Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2017

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ne passez pas à côté de « Passade »

Avec son premier film en tant que réalisateur, le producteur Gorune Aprikian livre dans « Passade » un conte pour adulte subtil et envoûtant sur la quête de l’amour. En salles le 9 août.

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un événement rare se produit aux premiers plans de « Passade » : nous voyons le Canal Saint-Martin se vider, cela n’arrive que tous les quinze ans. Il faut aller jusqu’au bout du film pour comprendre que ce qui se passera dans la chambre d’hôtel donnant sur le canal est tout aussi rare. Puisque « Passade » passe par la vidange des sentiments pour séduire l’autre.

Fanny Valette et Amaury de Crayencour

Après ces quelques images du canal, Aprikian nous mène dans le huis-clos de la chambre d’hôtel où les deux protagonistes, Vanessa/Alex et Paul, interprétés avec justesse et brio par Fanny Valette et Amaury de Crayencour, font l’amour. Nous resterons comme témoins cachés dans cette rencontre de solitudes qui débute avec le sexe, inversant toute logique à la conclusion habituelle d’une rencontre amoureuse.

Une fois le sexe hors jeu, l’intrigue du film peut commencer : assouvir sa solitude et son besoin d’amour. Pour ce faire, Paul, homme-enfant, simulera les sentiments comme Vanessa simulera (ou non) son plaisir. C’est d’ailleurs ce qui travaillera Paul le plus tout au long de la nuit: a-t-il réussi à la faire jouir ? Vanessa se protègera de cet acharnement sentimental imprévu jusqu’au moment où elle baissera les armes pour devenir Alex. Et justement à ce moment que Paul la blessera le plus ; car il ne peut s’empêcher de combler avant tout son besoin d’être aimé, comme d’antidote (ou même de vengeance ?) à sa femme adultère et sans amour.

C’est donc Vanessa, puis surtout Alex qui nous touchera le plus, par sa fragilité, par sa sincérité et son dépourvu en face d’un « gentil manipulateur ». Comme elle, on y croira presque, à cet homme qui soulagera sa solitude. Quand il lui dévoile son malheur conjugal, elle tombe dans le piège et ose espérer, dépourvue à présent de son bouclier.

Ce qui nous a séduit et troublé dans « Passade » sont les différentes couches de lecture que nous propose Aprikian. Légèreté, humour, puis fragilité, dépourvu, les personnages nous dévoilent tout ce que nous craignons en nous-mêmes, mais que nous ne cessons de reconstruire dans chaque rencontre amoureuse. Ce qui se passe dans cette chambre d’hôtel nous conduit à revisiter nos propres sentiments. Peut-être inconsciemment, le réalisateur dévoile également son côté féministe, ne serait-ce que par sa volonté de comprendre et de favoriser la sincérité et la force des femmes. L’usage de l’image au format cinémascope aide à éviter le piège du film théâtral, tout en nous plongeant dans la réalité de l’histoire, somme toute, fictive. L’exercice de style qu’utilise Aprikian contribue également à impliquer le spectateur dans, tour à tour, les rapprochements et les reculs émotionnels des protagonistes.

Avec « Passade », le producteur Gorune Aprikian réussi sa conversion à la réalisation et nous donne envie de le suivre dans cet exploit. Si vous cherchez la perle rare de l’été parmi tous les blockbusters et films pour enfants qui dominent les salles de cinéma, « Passade » vous surprendra : le film décortique le besoin d’être aimé de tout un chacun avec une légèreté presque paradoxale à sa subtilité, sa précision et sa profondeur.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost