Delphine Lacombe
Sociologue, Chargée de recherche CNRS
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 oct. 2018

Delphine Lacombe
Sociologue, Chargée de recherche CNRS
Abonné·e de Mediapart

L'articulation féministe du Nicaragua dénonce la répression du régime Ortega-Murillo.

Depuis le 18 avril 2018, le Nicaragua subit la répression sanglante du dictateur Daniel Ortega et de son épouse Rosario Murillo. Je retranscris, dans son intégralité, le communiqué de l'articulation féministe du Nicaragua, en date du 14 octobre 2018, publié après l'arrestation arbitraire de plusieurs manifestantes dimanche 14/10 au matin.

Delphine Lacombe
Sociologue, Chargée de recherche CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dénonciation urgente de l’Articulation Féministe du Nicaragua

Nous les féministes Nicaraguayennes, condamnons l’escalade répressive du Régime Ortega et Murillo. Ce matin, 14 Octobre, quand des dizaines de personnes commençaient à se regrouper pour initier la manifestation civique “uni-e-s pour la Liberté”, des centaines de policiers ont réprimé les manifestant-e-s et ont arrêté arbitrairement 38 personnes, sans ordre de capture et en faisant un usage extrême de la force.

Parmi ces dizaines de personnes détenues par la Police se trouvent Marlen Auxiliadora Chow Cruz et Tamara Dávila Rivas, membres de l’Articulation féministe du Nicaragua, ainsi que Suyen Barahona Cuan, Ana Margarita Vijil Gurdián, Ana Lucía Álvarez Vijil, Alba Luz Aragón Dávila, Marcela Martínez Guzmán, María Alejandra Machado Blandón, Sandra Cuadra, Geisel Solís, María Dolores Monge Aguilar et María de los Ángeles Gutiérrez.

Avec la même force, nous dénonçons que notre compagne Haydée Isabel Castillo Flores a été arrêtée ce matin à l’aéroport quand elle montait à bord de son avion. Nous n’avons aucune information officielle sur son lieu de captivité. Lottie Cunningham qui était dans le même vol a été détenue temporairement quand elle prenait des photos de la détention de Haydée. Toutes deux allaient participer à une réunion de la Commission Internationale des Droits Humains (CIDH) à Washington (USA). Lottie et Haydée jouissaient toutes deux de mesures de protection de la part du CIDH.

Nous dénonçons l’état d’exception imposé par le régime Ortega-Murillo, qui a interdit et réprimé les manifestations pacifiques de la population auto-organisée, violant de ce fait nos droits à la liberté d’expression, de mobilisation et de réunion pacifique, garantis par la constitution et violant les droits humains les plus élémentaires de la population.

Nous exigeons:

  • La libération immédiate des 38 personnes arrê prétend séairement s et organisa elle aussi était détenue temporairement quand elle prenait des photos de la détention de Haydétées arbitrairement ce matin, ainsi que la libération des 300+ prisonnier-e-s politiques, détenues parce qu’elles protestaient contre le régime Ortega- Murillo.
  • La garantie d’intégrité physique pour toutes les personnes détenues.

Nous appelons la Communauté Internationale à rester vigilant au sujet du Nicaragua, à documenter et à dénoncer les violations des droits humains fondamentaux de la population civile depuis le 18 avril.

Nous demandons aux réseaux féministes internationaux, aux collectifs, aux plateformes et organisations de droits humains qu’elles continuent à dénoncer les violations aux droits humains au Nicaragua et qu’elles continuent à tisser les liens de solidarité internationale tellement nécessaires dans ce contexte de répression.

Nous féministes, réaffirmons notre engagement à défendre la liberté, la justice et la démocratie au Nicaragua. Nous n’aurons de cesse de dénoncer les abus et les crimes de l’orteguisme qui prétend séquestrer le pays et rester au pouvoir à coup de balles et de murs de prisons.

¡Ils ne nous feront pas taire!!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel