Grand Débat des idées

Commentaire après écoute intégrale du débat des idées. De nombreuses remarques justes qui tombent à l’eau, absorbées comme des cailloux au fond d’un lac par la grande synthèse présidentielle où toutes les rugosités de la critique deviennent lisses.

Emmanuel Macron a débattu avec plus de soixante intellectuels pendant plus de huit heures, chacun limité à une intervention sans droit de réponse et donc sans possibilité d’approfondir ou de préciser les réponses présidentielles lapidaires. Des opposants majeurs comme Rosanvallon ou les économistes atterrés avaient été écartés. Dominique Méda est facilement contrée au nom d’un réalisme budgétaire de principe. Certains économistes présents avaient participé à l’élaboration du programme économique, comme Jean Pisani-Ferry ou Philippe Aghion qui critique l’absence des contreparties prévues à la flat taxe (suppression de certaines des 450 niches fiscales). Le sociologue Julien Damon a trouvé la discipline commune à ce débat, la “giletjaunologie”. Le juriste Olivier Beaud critique l’irresponsabilité juridique de la fonction présidentielle et une université devenue voiture balai de la formation car dessaisie de sa fonction scientifique au nom d’une prétendue professionnalisation. De nombreuses remarques justes qui tombent à l’eau, absorbées comme des cailloux au fond d’un lac par la grande synthèse présidentielle où toutes les rugosités de la critique deviennent lisses.
Justification de la politique fiscale en assenant à la fois qu’il n’y a pas d’intérêt à la redistribution et que le capital productif ne serait pas assez attractif, sans préciser la nature de ce capital productif ni les conditions de cette attractivité qui pour le moins ne sont pas seulement fiscales mais également géographiques et plus largement corrélées à l’environnement économique (pas d’économie de marché sans marché). Heureux retour à la loi de 1905 pour la laïcité mais en même temps invraisemblable distinction quant aux signes religieux ostentatoires qui ne relèveraient pas de la laïcité mais de l’ordre public. Capital productif, laïcité, les mots se vident de leur sens et deviennent des idéités vides justifiant l’arbitraire d’une décision qui revendique son efficacité comme un impératif absolu au delà des résultats qui par ailleurs dépendent de la conjoncture internationale.
Derrière l’infatigable Macron, le climatologue Jean Jouzel n’en finit plus de bailler.

 

https://www.franceculture.fr/politique/grand-debat-emmanuel-macron-debat-lundi-avec-des-intellectuels-a-suivre-en-direct-sur-france-culture

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.