denis dupre
Enseignant chercheur, Université Grenoble
Abonné·e de Mediapart

38 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juin 2019

denis dupre
Enseignant chercheur, Université Grenoble
Abonné·e de Mediapart

Macron a le profil du dictateur vert

Macron sera le premier dictateur vert. Il sera nommé Président à vie, comme Xi Jinping.

denis dupre
Enseignant chercheur, Université Grenoble
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai écrit le 9 mars 2009 dans le journal Réforme le texte joint ci-dessous.

Je m’inquiétais des éléments de dictature introduits par le Président Sarkozy.

Dix ans plus tard, cinq éléments sont profondément ancrés dans notre quotidien « démocratique » : contrôle des médias, de la justice, des rouages administratifs, de l’opposition et des intellectuels.

Macron a étendu cette panoplie et notre « démocratie » se pare des éléments caractéristiques d’une dictature. Grace aux gilets jaunes, Macron a pu mettre en place l’interdiction de manifester pour les opposants les plus radicaux. La peur vaut interdiction pour les autres depuis qu’il autorise les tirs de la police sur des pacifiques manifestants. Grace à la loi sur les fake-news, Macron interdit la propagande quand elle ne vient pas de son gouvernement.

Pour devenir dictateur, il ne reste plus qu’à autoriser les tirs à balles réels sur les manifestants. Le pas sera-t-il franchi un jour ?

Notre avenir est sombre de l’effondrement écologique favorisé par les marchés libres et les oligarchies qui en profitent. Macron est le pyromane. Macron est intelligent et manipulateur. Il sera le pompier.

Très rapidement, des centaines de millions de réfugiés potentiels rendront les fermetures des frontières comme une évidence. Macron proposera des quotas de migrants adaptés aux besoins d’emploi et gagnera ainsi les élections de 2022 sur le Rassemblement National et sur la gauche en promettant un revenu universel.

Mais la survie alimentaire pour tous ne sera bientôt plus assurée  puisque nous aurons vendu la plupart de nos terres.

En 2027 Macron lâchera l’alliance avec une Amérique affaiblie et s’alliera avec le pouvoir chinois. Pour gagner les élections il fera un emprunt massif à la Chine permettant un achat de produits alimentaires pour nourrir la population française en encadrant le prix des denrées alimentaires de base.

Dès 2028 la  France deviendra un satellite de l’empire chinois sous le gouvernorat Macron. Faute de crédit et devant l’ampleur de la dette, les prix alimentaires s’envoleront alors qu'une part croissante des récoltes françaises seront acheminées en Chine par la route de la soie. Pour résoudre la famine, Macron mettra en place le contrôle des naissances et la politique de l’enfant unique.

Macron sera le premier dictateur vert. Il sera alors nommé Président à vie, comme Xi Jinping.

Comment naît une dictature?

Publié le 5 mars 2009 dans le journal Réforme (disponible ici et ici page 27)

Si je voulais être dictateur, je commencerais par 6 mesures simples pour contrôler les pouvoirs, les contre-pouvoirs et les urnes.

Je prendrais le contrôle des médias : Berlusconi les possède, Hugo Chavez fait fermer la télévision d’opposition, moi, je les engluerais dans une toile. Je serais l’ami proche des actionnaires des télévisions et journaux privés. Je leur faciliterais certains contrats dans d’autres activités où l’état à son mot à dire. Je donnerais de l’argent pour « aider la presse » et je les imagine déjà à la conférence de presse d’annonce de subvention, ils seraient tous là en rang serrés, courtisans se bousculant pour m’approcher. Je contrôlerais la télévision publique en nommant son directeur. Je ferais virer un directeur de journal pour une photo de ma femme avec son nouvel amant. L’autocensure deviendrait assez vite un réflexe de Pavlov. Je moucherais en conférence de presse un éditorialiste pour donner le ton. Je prendrais un journal qui ne m’a pas plu, à cause d’une révélation sur ma vie sentimentale, et ironiserais sur sa "crédibilité" devant les autres journalistes pour tester leur servilité à ne pas répondre.

Les voyous que j’apprécie.

Le pouvoir c’est quand tous courbent la tête quand j’affirme que le noir est blanc. Je ferais passer des lois sous prétexte d’éviter la diffamation et protéger les innocents, en fait pour empêcher la presse et les rebelles de dénoncer les voyous dont j’apprécie tant le dynamisme.

Je prendrais le contrôle de la justice. Là il me suffirait encore de suivre l’exemple Berlusconi. Le travail est d’ailleurs bien avancé grâce à mes prédécesseurs qui se sont débarrassés d’Eva Joly, virée « de son plein gré ». Avec moi, il n’y aura plus de juges d’instruction et la poursuite des affaires financières dépendra du ministre de la justice. Elle sera bien plus lente pour certains et refermera les dossiers qui m’embarrassent. Pour le dernier Zorro, Eric de Montgolfier, qui a tenté de mettre au pas les pratiques mafieuses des francs-maçons dans le Sud, je le laisserais se faire condamner pour des broutilles. Quel art du supplice : parvenir à le faire condamner par cette justice injuste qu’il a tant combattue.

Je prendrais le contrôle des rouages administratifs : les préfets. En deux ans je les ferais tous changer pour montrer que je peux défaire les carrières en 5 minutes. Un prétexte futile de sifflets lors d’une de mes visites et hop ! J’exigerais de la ministre de muter le préfet. C’est elle la méchante mais tout le monde sait que c’est moi qui tire les ficelles. Il faut de l’indirect et de l’expéditif pour distiller la peur.

Je parviendrais même à prendre le contrôle de l’opposition. Quelques trahisons. Par la grâce du prince, je ferais notable tel ou tel calife de gauche m’ayant rejoint. De plus, en poussant mon concurrent le plus brillant au FMI, je montre que la gauche est plus ultralibérale que moi. Reste l’ultra gauche qu’on peut embastiller sans preuve réelle mais pour protéger la France. Quelle bonne idée de l’ami Bush d’obnubiler le monde avec le terrorisme alors que la Planète et la finance s’autodétruisaient avec sa bénédiction et les systèmes de corruption et de paradis fiscaux qu’il cautionnait.

Je prendrais facilement le contrôle des intellectuels. Les plus lèches-bottes viennent vers moi si vite. Les porte-paroles et conseillers de l’ancien président de gauche Mitterrand me mangent même dans la main et m’honorent en échange de quelques petits coups de pouce. Pour les rebelles de l’université, je coupe leurs libertés en les soumettant au bon vouloir des présidents d’Université pour « moduler » leurs heures de cours. Je prive indirectement les universitaires de la liberté de pouvoir critiquer que la France leur avait reconnue dans un pacte international.

Élections truquées.

Je prendrais enfin le contrôle des urnes : au cas où ! Il faut de fait que la dictature soit plus avancée pour contrôler les votes manuels et les scrutateurs : j’aurais donc besoin du vote électronique. Je testerais des élections informatiques truquées tout d’abord dans mon parti et je dirais que le vote informatique c’est plus moderne à tous ces crétins que je dirige. Puis je favoriserais l’usage de cette façon de voter. Je serais bien sûr l’ami du propriétaire de l’entreprise informatique qui gère le logiciel et qui me doit tout. Qui osera se lever pour douter des failles de cette informatisation du pouvoir démocratique de base?

Si je voulais être dictateur, je pourrais aussi penser à préparer mon fils pour achever la tâche. Ma dictature serait aigre-douce : sucrée pour certains, salée pour d’autres. Au début elle apparaitrait sans saveur aux pseudo-citoyens, peureux et lobotomisés qui se contentent de mes explications télévisées. Si je voulais être dictateur….

Dis-moi, lecteur, quelle différence fais-tu entre la réalité et le cauchemar?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez