Le réveil de l'Afrique

Les discours récurrent sur l’immigration africaine me donnent l’impression que les pays européens n’ont pas conscience de ce qui se joue actuellement en Afrique. L’on continue encore de parler des Africains comme dans les années 60 alors que les villes africaines pullulent maintenant d’intellectuels bien au fait des grands enjeux de l’économie mondiale et des relations internationales. De plus, les Chinois ont investi massivement différents secteurs de l’économie africaine, multipliant par 50 leurs échanges commerciaux avec le continent noir entre 1980 et 2005[1].

Les images de tueries qu’on nous présente ici ou là correspondent, certes, à des réalités. Mais, dans son ensemble, la croissance africaine décolle progressivement à la faveur de la mondialisation et d’une immigration chinoise qui ne cesse de monter en puissance. Car Pékin joue la carte d’une coopération plus étroite avec les pays africains pour, d’une part, satisfaire ses énormes besoins en matières premières, d’autre part, faire face à sa démographie exponentielle. Il suffit de sillonner les rues des villes africaines pour s’apercevoir que les produits chinois prennent la place des produits européens. Ne nous y trompons pas ! Les candidats à l’immigration qui s’échouent sur les plages espagnoles comptent au nombre des moins bien formés et informés. Peu au fait des réalités européennes, ils croient encore à l’eldorado européen. Les mieux formés des Africains qui n’arrivent pas à s’en sortir sur place préfèrent le Canada, les Etats-Unis ou la Chine.

« Et les droits de l’homme dans tout cela ? » me direz-vous. D’abord, il faut savoir que les Africains rigolent franchement lorsque les dirigeants européens leur parlent de démocratie et de droits de l’homme. Car, depuis les indépendances, ils sont habitués à les voir soutenir leurs dirigeants les plus corrompus au nom des intérêts de leurs pays, tout en berçant les populations africaines de beaux discours sur les grands principes[2]. Que les dirigeants chinois ne soient pas exemplaires en matière de défense de la démocratie et des droits de l’homme n’est un secret pour personne. « Mais, au moins, les Chinois nous aident en nous fournissant des produits bon marché, en construisant nos routes délabrées et en créant des emplois ! » répondent les Africains. Ensuite, la mémoire de l’esclavage et de la colonisation reste vive chez beaucoup d’Africains qui, aujourd'hui encore, ont l’impression d’être souvent traités avec condescendance par les Européens. Les réactions indignées suite au discours de Dakar du président Sarkozy en donnent la preuve, tout comme le montrent les vives critiques contre la politique d’immigration des pays européens.

D. Dambré

[1] Cf. « L’Afrique est ruinée ? La chine est preneuse », document à lire sur lemonde.fr

[2] Ceux qui veulent en savoir davantage sur ce sujet peuvent lire François-Xavier Verschave (1998) : La Françafrique : le plus long scandale de la République, Editions Stock, 379 p.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.