Manifeste pour les manifestants de droite

Peuple de gauche, un peu d'indulgence ! Telle a été ma première idée lorsque j'ai vu des innocents de droite se faire gazer à la lacrimo, lors de la manifestation de dimanche contre le mariage pour tous. Comment ne pas avoir une pensée particulière envers Christine Boutin, allongée comme une ado sur la voie publique pour ne pas avoir pris soin de s'éloigner des groupuscules fascisants.

Peuple de gauche, un peu d'indulgence ! Telle a été ma première idée lorsque j'ai vu des innocents de droite se faire gazer à la lacrimo, lors de la manifestation de dimanche contre le mariage pour tous. Comment ne pas avoir une pensée particulière envers Christine Boutin, allongée comme une ado sur la voie publique pour ne pas avoir pris soin de s'éloigner des groupuscules fascisants. C'est pourtant le b.a.-ba d'une manif Mme la (l'ex) ministre : s'éloigner systématiquement des militants d'extrême droite qui viennent juste pour en découdre face aux forces de l'ordre.


Faisons fi des J.-F. Copé et H. Guaino, adeptes de la récupération politique nauséabonde pour taper sur F. Hollande. L'indulgence dont je parle concerne cette France de droite pour qui battre le pavé est aussi rare que de manquer la messe de minuit. Mettez-vous à leur place. Essayez d'oublier votre héritage génétique de gauche. Tout le monde n'a pas grandi avec un père syndicaliste, « la chance » de sentir la merguez frites lors d'un cortège hivernal, ou encore sentir le besoin irrépressible de battre le pavé parce que Balladur, en 1994, ou Villepin, en 2006, voulaient imposer un SMIC dérisoire pour les jeunes actifs.

Etre de droite, c'est penser en premier lieu à sa petite personne. Sauvez sa peau, pas celle du collectif. Alors pour une fois que cet électorat trouve une raison de s'unir, on aurait presque envie de les défendre. Je dis bien « presque » parce qu'en lisant les réactions les plus modérées de familles présentes hier à Paris - « Un enfant, c'est un papa et une maman » ; «l’enfant n’est pas un droit» ; « Doit-on vraiment bouleverser les lois de notre pays pour une minorité de la population ? » -, un seul constat apparaît : ces gens manifestent contre un droit qui ne changera rien à leur vie. En aucun cas, du mariage gay aux questions de GPA et de PMA, ils ne seront concernés. Décharger autant d'énergie contre le bonheur de certain(e)s dépasse l'entendement. Comme quoi, chrétien rime parfois - malheureusement - avec crétin.

Peuple de droite, tu dois comprendre qu'il faut manifester lorsque le droit mis en question touche ta personne ou ta condition. Tu devrais le savoir, en individualiste né que tu es. Par exemple, si tu possèdes beaucoup d'argent (ce qui n'est vrai que pour une minorité), il aurait été logique de descendre dans la rue cet automne contre la taxation à 75 % des très hauts revenus. En réfléchissant deux minutes, et en me mettant dans la peau d'un libéral virulent, d'autres axes de la politique gouvernementale devraient déclencher ton ire. Ton motif à manifester deviendrait légitime. A l'inverse de dimanche, où tu symbolisais l'incarnation de l'intolérance et le refus de la liberté au bonheur d'autrui. Quand tu te comportes ainsi peuple de droite, tu inspires du dégoût. Et surtout aucune indulgence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.