Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2017

Ne passez pas à côté de « Passade »

Avec son premier film en tant que réalisateur, le producteur Gorune Aprikian livre dans « Passade » un conte pour adulte subtil et envoûtant sur la quête de l’amour. En salles le 9 août.

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un événement rare se produit aux premiers plans de « Passade » : nous voyons le Canal Saint-Martin se vider, cela n’arrive que tous les quinze ans. Il faut aller jusqu’au bout du film pour comprendre que ce qui se passera dans la chambre d’hôtel donnant sur le canal est tout aussi rare. Puisque « Passade » passe par la vidange des sentiments pour séduire l’autre.

Fanny Valette et Amaury de Crayencour

Après ces quelques images du canal, Aprikian nous mène dans le huis-clos de la chambre d’hôtel où les deux protagonistes, Vanessa/Alex et Paul, interprétés avec justesse et brio par Fanny Valette et Amaury de Crayencour, font l’amour. Nous resterons comme témoins cachés dans cette rencontre de solitudes qui débute avec le sexe, inversant toute logique à la conclusion habituelle d’une rencontre amoureuse.

Une fois le sexe hors jeu, l’intrigue du film peut commencer : assouvir sa solitude et son besoin d’amour. Pour ce faire, Paul, homme-enfant, simulera les sentiments comme Vanessa simulera (ou non) son plaisir. C’est d’ailleurs ce qui travaillera Paul le plus tout au long de la nuit: a-t-il réussi à la faire jouir ? Vanessa se protègera de cet acharnement sentimental imprévu jusqu’au moment où elle baissera les armes pour devenir Alex. Et justement à ce moment que Paul la blessera le plus ; car il ne peut s’empêcher de combler avant tout son besoin d’être aimé, comme d’antidote (ou même de vengeance ?) à sa femme adultère et sans amour.

C’est donc Vanessa, puis surtout Alex qui nous touchera le plus, par sa fragilité, par sa sincérité et son dépourvu en face d’un « gentil manipulateur ». Comme elle, on y croira presque, à cet homme qui soulagera sa solitude. Quand il lui dévoile son malheur conjugal, elle tombe dans le piège et ose espérer, dépourvue à présent de son bouclier.

Ce qui nous a séduit et troublé dans « Passade » sont les différentes couches de lecture que nous propose Aprikian. Légèreté, humour, puis fragilité, dépourvu, les personnages nous dévoilent tout ce que nous craignons en nous-mêmes, mais que nous ne cessons de reconstruire dans chaque rencontre amoureuse. Ce qui se passe dans cette chambre d’hôtel nous conduit à revisiter nos propres sentiments. Peut-être inconsciemment, le réalisateur dévoile également son côté féministe, ne serait-ce que par sa volonté de comprendre et de favoriser la sincérité et la force des femmes. L’usage de l’image au format cinémascope aide à éviter le piège du film théâtral, tout en nous plongeant dans la réalité de l’histoire, somme toute, fictive. L’exercice de style qu’utilise Aprikian contribue également à impliquer le spectateur dans, tour à tour, les rapprochements et les reculs émotionnels des protagonistes.

Avec « Passade », le producteur Gorune Aprikian réussi sa conversion à la réalisation et nous donne envie de le suivre dans cet exploit. Si vous cherchez la perle rare de l’été parmi tous les blockbusters et films pour enfants qui dominent les salles de cinéma, « Passade » vous surprendra : le film décortique le besoin d’être aimé de tout un chacun avec une légèreté presque paradoxale à sa subtilité, sa précision et sa profondeur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement