Chômage, retour à l'emploi et santé

L'été dernier, l'International Journal of Epidemiology a publié une étude intéressante sur les chômeurs, et l'impact d'un retour à l'emploi sur leur santé. Les résultats rompent avec certaines idées présupposées. Oui, le chômage est souvent une période de dégradation de la santé. Mais retrouver du travail dans un emploi de mauvaise qualité ne signifie pas automatiquement une amélioration.

Cette étude s'est déroulé en Angleterre, entre 2009 et 2012. Les scientifiques ont réalisé une série de prélèvements de biomarqueurs comme la créatinine, le cholestérol, la pression artérielle, des marqueurs de diabète, etc.

Les résultats sont surprenants (ou pas) : Les adultes qui ont retrouvé du travail dans un emploi de mauvaise qualité avaient des taux plus élevés de biomarqueurs que leurs pairs restés au chômage. Comprendre : leur santé s'était dégradée.

A l'inverse, ceux qui ont retrouvé un emploi de bonne qualité ont vu leur santé s'améliorer.

Les scientifiques ont qualifié l'emploi à partir de ces indicateurs :

  • La satisfaction au travail
  • L'anxiété au travail
  • L'autonomie dans le travail
  • L'insécurité de l'emploi
  • Le niveau de rémunération

Le portrait sociodémographique et socioéconomique a été pris en compte. 

Lire une traduction partielle en français

Lire l'article complet en anglais

Cet article pousse donc à s'interroger sur plusieurs points :

  • Quelle est la prise en compte de la santé au travail dans les orientations de la politique de l'emploi ? 
  • Comme cette étude à eu lieu chez les britanniques, ce constat se vérifierait-il en France avec nos spécificités ? (Institutions Représentatives du Personnel dédiée à l'HSCT, médecine du travail, sécurité sociale, etc.)

En tout cas, cela reste à fouiller.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.