Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 nov. 2013

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Après un siècle, le silence se brise autour des Arméniens islamisés

Une nouvelle rencontre autour du génocide arménien vient de s'achever à Istanbul. Après le premier événement, en septembre 2005, le thème de cette deuxième manifestation, les 2, 3 et 4 novembre, portait sur « les Arméniens islamisés (de force) » à partir de 1915.

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une nouvelle rencontre autour du génocide arménien vient de s'achever à Istanbul. Après le premier événement, en septembre 2005, le thème de cette deuxième manifestation, les 2, 3 et 4 novembre, portait sur « les Arméniens islamisés (de force) » à partir de 1915.

Pendant que les médias turcs (et français) préféraient se focaliser sur l’inauguration du nouveau réseau ferroviaire souterrain qui va relier les deux rives du Bosphore, une autre inauguration, celle de la « Conférence sur les Arméniens islamisés » organisée par la Fondation Hrant Dink, avec le soutien de l’Université du Bosphore et de Hayder, l’association des Arméniens de Malatya, a débuté le samedi 2 novembre dans la prestigieuse salle Albert Long de l’université d'Istanbul.

En Turquie, cela fait presque dix ans que le tabou sur le génocide arménien commence à se fissurer. En 2004, le journal turco-arménien Agos, dirigé par Hrant Dink, dévoilait que la grande aviatrice « turque » Sabiha Gökçen, fille adoptive de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République, était en fait une orpheline arménienne. Ceci coïncida d’ailleurs avec le début des poursuites et menaces contre Hrant Dink. Désigné comme cible par tous, nationalistes, kémalistes et négationnistes, il fut assassiné devant le siège de son journal, le 19 janvier 2007.

En septembre 2005, le colloque sur les Arméniens ottomans au moment du déclin de l'empire avait réuni à Istanbul plusieurs historiens, politologues et scientifiques pour discuter ouvertement des faits historiques de 1915. Le climat est lourd, les participants reçoivent des menaces, on leur crache dessus à l’entrée de la salle, mais les œufs lancés sur eux ne les découragent pas. C’est lors de ce colloque que la voix juste et courageuse de Hrant Dink devient audible et ses propos accessibles à un plus grand public.

Quelques mois auparavant, l’avocate Fethiye Çetin publiait Le Livre de ma grand-mère, où elle dévoilait le secret sur les origines arméniennes de sa famille. Ce récit familial fut non seulement un succès littéraire, avec 12 rééditions successives, mais a profondément touché tout un peuple qui, jusqu’alors, avait préféré le confort d’un silence partagé.

Puis, en 2007, les obsèques de Hrant Dink furent accompagnées par des centaines de milliers de gens, criant tous « Nous sommes tous Arméniens, nous sommes tous Hrant Dink ! », du jamais vu en Turquie.

C’est d’ailleurs sa veuve, Rakel Dink, qui en premier, s’adressa à la salle bondée de l’Université le 2 novembre. « Aujourd’hui, nous allons briser le silence de mort sur le tabou arménien. Nous allons entrouvrir  les secrets enfouis. La Turquie a réussi à passer sous silence le génocide des Arméniens. Les brèches dans ce mur du silence sont de plus en plus profondes. Cette conférence vise également à pousser les Arméniens à se regarder dans le miroir. Nous allons discuter de diverses théories bien sombres. Les murmures des « restes de l’épée » (terme utilisé pour les rescapés du génocide) prennent enfin voix et se transforment en cris. Et au centre de cette histoire, se trouvent les femmes. Nous parlerons d’elles et de leurs enfants restés en Turquie, souvent oubliés par tous. »

Conversion à l’islam, par choix, par force, par instinct de survie

Au tournant du siècle dernier, des expériences individuelles et collectives de conversion religieuse accompagnent la transformation sociale et politique de l’Empire ottoman. Un grand nombre d’Arméniens sont islamisés (par choix, par force) notamment en 1915 et 1916.

On ne saura jamais exactement le nombre de jeunes Arméniens qui, ayant survécu aux massacres et à la déportation, ont été adoptés par des familles musulmanes. Un petit nombre d’hommes et de femmes ont également survécu en se mariant avec des musulmans. Et fait plus rare, des familles entières ou des villages d’Arméniens ont été sauvés, en se faisant passer pour des musulmans. Tandis que certains rescapés (surtout les jeunes hommes) ont retrouvé leurs familles quelques années plus tard ou ont été récupérés par des orphelinats de missionnaires et par l’aide humanitaire, nombre d’entre eux ont vécu leur vie en tant que « musulman » avec un nom turc, kurde ou arabe. Jusqu’à très récemment, les histoires de ces survivants étaient tues ou ignorées par toute l’historiographie nationale. Depuis peu, le nombre de références sur ces Arméniens islamisés s’accroît, que ce soit dans des œuvres de fiction, des mémoires, des récits personnels ou des publications de recherche historique.

La conférence à Istanbul porte sur les expériences des Arméniens islamisés et les conséquences sociales de leur vécu, ainsi que sur le long silence à leur égard et les nouvelles formes pour briser ce silence. On y a parlé de l’identité arménienne, sans tabou et sans contrainte. On a discuté sur la possibilité d’être Arménien et musulman, du pourquoi l’on a préféré oublier le sort des femmes laissées seules avec leur destin dans des familles musulmanes. Et aussi pourquoi les hommes murmurent moins les histoires de leur descendance, et pourquoi on refuse de parler de ces femmes et enfants qui on survécu entre autre, grâce à leur conversion à l’Islam.

Comment définir aujourd’hui l’arménité ?

Ce colloque a posé de nombreuses questions sur l’identité, les expériences, les définitions des Arméniens d’aujourd’hui. En voici quelques-unes :

Qu’est-ce qu’ont subi les Arméniens islamisés ? Comment sont-ils parvenus à surmonter la dureté de leur expérience ? Quels sont les effets de ces expériences sur la vie de leurs enfants et petits-enfants ? Quel impact cela eut dans les différentes localités où ils ont vécu ? Que raconte-t-on sur la mémoire de leurs histoires dans ces localités aujourd’hui ?

Quel sens donnent les « petits-enfants » de ces rescapés aux histoires de leurs grands-parents, Arméniens islamisés ? Comment expriment-ils leurs identités et leurs appartenances ? Quels furent les effets sur leurs vies des développements et des tensions politiques autour de ce sujet ? Quel est l’impact de ce processus dans les différents lieux ?

Comment expliquer les décennies de silence sur les Arméniens islamisés dans toutes les historiographies ? Pourquoi cela nous a pris si longtemps pour prendre conscience des histoires des Arméniens islamisés et pourquoi notre connaissance sur ce qu’ils ont subi est-elle si limitée ? Quelle relation avec les notions prédominantes de femmes, hommes et de la procréation ?

Pour plus d’information sur le colloque et le programme détaillé (en anglais et en turc):

http://hrantdink.org/picture_library/MusErm_BRO_EN_email.pdf

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade