Onirique (9) : rêver du président

A quand les philosophes, les logiciens dormants ?
André Breton
Chaque fois que je puis trouver trace de rêve, dans quelque œuvre que ce soit, je suis prêt à toutes les concessions. Le merveilleux, qu'il soit d'origine scientifique, littéraire, religieuse, m'a toujours captivé. Car, à chaque victoire de l'imagination sur le réel, un des liens qui retiennent notre esprit se détache et tombe. La libération commence et déjà on en aperçoit les conséquences formidables.
Raymond Queneau

  

imaginez-la-france-dapres.jpg

  

Arte a eu la curieuse initiative de réunir, sous forme de « vignette-vidéo » d’une minute environ, une série de témoignages sur le thème « J’ai rêvé du président. » Suite à un appel à contributions lancé début janvier, Etienne Chaillou et Mathias Théry ont reçu par Internet des évocations d'un rêve mettant en scène le Président Sarkozy. Ils en ont fait des petits films d'animation que l'on peut voir sur le site d'ARTE.
   
J'en livre ici la retranscription, plus ou moins fidèle, accompagnés de quelques autres récits de rêve trouvés ailleurs sur le net. Ce sont des témoignages sur une époque, sur une présidence marquée par des sentiments basiques, tels, l'amour, la haine et la crainte.

   
        
Une première série de rêves exprime des sentiments d’amour pour le Président. Il est à noter que cette « amour » prend des formes diverses (amour pour la personne de Sarkozy, amour « maternel », amour « filial », excitation sexuelle).
   
Rêve d'Alexandra, 39 ans, Marseille, septembre 2008
Je rêve que je suis au bord de la mer. Il y a partout de grands rochers. Je suis au bord d'une falaise, et la mer est déchainée. Sur ma droite, je vois le Président. Il sourit. J'aime la force et l'assurance qu'il dégage. Et je me surprends à le trouver très séduisant. Et soudain, je m'aperçois que je me tiens entre la femme du Président et son ex-femme. Elles deux aussi sont très belles et rayonnantes. Et moi je me rends compte que je fais partie d'elles. Je fais parties des femmes du Président. Je me sens moi-même très forte. Puissante même, au milieu des rochers et de la mer déchaînée. Alors là je me réveille en me disant Je suis l'élue ! Je suis l'élue ! Je suis l'élue !
   
Rêve d'Hélène B., 53 ans, Montmorency (95), février 2010
Je rêve que je suis dans un grand lit très moelleux, les oreillers sont tout doux, je suis vraiment bien et dans mon rêve je vois des gros seins, vraiment des beaux seins, et j'en suis très contente. Je sens que ça me tire dans le sein gauche et là je vois mes trois enfants qui tètent. Ils sont vraiment bien, et je suis tout pour eux. Et puis je sens que le sein droit me tiraille aussi. Et là je vois une tête brune et je m'aperçois que c'est le président de la république qui tète à qui mieux mieux. Il a des dents plein la bouche mais ce n’est pas grave. Puisque j'ai du lait et que je suis contente de nourrir, et bien je continue. Et c'est à ce moment là que je me réveille dans un état de volupté extraordinaire.
   
Sur “forum.doctissimo.fr”, chrisdocti a posté le 30-12-2008, ce récit de rêve :
Hier nuit j'ai fait un rêve pour le moins assez curieux, singulier, bizarre... J'étais couché dans le même lit que Nicolas Sarkozy et sa femme ; puis à un moment, j'ai demandé à Sarkozy si je pouvais faire l'amour avec sa femme : il m'a répondu bien sûr, d'un geste. Alors, sa femme et moi nous avons commencé par nous enlacer : elle me chatouillait l'entre-jambes et soufflait dans ma région anale, c'était voluptueux ; moi, de mes mains je la caressais pendant que ma langue parcourait son clitoris, et elle gémissait. Ce sont les images dont je me souviens. A un moment pendant notre étreinte, j'ai regardé Nicolas Sarkozy et j'ai remarqué que son visage était un peu renfrogné ; mais nous avons continué... quand brusquement il réagit violemment en nous faisant signe qu'il fallait passer directement à la pénétration. Mon rêve s'arrête ici : je ne sais plus trop, je pense que je me suis réveillé.
   
Dans certains cas, le sentiment d’amour est couplé avec un désir de puissance : le président peut, par exemple, nommer le rêveur à un poste important.
   
Rêve d'Anne B., 25 ans, Bordeaux (33), mai 2011
Je rêve d’un gala de charité très chic. Je suis à côté du Président de la République. Je l'appelle par son prénom. Je suis sa fille. Il me parle en espagnol, je ne comprends pas un mot de ce qu'il me raconte, je suis pourtant bilingue et je m'entends hurler : "je ne vous comprends pas, mister president". Là je ne parle plus qu'en anglais, alors là, il me prend de haut, me fait signe de m'écarter. Je réponds aux journalistes et d'un coup je suis en manif et je hurle (???). Et nous sommes dans un restaurant sur les Champs-Elysées, le président vient vers moi et me dit : "C'est du bon travail" Je m'entends répondre "Merci monsieur". J'ai perdue mon oreillette et on m'annonce "Madame, la ministre de la culture". Je sourie au président et je me réveille."
   
Sur le site « aufeminin.com » on trouve aussi ce rêve posté par angele102 le 5/02/09
J'ai rêvé qu'il Y avait une foule devant son domicile qui faisait des revendications. J'étais devant sa porte. Sa femme a été bousculée en essayant de se frayer un chemin. Elle arrive devant la porte et frappe. On lui ouvre. Je la soutiens car elle ne tiens pas debout. Je me souviens des rouge à lèvre que nous portions : elle rose mat et moi orange. J'ai l'impression que nous nous reconnaissons par ce signe distinctif (étrange!!!). On la fait entrer et du coup moi aussi. Je rencontre le président qui a l'air de s'ennuyer à cause de ces problèmes. J'ai l'impression qu'il regrette même cette prise de fonction. Je ne parle pas et suis inquiète car je crains de ne pas être à la hauteur pour communiquer avec lui. Tout est si calme, il est pensif. Plus loin il y a des enfants, je m’approche d'eux et nous mettons à parler. C'est très agréable.
angele102 - posté le 5/02/09
J'ai oublié de dire que j'avais l'impression que le président allait me nommer ministre et là je me posais des questions quant à la manière que j'allais communiquer.
   
Dans certains cas, les sentiments ambivalents amour-haine pour le président sont mis en balance avec le fait que le président pourrait résoudre nos problèmes (problèmes de « situation sociale », de reconnaissance, problèmes de dents, de literie, etc.) avec le risque de se sentir complètement hypocrite.
 
Rêve d'Amina, 29 ans, Brignac (34), janvier 2010
Je rêve que je suis en Tunisie et que je rencontre le président de la République dans un gros 4x4. Il me trouve sympa. Il me propose de le conseiller pour lui faire gagner les élections. Alors ma sœur me dit : Vas-y ! Propose-lui qu'il t’épouse, comme ça t'auras une situation. Et puis, moi, je ne veux pas. Alors le Président se met à me séduire. Il m'emmène dans les restaurants. Il me propose de m'arranger mes dents. Mes dents, c'est vraiment mon point faible. Et il me dit : "Regarde ! Moi, je l'ai déjà fait. J'ai des dents nickel !" Et puis il me donne une voiture, un portable, la situation. Mon père est super-autoritaire. Et il dit : Quel bonheur, ce président ! Je ne sais pas comment il fait, il parle arabe. Et moi je deviens un peu amoureuse quand même. On se rapproche. Et puis, heureusement, je me réveille...
   
Rêve de Yann D., 62 ans, Ponthierry (77), décembre 2011
Je rêve que je reçois une lettre du président de la république, qui me demande de bien vouloir le rencontrer dans son palais de l'Elysée. Je me demande bien pourquoi, je ne suis qu'un poète presque anonyme. J'arrive à l'Elysée, je rencontre le président. Il adopte de suite le "tu" : "Mon cher Yann, je t'ai fait venir pour te faire une proposition : je t'offre le secrétariat de la poésie rattaché au ministère de la culture. Qu'en penses-tu ?". Abasourdie, je reste sans voix. Il insiste : "il me faut une réponse rapide !" Sur ces entrefaites, son épouse entre brusquement dans le bureau sans frapper, tout en chantant "Quand je pense à Fernande, je bande…" Et c'est là que je me réveille.
   
Sur le blog « bellelurette.over-blog.org » ce rêve de Bellelurette édité le Samedi 26 janvier 2008 :

J'ai rêvé de notre président. Je ne sais pas si c'est à cause du fait que je dois changer de literie... et ma literie n'a pas de ressorts ! Toujours est-il que j'étais dans une grande salle faite pour accueillir des gens, pour je ne sais quelle cérémonie et il y avait une espèce de canapé bas, mais  alors, inconfortable au possible. Bien que recouvert avec un beau tissu en lin, on voyait bien qu'il y avait de vieux ressorts qui voulaient se faire la malle ! Alors je jugeais que cela ne pouvait plus continuer. Et passe par là notre président, accompagné par une personne que je n'ai pas reconnue, mais une sorte de porte-parole. Je l'interpelle et lui demande de bien vouloir s'asseoir sur ce canapé. Il pose son céans dessus et  soudain, bling, il  est déporté en arrière et se cogne la tête contre le mur ! Il prend ses genoux dans ses mains et c'est reparti de plus belle ! Bling et rebling ! Un mot m'est venu alors en tête  "Culbutos" ! Vous savez, ce genre de petit personnage que si on le pousse, il revient toujours à sa place première. "Alors  Monsieur le président, vous voyez bien que ce canapé est totalement inconfortable " Après, c'est assez confus, surtout que j'ai fait ce rêve il y a  quelques jours. Toujours est-il que j'ai réussi à lui faire voter un budget pour changer ce canapé ! Yeeeeeeeees ! Et je sais que cela à voir avec ma literie que je dois changer (puisque Fred a cassé mon lit), mais je n'arrive pas à me décider sur ce que je dois acheter !
 
Sur le ”forum.psychologies.com”, alifarka, le 23-11-2010 poste ce récit de rêve :
Cette nuit, j'ai rêvé du président de la république. Chacun arrive de son côté vers une place centrale où il n'y a personne, en plein jour. Je lui serre la main, une poignée de main franche. Ces derniers jours, je fais attention au travail à mes poignées de main, puisque mon chef qui vient de m'embaucher dans mon nouveau travail me recommande, en bon consultant, des poignées de main franches. Il me disait aussi : un bon consultant, c'est d'abord quelqu'un qui rassure. Mais je m'égare, revenons au rêve. Après la poignée de main, je lui fais des éloges de courtisan sur sa capacité d'action, et me permets de critiquer sa méthode. Tout cela est fait avec beaucoup de précautions oratoires, alors que dans ma tête, je me disais : "mon Dieu, t'es en train de te travestir ! Qu'est-ce que c'est que ce comportement de lèche-bottes auquel tu t'adonnes ?" Puis il me coupe, au moment où j'arrive aux critiques, j'ai bien compris qu'il était hyper susceptible. Puis il a continué sa route, et je suis resté au milieu de la place.
     
Une autre série de rêve témoigne de sentiment de crainte envers le président, sentiment firtement teinté par celui d’être physiquement menacé et/ou profondément humilié.
   
Rêve de Violaine E, une jeune femme de 24 ans, originaire de Beyne (78), octobre 2010.
Je suis dans une grande pièce, un salon d’exposition, j’attends, je suis hôtesse. D’un coup, un groupe s’approche et je me rends compte qu’au milieu il y a le président de la République. Je suis collée au mur, le président me parle, mais je ne me rappelle pas ce qu’il me dit. Je vois juste qu’il veut me serrer la main et moi je ne veux pas. Je lui dis non, mais le président m’ordonne de lui serrer la main. Je suis obligée de le faire. C’est horrible pour moi, donc je me mets à pleurer et, à ce moment-là, mon ex apparaît juste derrière le président, parce qu’il est plus grand que lui, et il se moque de moi parce qu’il voit que je suis obligée de lui serrer la main et que je pleure. C’est là, je me suis réveillée…
 
Rêve de Charlotte D., 30 ans, Aix-en-Provence (13), janvier 2012
Je rêve qu'on m'annonce que j’obtiens un nouvel emploi, je suis ravie et je décide donc d'aller faire des courses dans une grande surface. Il y a beaucoup de monde. Je prends une tomme d'emmental et un livre. Au moment de passer en caisse, je ne sais pourquoi, je décide de ne pas attendre mon tour, et de partir sans payer. Evidemment je me fais attraper par des vigiles très mécontent et là, surprise, arrive le président de la république accompagné de son premier ministre. Ils discutent entre eux et après réflexion, ils décident de faire de moi un exemple. Ils m'imposent de circuler dans le supermarché devant tout le monde avec une pancarte autour du cou sur laquelle est écrit : "J'ai volé du fromage et un livre."
    
Rêve de Jeanne C., 16 ans, Campigny (27), janvier 2012
Je rêve que je suis dans une salle d'expositions de photographies avec une amie du lycée, y a des couloirs étroits, ça va dans tous les sens, ça ressemble plutôt à un labyrinthe. On avance, on regarde, et là, on s'arrête devant un portrait. Celui du président de la république. Il nous regarde. Il a un regard très insistant. Il nous fixe fort. Et là, il sort de la photo. Mon amie elle lui tend les bras, et lui il l'embrasse. Mais, il l'embrasse sur la bouche. Moi je prends la fuite et là je me fais pourchassée par toutes les personnes sorties des photos. Et je me souviens ensuite que j'ouvre une page de journal avec un gros titre, le président de la république demande en mariage une belle brune et là je me réveille.

Rêve de Sonia A., 19 ans, Etampes (91), octobre 2011
Je rêve que je suis dans une ville, que je travaille à la chaine avec mes outils, et d'un coup surgit le président de la république. Et là, c'est comme dans un jeu vidéo, un peu comme Mario Bros. Une course poursuite s'engage alors dans l'usine. Le président récupère les pièces et nous pourchasse en poussant des slogans politiques. Et là, il tombe dans un immense baril de gélatine rose où est inscrit "game over". Et là je me réveille.
   
Rêve de Raphaël T., 22 ans, Paris, janvier 2012
Je rêve que je suis dans une jungle près d'une rivière avec mon copain. Il part chercher du gros gibier et pendant ce temps je reste tout seul dans des ruines industrielles envahies par la végétation. Pendant ce temps je tire sur des ptérodactyles roses qui passent dans le ciel pour participer à la chasse. Les cadavres s'entassent au milieu des ruines. Je décide d'utiliser ces cadavres pour tendre un piège à de grands animaux qui ressemblent à des buffles rouges, quand ils s'approchent, je leur tire dessus. Ils ont une conscience et ils me reprochent ma fourberie.  Je culpabilise et à ce moment là des humains défilent devant le tas de viande et me font des reproches. Et c'est alors que le président de la république passe en courant  et essaye d'uriner sur mon tas de viande en ricanant. Je lui tire dessus et il poursuit sa course. Et ensuite je m'enfuie à mon tour dans un dédale d'ascenseur et d'escaliers."
   
Avec Sarkozy, la crainte peut prendre un caractère « global »
   
Rêve de Cécile U., 33 ans, Montreuil (93), janvier 2012
Je rêve qu'il y a un sommet international très important qui se déroule, et je suis dans la même pièce que tous les chefs d'Etat. Il y a le président américain le président russe. Je ne sais pas pourquoi je suis là. C'est un moment très tendu. Ils discutent tous en anglais. Je suis en train de parler de négociation pour la paix dans le monde. Soudain, il y a le président français qui rentre, il parle très fort, il parait très sûr de lui, mais je m'aperçois qu'il parle très mal anglais. Les autres ne le comprennent pas. Alors, j'essaye de me proposer pour traduire, et ça ne marche pas du tout. Ils comprennent de travers, et ils commencent à mal le prendre. La tension monte. Et là je me dis que les négociations n’aboutiront jamais et que ça va être la troisième guerre mondiale. Il est très tard et je m'en vais.

Une autre série de rêves a une tonalité haineuse

Rêve de Chloé B., 27 ans, Cucuron, mai 2007
Je rêve que je suis dans la rue, y'a une voiture noire un peu banalisée qui arrive, ça me parait louche, je vois qu'il y a la fenêtre qui se baisse un petit peu, et je vois le président de la république qui me regarde avec l'air un peu mauvais alors du coup alors je m'approche et là il me sort un pistolet et il tire... C'est comme un pistolet de farce et attrape ; les balles tombent mollement par terre. Deuxième image, je suis encore dans la rue, je revois cette même voiture passer. Sauf que cette fois, je sais. Alors j'y vais un peu énervée avec mes clés coincées dans le poing, et je lui plante mes clés dans la tête et je le tue. Et à ce moment là je me réveille.

Rêve d'Elsa M., 29 ans, Bagnolet (93), août 2009
Mon rêve se passe dans une cité dans le 93, y'a des grandes tours grises qui encerclent une piscine qui a été installée pour que se déroule les combats de boxe. Il pleut mais il y a quand même beaucoup de monde qui est venu, des gens de la cité, des cailleras. Aujourd'hui c'est un combat entre l'ancien président de la république et le nouveau président de la république. L'ancien Président porte un short de satin rouge avec un trench ouvert et le nouveau Président arrive avec son petit costard de ville. Pendant le match le nouveau président est super nerveux, super méchant, rapide, incisif. L'ancien président, qui est beaucoup plus tranquille, a beaucoup plus d'aisance dans les gestes qui va le dominer pendant tout le match. Le nouveau président se fait mettre KO et là je me réveille.
   
Rêve de Juliette L., 35 ans, Marseille (13), juin 2007
Je rêve que c'est l'hiver, il fait froid. Je suis avec une bande d'amis et avec le président de la république... C'est une de mes connaissances. Il porte un très grand manteau, très lourd, il a de grosses épaulettes, alors ça fait une sorte de rectangle noir. Il a l'air sûr de son bon droit, il est très content d'être là, visiblement. Moi, je lui parle et il ne réagit pas du tout. Normalement si on était deux êtres humains à égalité on pourrait devoir échanger, mais là je parle et rien ne se passe. Il continue à être content d'être là, content de lui. Et moi je continue à penser qu'il ne devrait pas être là. Il profite qu'il a du pouvoir avec ses grosses épaulettes noires et d'un coup je lui arrache son manteau et je le frappe, je le frappe, je le frappe... jusqu'à ce que je me réveille.
   
Rêve de Jérémy C., 26 ans, Auch (32), juillet 2011
Je rêve que je suis invité à une émission télévisée où le Président est présent pour dialoguer avec les français. En fait je suis le seul à dialoguer avec le président qui se trouve de l'autre côté d'une immense table. La parole est à moi, j'ai bien les chocottes et je ne contrôle absolument pas ce que je dis. Je lui cris : "On en a plein le cul, vous comprenez, on en a plein le cul". C'est tout ce que je peux dire. Le président ne bouge pas, il reste à l'écoute, il est très poli. Et je me rends compte que le public, il me soutien et qu'il cri la même chose au président : "on en a plein le cul ! On en a plein le cul !" L'émission est diffusée à une heure de grande écoute, je fais la Une des journaux et ils titrent : "Il a raison, on en a plein le cul !" Et tout le monde descend dans la rue et cri : "on en a plein le cul !" En fait tout le monde est d'accord. Et là je me rends compte que je suis devenu le déclencheur d'un soulèvement qui me dépasse complètement. Je me sens un peu mal à l'aise d'avoir créé tout ce bazar. Je me réveille avec cette phrase là qui résonne dans ma tête.

Dans certains rêves, les sentiments haineux prennent une tonalité ironique, méprisante, mettant en scène un président humilié.
 

Rêve de Cécile, 33 ans, Paris, une nuit de décembre 2011.
J'ai rêvé que j'étais en train de courir à côté d'une grande femme blonde. Et là, d'un coup, la fille se transforme en président de la République. Mais, en fait, il n'était plus président. Donc on va au café. On s'installe dans une salle bondée. Et, moi, j'hallucine parce que personne ne le reconnaît. Je suis assise en face d'un mec que je déteste, mais en fait il est tout malheureux, tout triste. Parce qu'il est amoureux de la grande blonde. Je suis touchée parce que d'un coup, cet espèce de monstre devient humain. Il dit que ne plus être président, ça fait tout vide. Il est tellement sympathique que je fais une blague : il aurait pu faire une loi pour rester au pouvoir. Et il rigole.

 
Rêve de Bruno G., 56 ans, Perigueux (24), juillet 2011
Je rêve que je rencontre le président de la république dans les rues de Périgueux. Il m'invite à monter dans une petite voiture pour aller visiter une prison. Il s'installe entre le chauffeur et moi, ce qui l'oblige à se lever dès que le chauffeur veut passer les vitesses. Il reste très digne en faisant mine de ne pas me voir rigoler sous mon manteau. Nous arrivons devant une prison où il y a beaucoup d'animation. Les gens vont et vienne et je vois qu'on dresse des tables. Je m'étonne de ne plus voir le président. On me dit qu'il est en train de faire sa visite. Je demande aux gardiens "pourquoi ces tables ?". Ils me disent que nous allons bientôt fêter l'incarcération du président et des gens me félicite de l'avoir accompagné jusque là. Le crépuscule tombe, le banquet commence, ambiance rouge-saucisson-merguez et quand les flonflons se font entendre, tout le monde est sûr qu'il ne sortira pas et tout le monde danse jusqu'à la nuit. Je me demande pourquoi je ne l'ai pas suivi, mais on me dit qu'il valait mieux sous peine d'y rester avec lui.
    
Rêve de Philippe R., 56 ans, Bois Guillaume (76), octobre 2011
Dans ce rêve je suis à la campagne. Une troupe de personne se trouve là, quinze-vingt personnes se trouvent là et je m’approche, et je m'aperçois qu'ils écoutent le président de la république. Le président parle beaucoup, je ne me souviens pas de ce qu'il dit parce que je suis plus attentif à le regarder qu'à l'écouter et je suis fasciné par son côté hâbleur et actif. Tout doucement le groupe se déplace dans le chemin qui devient très en pente et le président se met à tomber par terre et dans l'herbe un peu boueuse, il se tortille. Je le vois à prendre plaisir à se frotter sur le sol, et il se relève et il montre qu'il a le dos mouillé mais son vêtement n'est pas du tout abîmé. Ce devait être pour faire la promotion d’un textile bien résistant, une sorte de textile made in France de super qualité. C'est là que le rêve s'arrête.
  
Dans certains rêves les sentiments haineux sont contrebalancés par des sentiments de culpabilité ou de craintes qui peuvent pousser le rêveur à prendre le parti du président.

Rêve de Renée V.H., 65 ans, Lyon (69), janvier 2012
Je rêve que je suis dans un quartier chic, soudain apparait le président de la république, en personne. Il s'approche de moi pour me parler. Et tout à coup, de derrière les voitures, surgit trois hommes, bien proprets, bien mis qui lui tombent dessus. Et pendant qu'il se débat, deux le maîtrisent l'autre lui cogne dessus avec ses poing, comme avec un marteau. Et là je n'y comprends rien. Pendant cinq ans j'ai rêvé de la chute de notre président, mais là je ne sais pas ce qui me prend, je me jette dans les jambes de son agresseur, je le mords, je suis déchaînée, je suis Jeanne d'Arc, je fais du kung-fu... Voilà, je le défends, je ne veux pas qu'on touche au président.  

Sur le site lorinaute.net on trouve aussi ce rêve intitulé « L'assassinat manqué de Sarkozy » posté par Loni (31 ans) le 3 décembre 2011.
Je suis avec un groupe d'amis et Marja. Nous entrons par effraction dans un appartement, et forçons son propriétaire à garder le silence. Nous nous installons dans son salon, et je me rends compte qu'Audie et Carita sont avec nous ! J'essaye de me cacher : je ne veux pas qu'Audie ne me reconnaisse, mais il semblerait que j'aie suffisamment changé : elle ne me remarque même pas. Une fois que nous nous sommes installés, mes camarades m'exposent leur plan : placé sur le balcon, je dois utiliser un fusil de sniper pour abattre Nicolas Sarkozy lorsqu'il passera avec son cortège sur la route bordant la mer12 que nous voyons depuis l'appartement. Je refuse de faire une telle chose : j'ai beau ne pas porter le président dans mon coeur, je me refuse à faire un tel acte ! Mes camarades me demandent alors de viser à côté et de tuer son chien, ce que je refuse également. Je leur dis également que la police essaiera sûrement de surveiller les appartements sur le chemin du cortège, et que nous risquons gros. Mes angoisses se confirment, et des policiers cagoulés font irruption dans l'appartement. Alors que nous sommes convaincus d'être finis, c'est le propriétaire de l'appartement qui, à notre grande surprise, vient à notre secours en faisant croire aux policiers que nous sommes ses invités. Il fait même semblant de nous engueuler en nous disant qu'on était rentrés bien trop tard la veille au soir sans le prévenir.
   
      
Rêve de Stéphanie L., 34 ans, Marseille (13), mars 2008
Je rêve que je suis dans un grand restaurant très luxueux, avec plein d'amis. Tout le monde parle fort, tout le monde discute du gouverne, de faire la révolution, en fait. A côté de la table il y a un serveur très très bien habillé, tiré à quatre épingles, bien droit comme un i et je me rends compte en fait que c’est le président de la République. On est tous vraiment très enflammés. Je suis la seule à avoir capté que c'est le président qui fait le service et je décide de calmer leurs ardeurs révolutionnaires : "ça sert à rien de se rebeller, de toute façon la révolution, c'est pas pour demain, on arrivera à rien..." Et je surveille du coin de l'œil pour voir si le président entend bien ce que je suis en train de dire à mes amis. Tout le monde se calme et je rends compte que le président à entendu mon discours et je suis très très fière.
    
En guise de conclusion :
 
Sur le forum « jeuxvideo.com » NBA95 à posté ce récit de rêve le 27 mars 2012 :
Dans mon rêve j'étais dans ma chambre, j'ai allumé mon ordi, j'ai allumé internet explorer et là que vois-je suis le site de msn.fr, Nicolas Sarkozy réélu président de la république :(  
Rêve débile ou Prémonition ?


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.