Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2015

Paranoïa turque pour surmonter l’année 2015?

Un mois avant la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens, l’exécutif turc et ses représentants s’ingèrent dans l’espace public de par le monde, prônant un discours négationniste presque décomplexé, par le biais d’interventions souvent forcées dans les événements portant sur les sujets qui (les) fâchent.

Defne Gursoy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un mois avant la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens, l’exécutif turc et ses représentants s’ingèrent dans l’espace public de par le monde, prônant un discours négationniste presque décomplexé, par le biais d’interventions souvent forcées dans les événements portant sur les sujets qui (les) fâchent.

Personne n’a été réellement surpris en apprenant, il y a plusieurs mois déjà, que le gouvernement turc tenterait en 2015 d’ombrager le centenaire du génocide des Arméniens en mettant en avant la commémoration du centenaire de la victoire tuque des Dardanelles (Gallipoli). Mené par le Président Recep Tayyip Erdogan, un énorme rassemblement était prévu non pas les 17-18 mars, dates de la bataille historique mais… le 24 avril 2015!  Cette décision voulue et programmée a bien évidemment choqué, voire révulsé, bien au-delà des Arméniens. Néanmoins, cette fourberie pris fin sans trop d'effort, puisque les chefs d’Etats des pays impliqués dans la bataille des Dardanelles ont répondu absent à l’appel de M. Erdogan.

Cependant, les porteurs du discours officiel de l’Etat turc ont multiplié leur vigilance, qui vire plutôt à une paranoïa collective. Depuis le début de l’année 2015, ils interviennent dans les débats sur la Turquie, sur le génocide des Arméniens, sur l’histoire de la Turquie, sur la laïcité en Turquie dans des universités françaises, dans des associations françaises et dans d’autres lieux de l’espace public en France pour aller jusqu’à contrôler la composition des intervenants. Et ce, pour ne citer que les exemples en France.

En Turquie, les 19-21 mars à Istanbul se tenaient une exposition « Les archives de la première guerre mondiale en son siècle » et un congrès « Congrès mondial des dirigeants d’archives ».  Le discours d’inauguration de M. Erdogan, publié sur le site officiel de la Présidence turque, ne laisse aucune nécessité de commentaire... La seule modification qu'il apporte au discours négationniste habituel, où l'on parlait des Turcs massacrés par des Arméniens, Erdogan persiste à utiliser l'expression "les Musulmans tués", sans prononcer le mot "Turc". 

Vous trouverez ci-dessous la partie concernant les Arméniens que nous avons traduit en français.

« Chers amis,

Alors que nous célébrons en cette année 2015 le centenaire de nos combats vaillants, de nos glorieuses victoires, d’autres veulent la transformer en drapeau de l’hostilité et de la haine contre la Turquie.

De par le monde, la diaspora arménienne entreprend d’injecter l’hostilité contre la Turquie à travers des campagnes fondées sur des allégations de génocide. Je voudrais préciser que le but de ces campagnes, plutôt que d’empêcher que la souffrance des Arméniens vécue à un certain moment de l’histoire tombe dans l’oubli, est un acte d’hostilité visant directement notre pays et notre peuple. 

Depuis le début, nous avons gardé une position fondée sur des bons principes, cohérente et honnête. Que disons-nous ? Ceci : Il se peut qu’il y ai eu des souffrances, des tragédies vécues lors de la grande guerre, comme il y en a eu dans toutes les périodes de l’histoire. Mais les Arméniens ne sont pas les seuls à avoir souffert. Les plus grands massacres des Musulmans ont eu lieu à la même époque dans les Balkans, dans le Caucase. En Anatolie, tout autant que les Arméniens eux-mêmes, des centaines de milliers de Musulmans ont souffert à cause des Arméniens. Ceci est inscrit dans les documents (NDLT : d’archives).

Cette question ne doit pas être instrumentalisée par la politique quotidienne, et encore moins par la politique internationale. Moi je l’ai toujours affirmé, je l’affirme aujourd’hui et je le ferai demain : Vous, diaspora arménienne, vous dirigeants d’Arménie. Venez, nos archives, nos documents sont là. Nous avons des centaines de milliers, voire plus d’un million de documents déjà répertoriés. Combien en avez-vous, montrez-les. Nous demanderons aux historiens, aux responsables d’archives, aux politologues, et même aux archéologues, aux juristes de faire travailler dessus. Qu’ils viennent travailler sur ces documents, tout est au grand jour, cherchons la vérité ici.

Vous ne tirerez aucun profit des campagnes visant la Turquie, en recourant à des moyens immoraux, notamment en payant ou créant des lobbys dans divers pays. Vous n’arriverez pas à trouver la vérité, dont nous avons tous besoin, en faisant voter des lois contre la Turquie dans les divers parlements ou sénats, en faisant publier des articles ou des émissions dans leurs médias. Nous savons très bien comment cela se fait. Nous savons très bien comment sont menées ces campagnes.

La vérité doit être poursuivie dans ces archives-là (NDLT : les archives turques).  Mais personne n’a répondu présent à cet appel jusqu’ici. Nous avons proposé de passer par des pays tiers, pour faire des recherches là-bas ; pas de réponses affirmatives. Nous avons déjà annoncé que nous étions même prêts à rendre publiques les archives de notre armée. Personne n’a répondu à l’appel. Nous avons proposé de créer une commission mixte d’historiens, de scientifiques, pour qu’ils travaillent ensemble ici et dans les archives d’autres pays. Qu’ils puissent rassembler tous les documents et données pour faire connaître la vraie photographie (NDLT : des événements).

On s’obstine à ignorer notre proposition. Pourquoi ? Parce que le but n’est pas de trouver la vérité. C’est au contraire de s’en prendre à la Turquie, de nuire à la Turquie à partir de cette perception fabriquée. Rien d’autre. Désolé, mais nous n’avons de compte à rendre à personne sur le sujet. Si nous cherchions simplement la vérité en ce qui concerne les souffrances que notre peuple a subit ces dernières 100-150 années, nous aurions dix fois plus de choses à dire que les allégations arméniennes, voire dix fois plus de compte à demander, je vous le dis sincèrement ».

Pour retrouver le discours intégral en turc :

http://www.tccb.gov.tr/konusmalar/1037/92606/100-yilinda-dunya-savasinin-belgeleri-sergisi-ve-dunya-arsiv-yoneticileri-kongresi-acilisinda-yaptik.html

Et pour le programme du "Congrès":

http://www.devletarsivleri.gov.tr/assets/content/HaberDuyurular/bilimsel_program.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre