Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2015

Paradjanov renaît avec Avédikian

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le film sur l’un des plus grands cinéastes du 20è siècle « Le Scandale Paradjanov », signé Serge Avédikian et Olena Fetisova, sort le 7 janvier 2015 en salles. Courez voir ce bijou rare et surprenant !

Il fallait un artiste hors du commun pour (ré)incarner un autre sans égal. Dans « Le Scandale Paradjanov », Serge Avédikian réussit ce pari. Non seulement raconte-t-il avec intelligence et sensibilité la tumultueuse vie de l’un des plus grands cinéastes et plasticiens du 20è siècle, mais il parvient à le réincarner à travers une interprétation à couper le souffle. Dès les premières images, Avédikian devient Sergueï Paradjanov à travers ce film, à voir et revoir non seulement pour les connaisseurs de ce grand créateur, mais surtout pour ceux qui souhaitent s’initier au grand maître, souvent oublié, du siècle dernier…

Né Sarkis Paradjanian en 1924 dans une famille arménienne de Tbilissi, en Géorgie, et mort à Yerevan en 1990, l’univers fantasmagorique de Paradjanov est pourtant difficile à transmettre dans une fiction de 90 minutes. Serge Avédikian et sa co-réalisatrice Ukrainienne Olena Fetisova, évitent avec finesse le piège de présenter une reconstitution exacte de la vie mouvementée de Paradjanov. Au contraire, ils choisissent de nous faire plonger dans les profondeurs de son esprit, sans limites, sans inhibitions, dédié à la liberté dans son état pur pour produire une œuvre artistique hors du commun.

Et c’est d’ailleurs cette liberté de création qui vaudra à Paradjanov ses multiples ennuis avec les autorités soviétiques. Tout d’abord, en insistant pour garder la langue originale des houtsoules pour raconter leur histoire dans « Les chevaux de feu » en 1964. Il ne fera pas doubler le film en russe, mais ce sera le début d’une série d’ennuis qui aboutira en 1973 par son incarcération pour, entre autre, « viol d’un membre du parti et propagation de la pornographie ». Après sa sortie de prison en 1977, il lui faudra plusieurs années pour reprendre son œuvre cinématographique.

Serge Avédikian signe avec « Paradjanov » son premier long métrage, trois ans après la merveilleuse « Chienne d’histoire », court métrage qui lui a rapporté la Palme d’Or à Cannes. Auteur de nombreux court-métrages et documentaires (nous avions découvert son talent de réalisateur à travers son très beau « Nous avons bu la même eau »), « Chienne d’histoire » lui donnait la force de se lancer dans son projet qu’il avait préparé depuis si longtemps. Dans « Paradjanov », on retrouve la griffe de l’animation qui nous avait enchantés dans « Chienne d’histoire ». Le montage des scènes d’animation dans la narration rappelle ainsi les collages et assemblages enchantant de Paradjanov, aujourd’hui exposés dans le musée qui lui est dédié à Erevan.

Courrez voir les « deux Serge », l’un dans l’autre, mêlés, démêlés, prêts à vous envoûter…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii