Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2016

Fabrication de l’histoire à la turque

« Album de Famille », premier long métrage intelligent et fin du jeune réalisateur turc Mehmet Can Mertoğlu (26 ans) en lice pour le prix de la Semaine de la Critique à Cannes.

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au Festival de Cannes, « Album de Famille » du (très) jeune réalisateur turc Mehmet Can Mertoğlu nous fait oublier un an après la tempête de confusion causée par « Mustang », film français réalisé par une réalisatrice d’origine turque. Le buzz qui avait suivi la « révélation » Mustang dans toute la France nous avait laissé, pour le moins, perplexe.

Le premier long métrage de Mehmet Can Mertoğlu porte sur la (re)composition d’un album photo d’un couple infertile et plus très jeune qui sont contraints d’adopter un tout petit pour sauver la face. Mais, culture et tradition obligent, l’adoption doit être tue, histoire d’honneur, de pudeur… Le couple décide ainsi de fabriquer une histoire familiale, en forgeant un album de famille, simulant la grossesse, puis l’accouchement. Le couple sera soutenu par le frère ainé partisan du pouvoir politique actuel qui, non seulement gardera le « secret », mais aidera à le dissimuler grâce à son réseau.

Sauf que, la Turquie est un pays où tout un chacun est fiché, suffit de faire n’importe quelle démarche administrative pour que « la vérité » soit dévoilée. Ils iront jusqu’à changer de travail, changer de ville, mais rien n’y fera. L’histoire vraie fera surface malgré tous leurs efforts pour la dissimuler.

Le film est peu bavard, mais chaque cadre et plan très travaillés racontent en profondeur chaque situation. Il puise d’ailleurs sa force et son charme de l’intelligence et de la sobriété de sa mise en scène, bien différente de celle des jeunes réalisateurs qui, tout naturellement, essaie de suivre le « maître », Nuri Bilge Ceylan, dans une esthétique et force visuelle néanmoins difficile à égaliser.

On y trouve plutôt l’influence de Jacques Tati, ou de son héritier Elia Souleiman, dans le burlesque, l’absurde et la volonté de raconter la société turque avec humour et ironie. Mertoğlu fait d’ailleurs un clin d’œil en reproduisant la scène de culture physique sur la plage dans « Les Vacances de M. Hulot ». On y trouve également un air de la nouvelle vague roumaine, en précisant que Mertoğlu a décidé de travailler avec le chef opérateur roumain Marius Panduru (collaborateur de Corneliu Parumboiu, Radu Jude etc.) dès le début du projet, avant même de choisir le reste de son équipe. D’où sans doute son penchant sur des plans fixes et large, ainsi que de l’articulation entre premier plan et arrière-plan. Mertoğlu laisse ainsi une grande liberté aux spectateurs, en garndant lui-même une juste distance avec ses personnages (à l’antipode de Mustang).

Mertoğlu a trouvé sa propre façon de raconter un récit plus que complexe : à travers le miroir du jeune couple, nous retrouvons les problématiques et la complexité de tout un pays et d’un peuple, notamment son histoire officielle fabriquée, retravaillée, voire réinventée qui se heurtera à l’histoire réelle, aux faits historiques, indéniables, puisque l’évidence et la mémoire ne s’efface pas par dissimulation et resurgit tôt ou tard.

Pour couronner cette critique forte de l’histoire au grand « H » en travaillant sur une histoire de famille, les dialogues sont imprégnés d’expressions et termes discriminatoires, même racistes, dans le flux naturel du langage quotidien qu’utilise la majorité de la population. Notamment, lors de l’adoption, quand l’équivalent turc de l’ASE leur propose une ravissante fillette, le couple la trouvera trop « basanée », la qualifiant tour à tour de ressembler à une « kurde » et une « syrienne ». Ils trouveront leur bonheur avec un bébé bien clair de peau, qui en plus est un garçon. Les préjugés communs à tout un peuple et les conversations dans chacun des bureaux administratifs où ils se présentent durant le processus d’adoption sont révélateurs des maux de cette société véhiculés par des mots lourds de double sens et d’accent sur l’altérité.

La satire amère de la société et de l’histoire turque proposée par Mehmet Can Mertoğlu est à percevoir sur plusieurs degrés. Sur l’histoire fabriquée, on pense bien sûr au génocide des Arméniens, mais aussi à tous ces peuples disparus (et à disparaître), aux manuels scolaires imprégnés de l’histoire officielle qui ne fait que reproduire les idées reçues. Sur le langage presque naturellement imprégné de préjugés racistes ou discriminatoire, on revient sur la fragilité de l’identité turque. « Album de famille » nous renvoi à la nécessité de faire un grand travail de mémoire, non seulement en Turquie, mais dans tous les pays. En espérant que le film sera accessible aux cinéphiles en France prochainement…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk