Lettre d'un socialiste à Manuel Valls

Cher Manuel ,J'avais pensé jusqu'à présent que ton expression comme ton action dans ce gouvernement de gauche était un véritable atout. Nous avons besoin de personnalités énergiques, déterminées et compétentes pour répondre aux attentes de nos concitoyens et incontestablement les français-ses t'ont reconnu comme en faisant partie pour notre bénéfice à tous.

Cher Manuel ,

J'avais pensé jusqu'à présent que ton expression comme ton action dans ce gouvernement de gauche était un véritable atout. Nous avons besoin de personnalités énergiques, déterminées et compétentes pour répondre aux attentes de nos concitoyens et incontestablement les français-ses t'ont reconnu comme en faisant partie pour notre bénéfice à tous. Malheureusement, sans doute grisé par ce nouveau rapport à l'opinion publique, tu as passé les bornes de ce qui est acceptable pour un homme de gauche et même pour un républicain. Sache que je le regrette pour nous, pour la gauche et pour toi car il s'agit d'un vrai gâchis même si je sais aussi que tout le monde peut se tromper et que rien en la matière n'est irrémédiable.

Tu te défends d'avoir pu tenir des propos contraires à nos valeurs républicaines. Je pense que tu te trompe lourdement. Déclarer qu'une population prise dans son ensemble n'est pas intégrable à la République et doit par conséquent être reconduite aux frontières, c'est jouer avec le feu et  des passions dont tu connais la puissance destructrice  dans une période où l'extrême droite progresse pendant que la droite se radicalise. Il suffisait de lire les réactions des lecteurs dans les journaux cette semaine à propos des articles consacrés aux Roms pour constater hélas que mes craintes ne sont pas infondées: un véritable torrent de haine raciste s'est déversé contre toutes celles et ceux qui ont osé contredire tes propos.

Je ne crois pas que le rôle d'un homme de gauche, ministre de l'intérieur , soit d'attiser par ses paroles de tels sentiments et d'une certaine façon avec l'autorité que te confère ta fonction, de sembler les légitimer. Tu le sais mieux que personne, la France a toujours su au fil de son histoire intégrer différentes populations issues de l'immigration: polonais, italiens, espagnols ,africains, vietnamiens etc... Elles furent toutes victimes en leur temps de préjugés racistes où culturels conduisant à expliquer que leurs comportements, leurs traditions n'étaient pas compatibles avec les nôtres. Les confrontations furent parfois violentes et passionnées et pourtant qui songerait aujourd'hui à remettre en cause leur intégration à la République ?

Sauf à évoquer des théories essentialistes, pourquoi en irait-il différemment des Roms pour lesquels de nombreuses associations ont apportées la preuve, depuis des années, qu'ils souhaitaient comme les autres, pour peu qu'on y consacre les moyens, s'intégrer pour assurer leur avenir et celui de leurs enfants. Après avoir accueilli au fil du temps des millions de personnes la France serait en 2013 mise en danger par 17.000 personnes ? Qui peut le croire ?

Oui les propos que tu as tenus sont inacceptables pour nous militants de la gauche et de la République. Tu aurais pu dénoncer avec force les mafias qui prospèrent sur le dos de ces pauvres gens, dénoncer des comportements délictueux qu'ils convenaient de sanctionner et nous t'aurions bien entendu pleinement soutenu . Ce n'est pas le choix que tu as fait. Alors pourquoi ?

Tu as sans doute pensé que face à la montée du FN il fallait réagir en montrant aux électeurs tentés par cette voie que d'autres responsables politiques partageaient leurs inquiétudes et leur ressentiment à l'égard des Roms pour endiguer la vague extrémiste que nous promettent les sondages . Je suis persuadé que ce calcul n'est pas le bon. Certes à court terme ce genre de propos particulièrement démagogiques permettent de conforter une popularité. Mais ils ne se traduiront, j'en suis sur, certainement pas en votes pour la gauche. Il nous faut craindre au contraire qu'ils  viennent conforter  des gens jusqu'ici proches de la gauche de basculer vers un vote FN. L'UMP expérimente ce piège depuis des années et je ne suis pas sur qu'il soit dans notre intérêt d'y tomber à notre tour.

Pour endiguer la montée de l'extrême droite, il nous faut nous battre avec nos valeurs sans rien céder à l'adversaire et ne pas lui laisser nous imposer ses thèmes et son langage car, tu le sais , celui qui gagne la bataille des mots fini par gagner la bataille politique.

Je suis persuadé que tu en es capable et que tu serais dans cette bataille un atout majeur. Il n'y a pas en politique de scandale à reconnaître qu'on ait pu laisser des mots dépasser sa pensée et tu aurais à mon sens tout intérêt à le faire. Pour faire face aux populismes d'extrême droite la gauche à besoin d'unité. Tes propos l'ont profondément divisée et donc affaiblie. Nous n'avions guère besoin de cela à la veille d'échéances électorales aussi importantes. Je veux encore croire qu'après réflexion tu sauras trouver les mots qui permettront à nouveau de nous réunir sur des sujets aussi importants pour l'identité de la gauche.

Amitiés socialistes Stéphane Delpeyrat-Vincent Maire de Saint Aubin Secrétaire national à la Recherche du parti Socialiste

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.