Demodocos
acteur conteur
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2011

La personnalisation du débat politique c'est le "photoshop" de la démocratie.

Demodocos
acteur conteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© SuperBeurkMan
© SuperBeurkMan

Les nombreuses tentatives du Président Ben Ali n'ont de cesse de vouloir éteindre le feu révolutionnaire du mouvement populaire tunisien. Ce projet de retour à l'ordre" bénéficie du concours massif des Etats occidentaux. Preuve en est le mutisme mou face à la répression sanguinaire de l'Etat tunisien pour mater ce qui est réduit à des émeutes locales - rappellant étrangement les émeutes des cités françaises. Le positionnement est tout autre vis à vis de la Côte d'Ivoire. Pour la Tunisie, le "qui ne dit mot consent", trahit une absence totale de volonté politique de la part des élus de positionner la voie de la nation dont ils ont la responsablilité sacrée et de prononcer que la barbarie des actes commis par l'Etat tunisien est inacceptable.

Ên dépit de ce mutisme médiatique de la part des responsables politiques français, quelques paroles émanent de la part d'élus qui ne sont pas positionnés sur la première marche de la hiérachie de l'Etat. Il est curieux d'oberver les outils idéologiques utilisés pour justifier et communiquer l'absence de volonté politique. Parmi les déclarations molles qui suggèrent le désaccord sans l'affirmer, on entend souvent la notion "d'amitié avec la Tunisie" et le fameux devoir de "non ingérence" issu du "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. La proposition de Michèle ALliot-Marie de mettre les forces de l'ordre de la France au service de l'Etat tunisien reste de loin la position la plus explicite de l'Etat français, déclenchant sciemment les foudres de l'indignation de la part de ceux qui soutiennent le mouvement de révolte populaire de la Tunisie. Madame la Ministre des Affaires Etrangères françaises a bravé tant de ministères régaliens, comme la Défense, la Justice et n'a pas son pareil pour susciter par sa seule posture corporelle l'impression de rigidité, de vacuité polaire : raideur dans la stature, port de lunettes et bijoux, sourire puissant et carnassier, mimiques faciales oscillant entre la gêne et les les tocs, la voix qui se cherche entre le grave et l'aigü, le dilemne tailleur-pantalon de la femme pouvoir...

Dans les critiques adressées sur la façon dont l'Etat français se désengage, il n'est question que de Madame Michèle Alliot-Marie appelée MAM. Il est de bon ton de personnaliser en nommant de façon familière les responsables politiques. Avec Michèle Alliot-Marie, il suffit de 3 lettres et ça fait de suite "branché".C'est plus rapide à dire ou à écrire et cela la rend plus "humaine", plus familière qu'elle n'apparaît aux yeux de tout le monde... MAM ça rapelle étrangement l'anatomie maternelle : maman, mamaire. Ceci en dit long sur la manière dont le débat politique médiatisé se structure aujourd'hui : la science du truchement par la représentation. "Politiques, maternez nous, prenez en charge notre irrationnel et irrépressible besoin de "chaleur" - une image de chaleur vaut mieux que 1000 mots sur le feu.

Il s'agit donc d'un moyen par le langage médiatique d'infantiliser le citoyen dont l'indignation risque parfois d'être confondue et limitée par cet irrpressible besoin de familiarité avec le politique. Que les aspects personnels des acteurs politiques soient secondaires pour le citoyen mais que leurs actions, leurs idées et leurs illusions puissent devenir transparentes pour tout le peuple. La personnalisation du débat politique c'est le "photoshop" de la démocratie. Ce truchement permet, le temps d'une belle image, de donner une vision de la relation élus-citoyens qui soit à l'avantage du pouvoir en place, sans rendre efficiente et valide dans l'espace public, l'expression de la parole rébublicaine du peuple souverain.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux