Gilets jaunes : pour sortir de la crise quelques propositions pour le débat.

Le monde économique et politique fonctionne sans les citoyens depuis trop longtemps. Certains ont voulu les exclure du match et même du terrain. Ils envahissent le terrain, l’espace public, pour reprendre toute leur place, reprendre leur vie et leur destin en main, réclamer que les valeurs de la République ne soient plus des mots creux et exigent une égalité réelle.

Le monde économique et politique fonctionne sans les citoyens depuis trop longtemps. Certains ont voulu les exclure du match et même du terrain. Ils envahissent le terrain, l’espace public, pour reprendre toute leur place, reprendre leur vie et leur destin en main, réclamer que les valeurs de la République ne soient plus des mots creux et exigent une égalité réelle. La crise s’est accélérée sous la pression de la politique de Macron. C’est le Président des actionnaires, donateurs de sa campagne, qui pense que la France est une entreprise et l’État son conseil d’administration. Mais la France c’est un peuple, une histoire et les citoyens veulent reprendre le pouvoir sur l’argent et les lobbys. Macron réunit les Maires qu’il a méprisé depuis son élection dans des gymnases comme des faire-valoir de son show de campagne pendant qu’il réunit les puissants à Versailles. Le peuple lui est laissé loin de tout ça derrière des cordons de CRS. Macron est un Président assiégé par son peuple qui a fait le choix du libéralisme autoritaire : imposer les régressions exigées par le monde des affaires, et par la force s’il le faut. Au moment où les Français expriment un besoin de démocratie et de respect, veulent que le politique reprenne le pouvoir sur le marché, il se replie avec ceux qui, dans l’ombre ont le vrai pouvoir, celui de l’argent, et se porte garant de leurs intérêts.
Pour sortir positivement de la crise actuelle. Il s’agit de répondre à deux types de demande : l’égalité et la justice fiscale, la démocratie.
- Démocratie :
a- le RIC : pourquoi pas à conditions de respecter les valeurs de la République (respect des droits fondamentaux ). Autrement dit il doit porter sur de nouveaux droits et en aucun cas en retirer.
b- Le 49-3 citoyen proposé par Benoît Hamon répond parfaitement aux attentes des gens : avoir la possibilité de bloquer un projet de loi.
c- Permettre aux citoyens de faire examiner par l’Assemblée chaque année deux projets de loi. L’un soutenu par l’opposition, l’autre par la majorité. Les projets devront avoir rassemblé 3 millions de signatures et être examiné par le Conseil d’État garant du respect des droits fondamentaux.
e- Fusion du Sénat et du CESE dans une nouvelle chambre citoyenne : 1/3 citoyens tirés au sort, 1/3 ONG, 1/3 partenaires sociaux. Renouvelée tous les deux ans.
f- publication des échanges entre les lobbys et les pouvoirs publics. Transparence.
- Égalité et justice sociale :

a – l’impôt : Impôt sur le revenu universel, tout le monde paye même un euro, avec une progressivité plus forte (plus de tranches). En contrepartie : baisse des taxes ( tva produits premières nécessité, transports en commun..) et extension de la gratuité des biens collectifs fondamentaux : santé, éducation, transports en commun…Réhabiliter les communs et le service public contre la marchandisation du monde. Supprimer les niches fiscales pour les plus fortunés et rétablir l’ISF.
Imposition des entreprises : celui-ci, pour les grandes ne cesse de reculer, via concurrence fiscale et sociale, optimisation fiscale et fraude. Proposition : taxer le chiffre d’affaire des entreprises qui échappent à l’impôt en France en se basant sur la TVA payée en France pour qu’elles payent au final le même IS que les petites entreprises.

b- La fraude : renforcer les moyens et étendre les pouvoirs d’un parquet financier nouvelle formule. Déchéance de citoyenneté pour la grand fraude financière et fiscale. En refusant l’impôt ils se mettent d’eux-mêmes hors de la citoyenneté. Sanctions pénales et privation des droits civiques.

C – urgence sociale et pouvoir d’achat : plus personne ne doit être sous le seuil de pauvreté ( 855 euros) et aucun salarié (temps plein) de doit être à moins de 1650 euros seuil en dessous duquel pour le CREDOC on ne finit pas le mois. Première étape du Revenu Universel d'Existence qui répond à l’urgence sociale. Rétablir l’encadrement des loyers et vrai plan Marshall logement (construction et rénovation énergétique) cause numéro 1 des problèmes de pouvoir d’achat en France.

D- Propositions Europe :

Constater les impasses du fonctionnement actuel et de la règle de l’unanimité. Donc changement des Traités et en attendant utilisation des possibilités de coopération entre pays volontaires. Ce n’est pas l’Europe à deux vitesses c’est une avant-garde pour sortir de l’impuissance et ensuite entrainer tout le monde.

Sur la transition écologique : mobiliser 500 milliards d’euros annuels : 1/3 quantitative easing BCE (qui l’a fait pour les Banques…), 1/3 BEI prêts à taux zéro investissement d’avenir fonds vert, 1/3 impôt sur la fortune européen taxation des activités polluantes et de leur financement (Banques...), taxe sur les transactions financières.

Les nationalistes et les libéraux proposent une guerre des pauvres contre les pauvres. Contre les plus pauvres des plus pauvres les migrants et en jetant les citoyens les uns contre les autres : ceux qui ont un peu et craignent de le perdre au profit de ceux qui ont encore moins. Nous proposons de rassembler tout le monde pour faire « la guerre aux riches ». Warren Buffet disait « bien sûr que la lutte des classes existe. C’est une guerre entre les riches et les pauvres et cette guerre nous allons la gagner ». Faisons-le mentir.
Certains vont proposer le repli dans les vielles frontières : proposons aux français d’atteindre ensemble de nouvelles frontières : égalité réelle, démocratie réelle et écologie sociale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.