Proposition pour un enseignement laïc de la religion

Plutôt que de poursuivre la logique des néocons américains d'une guerre des civilisations, alors que le fait religieux ne se réduit pas à un fait civilisationnel mais constitue un fait anthropologique global, voici une proposition pour un enseignement laïc de la religion.

Ceci est une de mes proposition au Vrai Débat qui fut un grand moment de démocratie citoyenne qu'il serait urgent de faire revivre aujourd'hui en ces temps de confrontation délétère entre racisme et intégrisme.

Préambule

1 - Le départ de chaque guerre c'est la politique et son utilisation de la religion pour justifier des enjeux de pouvoir. Faut-il interdire la politique ? L'éducation est déjà polluée par le pouvoir et devrait transmettre du savoir plutôt que de forger ce monstre déjà dénoncé par Foucault du savoir-pouvoir.

2 - Cette proposition va dans le sens d’un enseignement du fait religieux d’un point de vue rationnel où la science y a sa place à condition de rester véritablement scientifique, c’est-à-dire de ne pas fonctionner comme un imaginaire d’une promesse de vérité. Tout à fait d’accord donc pour parler du fait religieux, non pas à partir d’un point de vue historique, ou ethnologique, ou littéraire, etc. mais dans une perspective proprement anthropologique et donc transdisciplinaire. Le programme d’histoire peut aborder les aspects civilisationnels, cela ne saurait en aucun cas rendre compte pleinement du fait religieux et ce fait religieux ne peut être compris qu’à partir de textes, notamment par exemple du baron d’Holbach pour l’athéisme.

3 - Il ne s’agit surtout pas de faire rentrer la religion à l’école. Les établissements privés pratiquent le prosélytisme, les établissement publics pratiquent l’interdiction. Fanatisme clérical d’un côté, fanatisme athée de l’autre et ignorance de toute part. L’obscurantisme c’est l’ignorance qui condamne. Pour lutter contre ces obscurantismes, il faut montrer qu’il est possible d’étudier la religion comme un simple phénomène culturel, la neutralité étant imposé à l’enseignant et les élèves devant apprendre à écouter une pluralité de points de vue.

 

Objectifs de cette proposition


- Porter un regard rationnel sur les religions,
- Apprendre à écouter une pluralité de points de vue,
- Appliquer pleinement la Loi de 1905 sur la laïcité,
- Lutter contre l'ignorance qui condamne, lutter contre les fanatismes

 

Proposition pour un enseignement laïc de la religion

 
On ne peut pas étudier toutes les religions et il serait inutile de passer des heures d’enseignement à détailler tous les récits religieux possibles. Il s’agit d’analyser une sélection de textes religieux fondateurs et de base des grandes religions antiques et contemporaines pour mieux comprendre ce qui fonde les différentes croyances, sans aborder néanmoins les questions de foi mais avec la neutralité d’un ethnologue étudiant des cultures exotiques. Il faut bien une base solide pour comprendre la religion comme phénomène culturel et pour cela il faut pouvoir se reporter à des textes sacrés précis, de même que Claude Lévi-Strauss se référait à des mythes précis pour mieux comprendre des sociétés amérindiennes.


Un enseignement purement historique de la religion n’est pas laïque car la perspective historique réduit l’expérience religieuse à sa réalité institutionnelle et politique. Or la laïcité vise justement à séparer l’ordre politique de l’ordre du religieux, le temporel de l’atemporel.


Présenter la religion comme un phénomène culturel avec la neutralité du regard ethnologique permet de rendre compte des croyances religieuses en les détachant de l’interprétation institutionnelle et des pouvoirs qui se sont constitués en occultant l’expérience mystique.


Le fondement de toutes les religions, ce sont des textes inspirés par des expériences mystiques singulières. Il faut revenir à la source des textes pour comprendre l’expérience religieuse elle-même en la détachant de sa traduction institutionnelle qui a le plus souvent été inspirée par une volonté de puissance et de défense des pouvoirs en place.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.