Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2015

Paranoïa turque pour surmonter l’année 2015?

Un mois avant la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens, l’exécutif turc et ses représentants s’ingèrent dans l’espace public de par le monde, prônant un discours négationniste presque décomplexé, par le biais d’interventions souvent forcées dans les événements portant sur les sujets qui (les) fâchent.

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un mois avant la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens, l’exécutif turc et ses représentants s’ingèrent dans l’espace public de par le monde, prônant un discours négationniste presque décomplexé, par le biais d’interventions souvent forcées dans les événements portant sur les sujets qui (les) fâchent.

Personne n’a été réellement surpris en apprenant, il y a plusieurs mois déjà, que le gouvernement turc tenterait en 2015 d’ombrager le centenaire du génocide des Arméniens en mettant en avant la commémoration du centenaire de la victoire tuque des Dardanelles (Gallipoli). Mené par le Président Recep Tayyip Erdogan, un énorme rassemblement était prévu non pas les 17-18 mars, dates de la bataille historique mais… le 24 avril 2015!  Cette décision voulue et programmée a bien évidemment choqué, voire révulsé, bien au-delà des Arméniens. Néanmoins, cette fourberie pris fin sans trop d'effort, puisque les chefs d’Etats des pays impliqués dans la bataille des Dardanelles ont répondu absent à l’appel de M. Erdogan.

Cependant, les porteurs du discours officiel de l’Etat turc ont multiplié leur vigilance, qui vire plutôt à une paranoïa collective. Depuis le début de l’année 2015, ils interviennent dans les débats sur la Turquie, sur le génocide des Arméniens, sur l’histoire de la Turquie, sur la laïcité en Turquie dans des universités françaises, dans des associations françaises et dans d’autres lieux de l’espace public en France pour aller jusqu’à contrôler la composition des intervenants. Et ce, pour ne citer que les exemples en France.

En Turquie, les 19-21 mars à Istanbul se tenaient une exposition « Les archives de la première guerre mondiale en son siècle » et un congrès « Congrès mondial des dirigeants d’archives ».  Le discours d’inauguration de M. Erdogan, publié sur le site officiel de la Présidence turque, ne laisse aucune nécessité de commentaire... La seule modification qu'il apporte au discours négationniste habituel, où l'on parlait des Turcs massacrés par des Arméniens, Erdogan persiste à utiliser l'expression "les Musulmans tués", sans prononcer le mot "Turc". 

Vous trouverez ci-dessous la partie concernant les Arméniens que nous avons traduit en français.

« Chers amis,

Alors que nous célébrons en cette année 2015 le centenaire de nos combats vaillants, de nos glorieuses victoires, d’autres veulent la transformer en drapeau de l’hostilité et de la haine contre la Turquie.

De par le monde, la diaspora arménienne entreprend d’injecter l’hostilité contre la Turquie à travers des campagnes fondées sur des allégations de génocide. Je voudrais préciser que le but de ces campagnes, plutôt que d’empêcher que la souffrance des Arméniens vécue à un certain moment de l’histoire tombe dans l’oubli, est un acte d’hostilité visant directement notre pays et notre peuple. 

Depuis le début, nous avons gardé une position fondée sur des bons principes, cohérente et honnête. Que disons-nous ? Ceci : Il se peut qu’il y ai eu des souffrances, des tragédies vécues lors de la grande guerre, comme il y en a eu dans toutes les périodes de l’histoire. Mais les Arméniens ne sont pas les seuls à avoir souffert. Les plus grands massacres des Musulmans ont eu lieu à la même époque dans les Balkans, dans le Caucase. En Anatolie, tout autant que les Arméniens eux-mêmes, des centaines de milliers de Musulmans ont souffert à cause des Arméniens. Ceci est inscrit dans les documents (NDLT : d’archives).

Cette question ne doit pas être instrumentalisée par la politique quotidienne, et encore moins par la politique internationale. Moi je l’ai toujours affirmé, je l’affirme aujourd’hui et je le ferai demain : Vous, diaspora arménienne, vous dirigeants d’Arménie. Venez, nos archives, nos documents sont là. Nous avons des centaines de milliers, voire plus d’un million de documents déjà répertoriés. Combien en avez-vous, montrez-les. Nous demanderons aux historiens, aux responsables d’archives, aux politologues, et même aux archéologues, aux juristes de faire travailler dessus. Qu’ils viennent travailler sur ces documents, tout est au grand jour, cherchons la vérité ici.

Vous ne tirerez aucun profit des campagnes visant la Turquie, en recourant à des moyens immoraux, notamment en payant ou créant des lobbys dans divers pays. Vous n’arriverez pas à trouver la vérité, dont nous avons tous besoin, en faisant voter des lois contre la Turquie dans les divers parlements ou sénats, en faisant publier des articles ou des émissions dans leurs médias. Nous savons très bien comment cela se fait. Nous savons très bien comment sont menées ces campagnes.

La vérité doit être poursuivie dans ces archives-là (NDLT : les archives turques).  Mais personne n’a répondu présent à cet appel jusqu’ici. Nous avons proposé de passer par des pays tiers, pour faire des recherches là-bas ; pas de réponses affirmatives. Nous avons déjà annoncé que nous étions même prêts à rendre publiques les archives de notre armée. Personne n’a répondu à l’appel. Nous avons proposé de créer une commission mixte d’historiens, de scientifiques, pour qu’ils travaillent ensemble ici et dans les archives d’autres pays. Qu’ils puissent rassembler tous les documents et données pour faire connaître la vraie photographie (NDLT : des événements).

On s’obstine à ignorer notre proposition. Pourquoi ? Parce que le but n’est pas de trouver la vérité. C’est au contraire de s’en prendre à la Turquie, de nuire à la Turquie à partir de cette perception fabriquée. Rien d’autre. Désolé, mais nous n’avons de compte à rendre à personne sur le sujet. Si nous cherchions simplement la vérité en ce qui concerne les souffrances que notre peuple a subit ces dernières 100-150 années, nous aurions dix fois plus de choses à dire que les allégations arméniennes, voire dix fois plus de compte à demander, je vous le dis sincèrement ».

Pour retrouver le discours intégral en turc :

http://www.tccb.gov.tr/konusmalar/1037/92606/100-yilinda-dunya-savasinin-belgeleri-sergisi-ve-dunya-arsiv-yoneticileri-kongresi-acilisinda-yaptik.html

Et pour le programme du "Congrès":

http://www.devletarsivleri.gov.tr/assets/content/HaberDuyurular/bilimsel_program.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques