortant, confiant en son bilan, Jean-Pierre Abelin, Nouveau Centre, qui n'oublie pas que la ville a été centriste pendant plusieurs décennies, avant l'arrivée d'Edith Cresson, Philippe Rabit, ancien RPR qui n'est jamais parvenu à ses fins sur la ville, Gilles Michaud, candidat DVG, naguère proche d'Edit Cresson, enfin un candidat Lutte Ouvrière, Patrice Villeret.

 

Physionomie du 1er tour : 32,78% pour Joël Tondusson et 31,68% pour Jean-Pierre Abelin

Ballottage entre le maire sortant PS, Joël Tondusson et Jean-Pierre Abelin, Nouveau Centre. Le maire sortant a reçu le soutien d'Edith Cresson, ancien Premier Ministre et ancien maire de Châtellerault. Tandis que Gilles Michaud (DVG) obtient 20,3% des suffrages et qu'ila l'intention de se maintenir au 2d tour. On ne sait pas encore les intentions de Philippe Rabit qui a obtenu un petit peu plus de 10%.

11 mars 2008 : finalement, après 48 heures de suspense, Philippe Rabit (DVD) a annoncé son retrait de la compétition, ajoutant qu'il appelait à voter pour le candidat "Nouveau Centre", Jean-Pierre Abelin. Il n'en est pas de même "en face" : outre la liste du maire sortant PS, Joël Tondusson, Gilles Michaud, DVG, avec le soutien du MoDem maintient sa liste au second tour. Difficile dans ces conditions de faire des pronostics...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.