David Renaut
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 oct. 2020

République(s)

À l’heure où seul domine une conception droitière de la République, un petit travail de définition conceptuelle s’impose.

David Renaut
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a au moins deux conceptions de la République, une République de gauche, une République de droite.

République de droite


La plus simple est la conception droitière d’un ordre républicain constituant une totalité effective exprimée par les lois et les signes identitaires de la Nation. Cette République trace un territoire symbolique précis qui porte en lui l’exigence que tous les individus se plient à ses règles, tout le monde doit entrer dans le moule Républicain comme dans un corps collectif. Cette République fait bloc, elle est une et impose à tous de s’agréger à l’ordre unaire qui la constitue. Cette République est en guerre contre tout ce qui ne se conformerait pas à son ordre, elle produit la fiction d’un ennemi intérieur pour s’assurer, se rassurer de sa solidité. Cette République prétend à l’universel mais n’est que globalisante, uniformisante, et donc anti-universaliste.

République de gauche


La conception de gauche ne définit aucun ordre de fait mais repose sur des principes de droit, les droits précédant les devoirs et les devoirs n’étant que l’exigence de faire respecter ces droits. Cette République demeure toujours à construire, nul ne peut en être l’ennemi ni s’en séparer puisqu’elle accueille toutes les personnes et tous les discours, qu’elle est fondamentalement inclusive, y compris de ceux qui s’opposent à ses principes et aux droits. Elle est un universel et inclusive de toute diversité. Elle est diverse parce qu’universelle et universelle parce que diverse.

Selon cette conception, l’idée même de séparatisme est une contradiction dénuée de sens. Selon cette conception,  il n'y a pas de lois de la République mais une ambition Républicaine d'établir des lois qui soient toujours plus adéquates aux principes qui les fondent. Selon cette conception, il n'y a pas d'ordre républicain, il n'y a pas une fixité des rapports sociaux à conserver mais au contraire des relations consenties entre des individus libres, non une autorité fixe accaparée par une minorité dominante mais un échange continu d'autorités inaliénables. Selon cette conception, il n'y a pas d'unité républicaine, pas de globalité unifiante mais une universalité résultant de la reconnaissance des diversités.

Discours dominant

Malheureusement il n’y a plus aujourd’hui que la conception droitière d’un ordre Républicain qui s’exprime aujourd’hui et à laquelle même des politiciens prétendument de gauche se rallient. Il n’est plus question que de tenue Républicaine, d’ordre Républicain, de lois de la République, d’unité Républicaine.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine