Réforme territoriale : chiche

un pas en avant, deux pas en arrièr, la "Valls" du gouvernement est à mille temps ! qui osera un jour affronter la force, ou plutôt l'inertie des Barons locaux. Telle est la question! Depuis les lois Deferre des années 80, pas de vraiez réformes!

36000 communes, pour quoi faire aujourd'hui? C'est sans doute un point de départ que de les fusionner, pour créer des communes avec des vrais leviers d'action (humains, financier) impossible aujourd'hui pour des communes de quelques dizaines ou centaines d'âmes. il faut ensuite impulser une dynamique forte de regroupements d'intercommunalités dans le même souci d'efficience. Les regroupements d'EPCI existent, mais il faut les encourager encore plus pour que les départements (en tant qu'entité géographique) soient totalement et solidement couverts et que ces structures puissent alors réellement porter les compétences actuellement portées par les Conseil généraux, y compris les compétences sociales! Ainsi les départements auront vécus! Nous pourrons alors enlever une vraie couche au mille feuille, ne conservant sur un grand territoire que la Région, les intercommunalités (grosses communautés de communes ou  agglomérations ou nouvelle Métropole) et les communes, entités de base de l'organisation territoriale française, si chères aux français!!

La revendication des barons locaux de ne pas perdre la proximité me semble être un faux argument! En effet, rien n'empêche les nouvelles structures de s'organiser pour couvrir leur territoire d'appartenanc et être au plus près des citoyens (antennes, permanences....).

Alors messieurs (car nous retrouvons encore majoritairement des hommes! Autre incongruité!) les élus locaux, lachez vos prérogatives et réfléchissez non plus à l'ombre de vos baronnats, mais pour accompagner une réforme territoriale qui est aujourd'hui indispensable pour répondre aux enjeux du XXI siècle. Le cumul de mandats a vécu! Vous pouvez continuer à vous accrocher à vos mandats. Je vous encourage plutôt à faire le pari de la réforme.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.