delpeyrat.stephane@orange.fr
Fonctionnaire Territorial et Militant de Gauche.
Abonné·e de Mediapart

49 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2019

delpeyrat.stephane@orange.fr
Fonctionnaire Territorial et Militant de Gauche.
Abonné·e de Mediapart

Quelques réflexions sur le vote de Dimanche...

Je choisis donc un projet cohérent , le même de Varsovie à Madrid , ce qui m'évitera d'expliquer lundi que tout ce que j'ai défendu pendant la campagne était une blague et que mes collègues européens ne sont pas d'accord.

delpeyrat.stephane@orange.fr
Fonctionnaire Territorial et Militant de Gauche.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D'abord quelle désolation pour ceux qui partagent les valeurs de la gauche de voir une telle dispersion de listes...Hélas la proposition que Génération.s avait mise sur la table d'un vote citoyen pour réunir tout le monde a été balayée par les vieux partis prisonniers de leurs petits équilibres internes. Les mêmes pleurnichent d'ailleurs depuis sur l'absence d'unité...Désolant mais c'est ainsi. Dés lors il faut bien faire un choix.

Tout d'abord Génération.s a construit un véritable projet européen avec un candidat commun pour le porter : Yannis Varoufakis. C'est un point essentiel. Il ne sert à rien en effet de bâtir un formidable projet dans son coin pour ensuite se retrouver minoritaire au Parlement Européen dans son propre groupe politique. Ce sera le cas et du PS et d'EELV . Ils nous disent tous deux vouloir s'affranchir des dogmes budgétaires et des traités de libre échange mais leurs collègues allemands, néerlandais etc sont pour, et ils seront majoritaires aussi bien chez les Verts que chez les socialistes. Il est d'ailleurs cocasse de voir les socialistes français s'extasier devant les résultats aux Pays Bas. Leur leader néerlandais Frans Timmermans est un libéral assumé, vice-président de la Commission Junker et favorable à un accord avec Macron ! Comme opposition de gauche on a vu mieux...Je choisis donc un projet cohérent , le même de Varsovie à Madrid , ce qui m'évitera d'expliquer lundi que tout ce que j'ai défendu pendant la campagne était une blague et que mes collègues européens ne sont pas d'accord.

Deuxièmement les alliances. Je considère que la montée de l'extrême droite en Europe et la déroute des partis de gauche est le produit de la confusion organisée depuis 20 ans entre droite et gauche dites «  de Gouvernement ». Comme l'a montré le dernier quinquennat cette indifférenciation droite gauche a des effets délétères et catastrophiques pour le camp progressiste. Hors Yannick Jadot nous explique depuis le début de cette campagne qu'il refuse de se situer dans le clivage droite-gauche et laisse planer le doute sur ses alliances futures au Parlement Européen. Respectable mais rédhibitoire pour moi. Idem pour le PS. Olivier Faure a certes fait des efforts pour clarifier le positionnement du PS vis à vis de Macron. Mais malheureusement tous les socialistes ne semblent pas partager son avis . Trop d'élus de son camp appellent encore à voter Macron y compris dimanche prochain. Mais surtout, et plus grave, son parti le PSE a déjà fait part de son souhait d'alliance avec le groupe Macron au Parlement Européen. C'est le cas du groupe le plus important du PSE, les socialistes allemands, mais aussi des Portugais ou des Néerlandais. Autrement dit en refusant de sortir du PSE , ce que nous avions demandé pour un accord, il se retrouve piégé dans les bras de Macron dés lundi.

Le combat pour les valeurs enfin. Benoît Hamon n'a jamais hésité dans cette campagne en assumant haut et fort les idéaux qui sont les nôtres contre la droite et l'extrême droite y compris lorsque ce n'était pas populaire. Le KO qu'il a mis hier soir sur BFM sur la question des réfugiés au candidat du FN restera d'ailleurs pour moi un grand moment de fierté.

Pour conclure, la liste Printemps Européen conduite par Benoît Hamon coche pour moi toutes les cases : sociale, écologiste, clairement européenne  et claire sur la question des alliances et du rassemblement à venir de la gauche. Je voterai par conséquent dimanche pour cette liste sans hésitation et même avec grand plaisir sans me soucier de pseudos « votes utiles » qui ne le sont en réalité que pour ceux qui se font élire avec... Amitiés à toutes et tous et bon vote !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes