Hortefeux, conseiller du président ou du candidat?

J'avoue ne pas tout comprendre... L'ancien ministre de l'intérieur a semble-t-il été "puni" pour ses différentes condamnations, mais en quoi devenir conseiller spécial du Président pour l'aider à préparer les prochaines présidentielles est il synonyme de punition?
J'avoue ne pas tout comprendre... L'ancien ministre de l'intérieur a semble-t-il été "puni" pour ses différentes condamnations, mais en quoi devenir conseiller spécial du Président pour l'aider à préparer les prochaines présidentielles est il synonyme de punition?

Je croyais candidement lorsque j'appris son éviction du gouvernement pendant le remaniement qu'il recevait enfin la sanction méritée par ses écarts, mais je manquai de tomber de ma chaise en apprenant la vérité : nomination au poste de conseiller spécial du président... mais quesaco es? Les journalistes nous apprennent sans sourciller qu'il s'agit là d'un poste important pour Nicolas Sarkozy qui pourra ainsi recevoir de précieux conseils de son ami pour préparer l'échéance de 2012.

Mais en quoi recevoir des conseils d'un ami pour préparer sa réélection est-il devenu un emploi rémunéré par l'Etat, donc par les contribuables? Ne sont-ce pas les partis politiques qui doivent payer et organiser les élections de leur candidat? J'ignore sans doute par mon jeune age une exception accordée à chaque président car personne ne semble choqué par cette information... mais ayant appris tout jeune que la majorité n'a pas forcément raison, je me permets de soulever cette question...

Je souhaitais au départ comparer ce poste de conseiller à un emploi fictif, mais en fait il ne s'agit absolument pas de cela :

 

On parle d'emploi fictif lorsqu'une personne perçoit une rémunération pour une activité qu'elle n'exerce pas, par exemple en poursuivant des activités partisanes ou militantes au lieu d'effectuer le travail pour lequel elle est censée être rémunérée, ce qui est un délit.

En effet, ici l'emploi est officiellement annoncé comme poursuivant des activités partisanes et militantes,

 

Il (Nicolas Sarkozy) appellera auprès de lui Brice Hortefeux comme conseiller politique, dans un contexte dont chacun peut comprendre qu'il sera éminemment politique dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

dixit le premier ministre François Fillon sur RTL le lendemain du remaniement. Il poursuivait en faisant entendre que Brice Hortefeux sera "plus utile" à ce nouveau poste "dans les circonstances qui s'annoncent", justifiant ce changement par "les échéances politiques", allusion claire à la campagne pour la présidentielle de 2012.

 

Je refuse de payer le salaire du conseiller du Président pour préparer sa campagne, alors que d'après moi c'est bien l'UMP qui devrait s'en charger... mais qu'y puis-je?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.