Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 avr. 2014

La société civile, dernier rempart de la démocratie en Turquie

Dépourvue d’une ligne politique claire et nette, l’opposition turque est le grand perdant des élections municipales en Turquie. Même le renforcement des voix du BDP, parti kurde, ne suffit pas à calmer l’inquiétude que suscite la montée de l’extrême droite dans plusieurs provinces et villes.

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dépourvue d’une ligne politique claire et nette, l’opposition turque est le grand perdant des élections municipales en Turquie. Même le renforcement des voix du BDP, parti kurde, ne suffit pas à calmer l’inquiétude que suscite la montée de l’extrême droite dans plusieurs provinces et villes.

Lors de son « discours de balcon » (expression utilisée pour les discours mis en scène de victoire par le parti au pouvoir), le chef du gouvernement savourait son triomphe. Au lieu d’apaiser l’inquiétude de plus de la moitié de la population, ses paroles appellent à combattre le clan de Fetullah Gulen, sombre leader d’une confrérie religieuse ayant retiré son soutien au parti au pouvoir. « Nous allons les renvoyer dans leurs grottes », disait-il hier soir, en le visant ouvertement comme cible. Avec le groupe Gulen, tous les contestataires sont également visés.

Le lendemain des résultats, Istanbul semble envahie par une vague de dépression collective. Après une participation record pour le pays, près de la moitié du pays, a décidé de continuer avec un dirigeant aveuglé par son orgueil. Le CHP, le Parti Républicain du Peuple, n’a pas fait la percée tant attendue par une bonne partie des électeurs.

Restent les leçons à tirer de ces résultats… Il n’est plus possible d’interpréter ce soutien comme une contestation populaire, comme il y a dix ans. Aujourd’hui, l’AKP au pouvoir n’est plus un mouvement sociale et sociétale, mais est devenu le nouveau visage du système étatique turc. Cependant, hormis le BDP, l’opposition se voulant « de gauche » n’a plus aucune solution à proposer.

Cette indécision et imprécision politiques ne permettent donc plus de relayer les attentes des opposants turcs. L’arrogance sans limite de M. Erdogan ne pourra être contenue que par la force de la rue, décidée à combattre l’obscurantisme, les répressions politiques et sociétales, ainsi que l’ignorance massive qui s’est installée dans le pays.

A deux mois de l’anniversaire des événements du parc Gezi, les mouvements contestataires et la mobilisation civile doivent s’organiser rapidement pour trouver une solution politique et sociale pour le pays. La société civile turque, forte d’une expérience de trente ans de contestations, devra donc assumer la mission de rassembler tous ceux qui veulent œuvrer pour un pays plus démocratique, libre et égalitaire. 

La plateforme de Taksim, qui a été à l’origine de la contestation du parc Gezi l’été dernier, appelle depuis plusieurs mois tous ceux qui veulent une nouvelle gouvernance civile à signer la « Charte d’Istanbul » à travers le mouvement « Istanbul est à nous tous ! ». Cette charte vise à appeler les citoyens d’Istanbul et tous ceux qui ont un mot à dire sur la gestion de la ville à signer cette charte qui devient peu à peu une « constitution » urbaine, déjà suivie par d’autres grandes villes du pays. 

Pour consulter et signer la charte (en français) : http://www.istanbulhepimizin.org/causes/sozlesme/#francaise

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « On est dans un basculement qui n’était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel