della-vedova.virgi
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 août 2022

della-vedova.virgi
Abonné·e de Mediapart

Texte-témoignage d'une contractuelle de l'éducation nationale

Se faire radier de la liste des lauréats du CAPLP interne le jour de la nomination en tant que stagiaire : c'est ce qu'il m'est arrivé. Je publie ce texte/témoignage afin de lancer un appel à l'aide et réveiller les consciences.

della-vedova.virgi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mesdames, Messieurs,

Dans un contexte où notre pays peine à recruter de nouveaux professeurs, je souhaite vous alerter sur ma situation personnelle qui est pour le moins incohérente…

Voilà cinq années maintenant que je travaille au sein de l’éducation nationale en tant qu’enseignante en Sciences et Techniques Médico-Sociale (STMS). Cinq années sous le statut de contractuel, à rendre service à cette institution que je vois souffrir et se dégrader d’année en année.

Tout le long de mon parcours, j’ai pu évoluer, apprendre de mes collègues qui dans la grande majorité ont été d’une bienveillance sans précédent. Ce sont eux d’ailleurs, ainsi que mes chefs d’établissement et inspecteurs de discipline qui m’ont poussé à passer le concours en interne dans ma matière en m’encourageant et en me rappelant que j’étais une bonne pédagogue et que, si je me présentais à ce fameux concours, je l’aurais.

Alors en cette année 2022, je tente pour la deuxième fois d’accéder au corps des professeurs en lycée professionnel par la voie du concours CAPLP interne d’STMS. Au mois de décembre, je fais un nouveau dossier RAEP dans lequel je suis censée présenter en deux pages mon parcours de professeur, témoin qu’il m’a permis d’acquérir les 14 compétences communes à tous les enseignants. Le reste du dossier constitue en une présentation d’une séquence pédagogique selon les mêmes exigences demandées à un étudiant d’un master MEEF. Tout comme à ma première tentative, ce dossier est validé et me voilà partie pour l’épreuve orale, qui se déroulera au mois d’avril.

Mais c’était sans compter la survenue, à deux semaines de cette dite épreuve, d’une ombre au tableau. Alors que le bureau chargé d’étudier la recevabilité des candidatures au concours avait mon dossier depuis le mois de janvier, ces derniers m’envoient un mail pour m’alerter qu’ils rencontrent des difficultés à reconnaître mon niveau de diplôme. En effet, j’ai validé mes deux premières années d’école infirmière et une grande partie de la troisième année, sans obtenir le diplôme car j’ai souhaité arrêter mes études pour des raisons personnelles. La validation de ces semestres me confère un niveau d’étude post-secondaire compris entre le bac +2 et le bac +3. Le responsable de mon dossier me demande une attestation de réussite afin d’avoir un document officiel pour valider mon dossier. Chose que je m’empresse de faire faire à mon ancienne école infirmière. Une fois le document en leur possession, on envoie mon dossier au ministère pour étude, mais, on m’assure qu’il n’y aurait aucun souci à sa validation. On me conseille donc vivement d’aller à l’épreuve orale de mon concours.

Je m’exécute, la boule au ventre entre le stress lié à l’épreuve même, mais aussi, quant à la validation de mon dossier. Quelques jours plus tard, les résultats tombent et je vois apparaître sur la liste des lauréats mon nom. Quelle fierté et quel soulagement, après toutes ces années en contrats précaires, à ne pas être certaine d’avoir un poste, un temps plein à chaque rentrée, à déménager chaque année, de pouvoir goûter enfin au luxe de la stabilité professionnelle à l’âge de 29 ans. Quel apaisement de pouvoir me dire que je pourrai enfin, avec mon compagnon aussi enseignant titulaire, entreprendre des projets personnels sur le long terme (fonder une famille, contracter un prêt pour devenir propriétaire, …). J’avais enfin mon identité professionnelle après plusieurs années de combat et de travail.

Les semaines passent, je réalise mes vœux pour choisir mon académie de stage et le 8 juillet, j’apprends que j’obtiens l’académie de Créteil, mon académie actuelle.

Mais, 5 jours plus tard, le drame : je reçois une lettre en RAR m’informant de la radiation de mon nom de la liste des lauréats de mon concours car mon niveau de diplôme ne convient pas. Le courrier est signé du 8 juillet. C’est-à-dire que le même jour, on est capable à la fois de me nommer en tant que stagiaire au sein d’une académie et, me radier d’une liste de lauréats d’un concours.

La raison : je n’ai pas un titre ou un diplôme bac +2 mais juste un niveau d’étude bac +2. De plus, depuis le Covid, un arrêté stipule que le bureau chargé de l’étude de la recevabilité des dossiers se réserve le droit de vérifier les dites-conditions d’accès au concours jusqu’au jour de la nomination du candidat.

Donc en résumé, voilà maintenant cinq années que mon niveau de diplôme ne gène en rien pour être recrutée en qualité de contractuelle, et donc, être payée au rabais pour effectuer les mêmes missions qu’un titulaire. Cependant, pour être recrutée de façon pérenne malgré l’avis positif d’un jury constitué d’inspecteurs, d’une expérience de cinq années en tant qu’enseignante, d’un cursus d’étude correspondant au champ de compétence de la matière que j’enseigne ne peut être possible ? Tout cela pour une subtilité administrative ? Dans un contexte où l’on manque cruellement de professeurs ? Qui plus est dans l’académie dans laquelle j’exerce ?

Comment peut-on me dire qu’humainement il est compliqué d’évaluer un dossier sous un délai de 4 mois ? Comment humainement, peut-on m’enlever une chose que j’ai mérité par le fruit de mon travail ? Comment peut-on me dire décemment que si j’avais été mère de trois enfants ou sportive de haut niveau, je n’aurais pas eu besoin de diplôme et, par conséquent, aurais pu garder le bénéfice de mon concours ?

Sans compter que malgré cette décision, j’ai tout de même obtenu une affectation dans un établissement de l’académie de Créteil, et, que j’ai dû justifier auprès du proviseur de cet établissement qu’il n’aurait pas de stagiaire, de professeur, cette année scolaire sur un poste…

Voilà maintenant cinq années que je travaille pour l’éducation nationale et que je peine à comprendre parfois la cohérence de son fonctionnement et de ses décisions.

Je vais donc effectuer ma 6ème rentrée de professeure en tant que contractuelle, le cœur lourd, avec l’immense regret que je ne pourrai jamais être enseignante titulaire…

J’écris donc cette lettre, dans un ultime espoir que l’on me vienne en aide.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre
Journal
Une loi mussolinienne appliquée en France ? Le cas Vincenzo Vecchi inquiète
En vertu d’une loi italienne de 1930, la Cour de cassation pourrait remettre à l’Italie le militant altermondialiste réfugié en France depuis plus de dix ans, au moment où le post-fascisme accède au pouvoir dans la péninsule. La gauche s’y oppose fermement.
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart