David F.
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 déc. 2015

La démocratie en lambeaux

Voilà une information bien peu commentée dans les médias. Pourtant, le tri-partisme s'impose en France avec la nouvelle modification des règles applicables à l'élection présidentielle. Exit le pluralisme. Bye-bye démocratie.

David F.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce 16 décembre 2015, une proposition de loi organique "de modernisation des règles applicables à l'élection présidentielle" a été présentée à l'Assemblée Nationale et adoptée (en première lecture) par cette dernière le lendemain dans un hémicycle pratiquement vide, comme à l'accoutumée. Plusieurs articles modifient les règles de façon substantielle, et il apparait essentiel d'en faire une lecture critique afin d'informer le lecteur sur le danger mortel qu'ils portent à l'idéal que nous nous faisons de la démocratie.

Parrainages : mission impossible ?

Jusqu'à maintenant, les candidats pouvaient aller chercher eux-même les parrainages auprès des maires qui leur accordaient leur signature. L'article 2 impose dorénavant l'envoi par le signataire d'un formulaire signé et "[adressé] au Conseil constitutionnel par leur auteur par voie postale, dans une enveloppe prévue à cet effet". Les signataires n'ont certainement rien d'autre à faire ! Il y a fort à parier que la récolte des signatures nécessaires devienne encore plus difficile pour les 'petits' candidats.

Vers la fin de l'égalité du temps de parole

Jusqu'à maintenant, tous les candidats bénéficiaient du même temps de parole, et ce cinq semaines avant l'élection. L'égalité devant les médias permettait d'éviter la sur-exposition médiatique des 'gros' candidats et la sous-exposition des 'petits'. Par ailleurs, le délai de cinq semaines assurait à tout le monde d'avoir une exposition (presque) identique pendant un temps relativement long. "Relativement" seulement, car 5 semaines sur les 52 que compte une année, ce n'est pas non plus exagéré...

Donc, revenons à cette proposition de loi. L'article 4 impose non plus le principe d'égalité, mais d'équité "en ce qui concerne la reproduction et les commentaires des déclarations et écrits des candidats et la présentation de leur personne" avant la campagne officielle qui, rappelons-le, démarre quinze jours avant chaque scrutin. Pour juger de l'équité, le CSA tiendra compte "de la représentativité des candidats [...] en fonction des résultats obtenus aux plus récentes élections [...] et en fonction des enquêtes d'opinion" ainsi que de "la contribution de chaque candidat à l'animation du débat".

En clair, le temps de parole sera fonction des sondages et des résultats des élections précédentes : les 'petits' candidats n'auront plus droit au chapitre, sauf pendant les derniers quinze jours... Pluralisme, où es-tu ?

La démocratie dans tout ça ?

Dans mon précédent billet, je rapportais une étude qui montrait la corrélation presque parfaite entre le temps de parole des politiques et leur résultat aux élections. La conclusion est cristalline : les médias, par leur préférence envers tel ou tel candidat, donnent le pouvoir aux hommes politiques. Ce sont eux qui votent pour nous. En rognant encore sur le temps de parole des 'petits' candidats, les gouvernants s'assurent de conserver le pouvoir. La formalisation du tri-partisme couplée au chiffon rouge qu'est le FN fossilise la vie politique. Adieu le pluralisme, bye-bye démocratie...

Cette proposition de loi va à l'exact opposé de ce que devrait être une démocratie, telle que définie par l'article 2 de la Constitution : "Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple". Gouvernement du peuple ? Alors qu'une personne sur deux ne vote pas ? Alors que seuls trois partis sont promus dans les médias ? Les personnes au pouvoir ne représentent qu'elles même. Comme disait Condorcet : "Même sous la Constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave".

Update : une pétition est lancée pour empêcher cette régression démocratique. Je vous invite à la signer en masse : http://www.holdup-presidentielle.fr

Bonus : Rapport législatif et discussions (Assemblée Nationale)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana