Fusion des IRP : un goût amer

Quand le ministère du travail veut fusionner des instances dont il vante lui-même les rôles cruciaux...

Il vous est sans doute déjà arrivé de goûter trois bonnes bouteilles de vin au cours d’un repas. Même pas des crus exceptionnels, mais simplement bons.

A ce moment-là, je suis sûr que vous n’avez pas eu l’idée de les mélanger. A moins que vous vous soyez dit :

« Wahou, elles sont trop bonnes ! Je vais les mélanger dans un grand saladier !» Le résultat ne fut sans doute pas la hauteur. Les spécificités de chacune ont disparu. Si ça se trouve, on aurait dit un mélange des vins de la communauté européenne.

Hé bien, c’est à peu près ce que la réforme du code du travail prévoit de faire avec les Délégués du Personnel, les Comités d’entreprise, et les CHSCT.

En lisant la présentation de la réforme sur le dialogue social sur le site du ministère du Travail, dans la rubrique “les mots clés de la réforme” on peut lire :

- « Le CHSCT joue un rôle majeur dans la protection des salariés. »

- Les compétences du CE «dépassent largement l’organisation d’activités culturelles. La consultation du CE est par exemple nécessaire en cas de projets de licenciements pour motif économique, de modification de la durée du travail, des conditions d’emploi ou sur la formation (...)»

C’est plutôt positif. Tellement. Et ça date du 24 Juillet 2017...

Alors, tout cela risque d’être fusionné.

Mais certains diront que ce n’est qu’ une histoire de palais.

http://travail-emploi.gouv.fr/grands-dossiers/renforcement-du-dialogue-social-et-economique/le-lexique/#c

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.