Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juin 2016

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

« Celui qu’on attendait », fable émouvante de Serge Avédikian

Deuxième long-métrage de Serge Avédikian (après « Le Scandale Paradjanov » en 2013), « Celui qu’on attendait » sort en salles le 8 juin 2016. Avédikian nous livre une fable moderne, intelligente et envoutante sur l’altérité, soutenue par le jeu magistral de Patrice Chesnais.

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


« Celui qu’on attendait » est un film inattendu. Inattendu par son récit, où nous sommes menés dans une fable humaine et émouvante si rare de nos jours au cinéma, inattendu par son style, une douce lenteur parsemée de cadres de bandes dessinées tintinesques, inattendu encore par son habilité à esquiver les pièges d’un tract politique, tout en gardant un regard juste sur la terre natale du réalisateur.

L’histoire du film (scénario co-signé avec Jean-François Derec) est surprenante mais simple : Bolzec (Chesnais) était parti jouer son spectacle en Azerbaïdjan. Sur le chemin du retour vers l’aéroport, son taxi tombe en panne et il est abandonné sur une route désertique, au milieu de nulle part. Sans s’en rendre compte, il va franchir à pied la frontière avec l’Arménie, en guerre larvée avec son voisin l’Azerbaïdjan depuis des années. Clandestin dans un pays qu’il ne connaît pas, dont il ne parle pas la langue et ne lit pas l’alphabet, il comprend petit à petit qu’on le prend pour un autre, car il est fêté comme le messie…

L’intelligence du scénario et des dialogues se dévoile dès le début du film. Notre acteur français vieillissant qui ne parvient déjà pas à prononcer le nom du pays dans lequel son agent l’a contraint à se produire, est surpris et affolé en entendant les tirs de mitraillette en l’arrière plan dans ce bout du monde étranger. Avédikian rappelle discrètement le silence des médias français (et européens) sur la guerre au Karabagh, justement à une période où, ainsi veut le hasard, l’Azerbaïdjan a repris les agressions. « Y’a une guerre dans le coin ou quoi ? Franchement, vous auriez pu me prévenir ! » lance Bolzec à son agent au téléphone. 

En nous privant volontairement de sous-titres pendant toute la première partie du film, Avédikian nous assujettit à la même désorientation que son personnage. Cette astuce, déstabilisante au départ, devient ensuite l’outil principal pour déchiffrer l’émotion que suscitent les rencontres qu’il fera. 

La difficulté, voire l’impossibilité d’échanger devient la force de la communication entre Bolzec et ses hôtes. Nous sommes bien sûr en Arménie, avec toute sa culture et sa spécificité, mais Avédikian réussit à nous porter au-delà de sa géographie puisque l’émotion et l’humanité de la découverte de l’Autre sont universelles. Cela étant dit, le réalisateur parsème habilement son point de vue critique sur la corruption du pays, et surtout sur le rapport entre la diaspora et les Arméniens du pays. Ainsi l’emportement d’un de ses hôtes vis-à-vis de Charles Aznavour pour avoir francisé son nom et refait son nez d’Arménien. Plus sérieusement, la déception des Arméniens du pays face à l’oubli et l’indifférence des Arméniens de la diaspora.  Le messie tant attendu, que deviendra notre acteur français, est en fait l’Arménien qui est parti réussir à l’étranger. Ainsi expliquera la traductrice (Arsinée Khandjian) à Bolzec : « Chaque village a un rescapé de 1915 qui parti en France et a fait fortune et reviendra sauver le village. Mais ils ne reviennent jamais… »

Avec la merveilleuse musique de Gérard Torikian « Celui qu’on attendait » est un hymne émouvant sur l’humanité et l’ouverture aux autres qui vous emporte. Courez voir cette fable envoutante qui rappelle l’importance banale mais souvent oubliée de la bienveillance et de la tolérance envers tout un chacun…

« Celui qu’on attendait », 1h30, un film de Serge Avédikian, scénario Serge Avédikian et Jean-François Derec, d’après une idée originale de Jean-François Derec et Laurent Firode, musique originale de Gérard Torikian, produit par Moby Dick Film et Futurikon (France et Framart (Arménie)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost