Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2016

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Fabrication de l’histoire à la turque

« Album de Famille », premier long métrage intelligent et fin du jeune réalisateur turc Mehmet Can Mertoğlu (26 ans) en lice pour le prix de la Semaine de la Critique à Cannes.

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au Festival de Cannes, « Album de Famille » du (très) jeune réalisateur turc Mehmet Can Mertoğlu nous fait oublier un an après la tempête de confusion causée par « Mustang », film français réalisé par une réalisatrice d’origine turque. Le buzz qui avait suivi la « révélation » Mustang dans toute la France nous avait laissé, pour le moins, perplexe.

Le premier long métrage de Mehmet Can Mertoğlu porte sur la (re)composition d’un album photo d’un couple infertile et plus très jeune qui sont contraints d’adopter un tout petit pour sauver la face. Mais, culture et tradition obligent, l’adoption doit être tue, histoire d’honneur, de pudeur… Le couple décide ainsi de fabriquer une histoire familiale, en forgeant un album de famille, simulant la grossesse, puis l’accouchement. Le couple sera soutenu par le frère ainé partisan du pouvoir politique actuel qui, non seulement gardera le « secret », mais aidera à le dissimuler grâce à son réseau.

Sauf que, la Turquie est un pays où tout un chacun est fiché, suffit de faire n’importe quelle démarche administrative pour que « la vérité » soit dévoilée. Ils iront jusqu’à changer de travail, changer de ville, mais rien n’y fera. L’histoire vraie fera surface malgré tous leurs efforts pour la dissimuler.

Le film est peu bavard, mais chaque cadre et plan très travaillés racontent en profondeur chaque situation. Il puise d’ailleurs sa force et son charme de l’intelligence et de la sobriété de sa mise en scène, bien différente de celle des jeunes réalisateurs qui, tout naturellement, essaie de suivre le « maître », Nuri Bilge Ceylan, dans une esthétique et force visuelle néanmoins difficile à égaliser.

On y trouve plutôt l’influence de Jacques Tati, ou de son héritier Elia Souleiman, dans le burlesque, l’absurde et la volonté de raconter la société turque avec humour et ironie. Mertoğlu fait d’ailleurs un clin d’œil en reproduisant la scène de culture physique sur la plage dans « Les Vacances de M. Hulot ». On y trouve également un air de la nouvelle vague roumaine, en précisant que Mertoğlu a décidé de travailler avec le chef opérateur roumain Marius Panduru (collaborateur de Corneliu Parumboiu, Radu Jude etc.) dès le début du projet, avant même de choisir le reste de son équipe. D’où sans doute son penchant sur des plans fixes et large, ainsi que de l’articulation entre premier plan et arrière-plan. Mertoğlu laisse ainsi une grande liberté aux spectateurs, en garndant lui-même une juste distance avec ses personnages (à l’antipode de Mustang).

Mertoğlu a trouvé sa propre façon de raconter un récit plus que complexe : à travers le miroir du jeune couple, nous retrouvons les problématiques et la complexité de tout un pays et d’un peuple, notamment son histoire officielle fabriquée, retravaillée, voire réinventée qui se heurtera à l’histoire réelle, aux faits historiques, indéniables, puisque l’évidence et la mémoire ne s’efface pas par dissimulation et resurgit tôt ou tard.

Pour couronner cette critique forte de l’histoire au grand « H » en travaillant sur une histoire de famille, les dialogues sont imprégnés d’expressions et termes discriminatoires, même racistes, dans le flux naturel du langage quotidien qu’utilise la majorité de la population. Notamment, lors de l’adoption, quand l’équivalent turc de l’ASE leur propose une ravissante fillette, le couple la trouvera trop « basanée », la qualifiant tour à tour de ressembler à une « kurde » et une « syrienne ». Ils trouveront leur bonheur avec un bébé bien clair de peau, qui en plus est un garçon. Les préjugés communs à tout un peuple et les conversations dans chacun des bureaux administratifs où ils se présentent durant le processus d’adoption sont révélateurs des maux de cette société véhiculés par des mots lourds de double sens et d’accent sur l’altérité.

La satire amère de la société et de l’histoire turque proposée par Mehmet Can Mertoğlu est à percevoir sur plusieurs degrés. Sur l’histoire fabriquée, on pense bien sûr au génocide des Arméniens, mais aussi à tous ces peuples disparus (et à disparaître), aux manuels scolaires imprégnés de l’histoire officielle qui ne fait que reproduire les idées reçues. Sur le langage presque naturellement imprégné de préjugés racistes ou discriminatoire, on revient sur la fragilité de l’identité turque. « Album de famille » nous renvoi à la nécessité de faire un grand travail de mémoire, non seulement en Turquie, mais dans tous les pays. En espérant que le film sera accessible aux cinéphiles en France prochainement…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol