Déchéance : ma part de vérité

L'union nationale ce n'est pas empiler des mesures contradictoires de gauche et de droite, c'est offrir à chacun un projet mobilisateur pour le pays et pour lui même permettant de transcender les clivages dans la grandeur de ce projet.

Je ne fais pas partie des libertaires qui pensent que la sécurité c'est mal et que l'Etat par nature est mauvais. Je suis un républicain partisan de la plus grande fermeté à l'égard du terrorisme. Le Président a eu parfaitement raison de renforcer les moyens humains et matériels de nos forces armées et de la police pour faire face à la menace. Ces gens doivent être poursuivis et châtiés sans pitié.

Je ne fais pas non plus partie de ceux qui spéculent voir espèrent une défaite de leur camp en 2017 pour mieux " reconstruire ". Cette politique du pire n' a jamais conduit à rien si ce n'est à des catastrophes. C'est pour ces raisons que je suis opposé à cette révision constitutionnelle.

Républicain, je ne puis accepter qu'on instaure la division des français en catégories, pas davantage qu'on utilise notre Constitution à des fins qui ne sont pas les siennes. Je n'ignore pas non plus les dangers de l'engrenage dans lequel notre pays s'engagerait ainsi. Une simple loi pouvant définir les motifs permettant la déchéance, tous les excès sont à craindre pour l'avenir. Cette réforme divise en profondeur la gauche et ouvre la possibilité de l'élimination de son candidat au premier tour, ce que bien entendu je ne souhaite pas. Par ailleurs cette réforme nous place hors de la réalité en désignant " l'étranger " pour ne pas regarder nos problèmes en face.

L'union nationale, ce n'est pas empiler des mesures contradictoires de gauche et de droite, c'est offrir à chacun un projet mobilisateur pour le pays et pour lui même permettant de transcender les clivages dans la grandeur de ce projet. Donnons à la justice , à nos forces de sécurité, tous les moyens d'agir pour éradiquer cette barbarie , donnons au peuple de France un espoir, un grand projet d'avenir qui donne sens à la devise républicaine et à chacun l'occasion de se consacrer à de grandes causes. Redonnons à la France sa place : celle de parler au monde pour la liberté et la justice. Et oublions cette réforme aussi dangereuse pour nos principes qu'inutile dans le combat qui doit tous nous occuper contre le fanatisme et la barbarie. Ce sont bien aussi nos " grandes valeurs " qui nous permettront de gagner ce combat car nous le gagnerons.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.