1er Mai à Toulouse, une raison de plus d'y être

Fin Février, la mairie de Toulouse a adressé un courrier aux organisations syndicales représentatives remettant en cause l'hébergement gratuit des UD. Au prétexte de la baisse des subventions  des autres collectivités locales.

Pour le Capitole, la CGT devrait quitter la Bourse du Travail qui est son siège depuis 1931 au mois de Juin.

En réalité, cet ultimatum s'inscrit dans un double processus de remise en cause des droits syndicaux et de gentrification du centre de Toulouse. Le maire Mr Moudenc entend éloigner tout ce qui ferait tâche dans la ville rose : les commerces qui ne répondent pas aux canons de la consommation moderne, les arrêtés anti-prostitutions, et maintenant, la Bourse du Travail.

C'est sûr que ce bâtiment historique occupé par la CGT ne s'inscrit pas forcément dans "les visions" de l'urbaniste Joan Busquet. L'urbaniste catalan, nommé par l'ancien maire PS, déjà initiateur du nettoyage social de Barcelone, a fait de Saint-Sernin une priorité. 

Mais l'épuration sociale et l'atteinte aux droits syndicaux sont difficilement justifiables. Il faut des chiffres: Subventions, austérité, coût d'entretien, manque à gagner, etc. C'est donc à Sacha Briand, adjoint aux finances de Mr Moudenc, que revient la lourde tâche d'assumer le bras de fer avec la CGT. 

La CGT manifestera aux côtés de la FSU et de Solidaires le 1er Mai, à 10h Place du Capitole et se réunira en fin de manif devant la Bourse du Travail.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.