Delphine Sitbon
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2018

Devant le match du Polo Hockey Club : la dolce vita marcquoise

Soleil, beau monde et match distrayant : supporters et amateurs de hockey se sont retrouvés dimanche à Marcq-en-Barœul, dans le Nord, pour partager un moment chic et doux.

Delphine Sitbon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il serait d’attaque pour jouer sur de la glace. Manque de chance, il fait 28° ce dimanche après-midi, et le gardien du Polo Hockey Club doit avoir très chaud sous son armure. Un casque grillagé et deux protège-tibias forment un épais mur entre lui et les balles. Dans le public, une des spectatrices aurait bien aimé jouir du même attirail. Brigitte, venue avec son mari soutenir un ami qui a joué ce matin avec les plus de 65 ans, vient de se prendre une balle sur la joue.

« Il l’a lobée, et la balle a dévié », précise Hubert, l’ami passionné de hockey. « C’est un sport intéressant, mais un peu dangereux » soupire Brigitte. Ce petit bleu qui apparait au milieu de sa joue, ce n’était pas ce qu’elle avait prévu en arrivant. Lorsqu’on l’a invitée au Polo club de Marcq-en-Barœul, on a davantage dû lui parler de la verdure, des tables de pique-nique, du petit cabanon où l’on peut se servir un rafraichissement, de l’air de jazz qui s’en échappe… En somme, une tranche d’été partagée avec des gens de bonne compagnie.

Parmi eux, un adjoint au maire de Marcq-en-Barœul, vêtu d’un pantalon rose et de lunettes de soleil de circonstance. Comme n’importe quel supporter, debout derrière la grille qui encadre le terrain, il prend quelques photos avec son smartphone : « J’avoue que je ne connais pas bien les règles du hockey. En fait, j’ai du rugby et du foot à aller voir après. »

« Toutou bar »

Pour leurs amis à quatre pattes – pas les bambins mais les chiens – il y a un « toutou bar ». Une petite pancarte signale cette buvette aménagée pour les canidés, adossée à un mur et uniquement composée d’une gamelle remplie d’eau. Un berger allemand profite du rafraichissement. Un peu plus loin, un rottweiler n’a que faire du « toutou bar ». La langue pendante, sa laisse nouée à la grille, le chien snobe jusqu’au match et regarde à l’opposé.   

À la mi-temps, un puissant système d’arrosage se déclenche au-dessus du gazon synthétique. « C’est parce qu’on joue sur du synthétique mouillé, et non sablé ! explique Hubert. C’est bien moins abrasif lorsqu’on tombe. » Un joli arc-en-ciel se créé sur le terrain et des enfants courent pour éviter les gouttes. Quelques mini-joueurs avaient profité de la pause pour prendre possession du terrain. Armés de petites crosses, ils dépensent une énergie qui a quitté les adultes depuis longtemps, préférant profiter d’une bière fraiche au soleil. 

 La quiétude du moment n’est troublée que par bribes. Au début du match, l’équipe de Wattignies a crié un tonitruant « HOO ! », juste avant que la musique d’ambiance ne reprenne ses droits. Il y a aussi eu quelques « Aller Lardon ! » et un « Il y a carton là, abusé ! », mais ils étaient prononcés par les plus jeunes, absorbés par le match. Heureusement, la trompette amenée par une supportrice n’a résonné qu’à deux ou trois reprises. Face à des joueurs qui se sont démenés, les spectateurs ont donc pu tranquillement profiter du beau temps.

Delphine Sitbon

Dimanche 23 avril, devant le match de hockey sur gazon opposant Wattignies à Marcq-en-Baroeul. © Laura Taouchanov

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.