La droite gagne Châtellerault et conserve le conseil général de la Vienne

La droite a remporté Châtellerault, gouvernée par la gauche depuis 24 ans, avec la victoire de la liste conduite par Jean-Pierre Abelin (NC) dimanche au second tour des élections municipales, et a réussi à conserver la majorité au conseil général malgré la perte de deux sièges.Jean-Pierre Abelin est sorti vainqueur d'une triangulaire avec 44,71% des suffrages devant le maire sortant PS Joël Tondusson (37,96%) et le candidat DVG Gilles Michaux (17,33%).
La droite a remporté Châtellerault, gouvernée par la gauche depuis 24 ans, avec la victoire de la liste conduite par Jean-Pierre Abelin (NC) dimanche au second tour des élections municipales, et a réussi à conserver la majorité au conseil général malgré la perte de deux sièges.

Jean-Pierre Abelin est sorti vainqueur d'une triangulaire avec 44,71% des suffrages devant le maire sortant PS Joël Tondusson (37,96%) et le candidat DVG Gilles Michaux (17,33%).

Fils de Pierre Abelin, maire centriste de Châtellerault de 1959 à 1997, ministre de 1947 à 1978, Jean-Pierre Abelin est député et vice-président du conseil général.

Après avoir renoncé à poser sa candidature en novembre, il était revenu sur sa décision, se lançant tard dans la course à la mairie. La municipalité de Châtellerault a notamment été dirigée par Edith Cresson (PS), ancien Premier ministre.

Jean-Pierre Abelin a bénéficié du report des voix de Philippe Rabit (DVD, 10,31% au 1er tour) qui avait renoncé à se maintenir et appelé ses électeurs à voter pour le candidat NC.

La droite, en dépit de la perte de deux cantons, a conservé la majorité au Conseil général de la Vienne (20 sièges contre 18). La gauche, soutenue par le PCF et les Verts, n'a pu remporter la bataille de Poitiers (5 cantons en ballottage) qui lui aurait permis de faire basculer le Conseil général.

La gauche avait en revanche conservé sans difficultés dès le premier tour le 9 mars la mairie de Poitiers, qu'elle détient depuis 31 ans, avec la victoire de la liste d'Alain Clayes (PS). Le maire PS sortant Jacques Santrot, 70 ans, avait décidé de ne pas se représenter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.