Djil
Abonné·e de Mediapart

116 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 avr. 2014

Djil
Abonné·e de Mediapart

Algérie : 4è mandat=opportunité pour une nouvelle Constitution fondatrice 'd'une 2è République

Djil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Transformer une catastrophe en un espoir

De Djilali,

Comme attendu, le Président algérien Abdel Azziz Bouteflika vient d'être élu pour entamer un quatrième mandat à la tête du pays. Dans le délabrement avéré de son état de santé, particulièrement documenté durant son troisième mandat, l'on ne peut que saluer la témérité d'un homme qui a marqué et qui a été marqué par l'histoire du pays depuis son accession à l'Indépendance. 50 ans d'histoire assumant les plus hautes charges diplomatiques et politiques qui intéresseront peut-être un jour les spécialistes de la chose.

Un Président élu, de son fait ou malgré lui, pour un mandat de plus, de trop diraient les adeptes d'une démocratie universelle rénovée, corrigée des errements et pratiques discréditées de la démocratie occidentale. L'Algérie qui a accompli le miracle en emportant une victoire historique sur les forces colossales, coloniales, a montré durant les années 1960 et 70 une capacité réelle de mobiliser et d’entraîner les populations africaines, arabes, et plus généralement du Tiers-monde dans des combats contre les velléité de domination occidentale, d'asservissement des peuples et de pillage des richesses.

Aujourd'hui, l'Algérie est capable de transformer cette catastrophe électorale qui a consisté à concéder un nouveau mandat à un de ses fils, usé par le pouvoir et susceptible de finir sa carrière dans l’opprobre s'il s'obstinait à vouloir mourir comme Président ou pire encore, chercher à léguer ce pouvoir à épouse, fils ou frère pour perpétuer la lignée, la dynastie le royaume comme au temps jadis des sultanats. Elle pourrait la transformer en une lueur d'espérance pour elle et pour les autres peuples du monde, des citoyens épris d'une conscience, militants pour une nouvelle gouvernance, pour la construction d'un modèle politique capable de construire et de renforcer un pouvoir participatif et partagé dont la pierre angulaire serait l'exigence d'un mandat présidentiel unique et exclusif. Donner au pouvoir cette transparence et cette fluidité, cet engouement qui fait du Président en exercice un serviteur momentané de son peuple, un passeur de flambeau au seul service de l'intérêt commun et non d'une famille, d'un clan ou d'une région.

En Amérique centrale, le Mexique applique déjà et depuis longtemps cette forme de gouvernance qui reste à parfaire, l'Algérie peut décider de la vulgariser avec plus de rigueur et d'ambition pour servir son peuple mais aussi les peuples africains, arabes et au-delà.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes