2034 - Les chinois sont entrés dans Paris

Nous allons décrire un scénario d’effondrement dont nous sommes incapables d’estimer la probabilité. Nous ferons donc bien de la science-fiction. La question de l’accession aux biens vitaux et de leur gestion en bien communs sera au cœur de ce scénario d’effondrement. 2034 : Les chinois sont entrés dans Paris. Journal d’un haut-alpin.

Journal d’un haut-alpin

2022

Les revendications de 2019 des gilets jaunes et des marcheurs pour le climat, ont eu pour conséquence  un contrôle systématique et dissuasif des manifestants, et la loi sur les fakenews a fait renaitre une police de la pensée.  Le gouvernement a rassuré la classe possédante.  Le calme semblait revenu.

Mais en 2021 l’effondrement agricole a créé des pénuries alimentaires mondiales. La Chine avec ses moyens financiers rafle alors toutes les céréales sur les marchés mondiaux pour éviter chez elle les émeutes. Les Français découvrent la sensation de la faim. La crise économique fait s’effondrer les infrastructures. Les hôpitaux sont indigents, l’internet s’effondre faute d’entretien des supports techniques qui s’ajoute  à la surveillance que l’état exerce  sur les réseaux.

La Chine avait  acheté l’Afrique dans les années 2000. Avec un discours de propagande bien huilé annonçant  une « win-win cooperation » selon le terme mille fois répété dans chaque pays par le président Xi Jinping, elle se préparait à faire de même avec l’Europe, après avoir déjà mis sous sa tutelle la Grèce, le Portugal et la Hongrie.

En janvier 2022, les sondages donnaient Macron largement perdant. Coup de théâtre, il offre le revenu universel pour tous et encadre le prix du pain. Mais, pour ce faire, il sollicite auprès de Xi Jinping un prêt de 2000 milliards de Yuan. En échange, Macron offre à la Chine la totale liberté d’investir en France: achat des autoroutes, créations de zones d’activité extra territoriales sous contrôle de la police chinoise et non limitation pour les achats de terres agricoles.

Le 8 avril 2022 Macron est réélu.

Le 6 juin 2022, les américains débarquent dans toute l’Europe du Nord. Officiellement,  ils sont juste chargés de gérer la fin de l’Euro et redéfinir les missions de l’OTAN. En fait, ils répondent à la demande officielle des allemands effrayés par l’ouverture de la France aux exigences chinoises.

La France, avec l’Allemagne, les pays du nord et nombre de pays de l’est se mettent sous la protection américaine. Ils conservent l’euro qui est désormais indexé au dollar à parité.

Les autres pays européens comme l’Italie, sortent de l’euro: ils sont de fait abandonnés à l’influence chinoise.

9 mars 2024

Joie de revoir mon ami Marc Chesney, enseignant en Suisse qui vient de m’inviter chez lui. Nostalgie aussi, il est si loin le temps où nous mettions en garde nos contemporains contre les ravages de la finance destructrice.

La frontière franco-suisse est particulièrement contrôlée.

Marc m’explique la votation du 6 mars 2024 : les flux de matières sont contrôlés avec l’étranger ainsi que les flux monétaires qui doivent être approuvés. De plus, la constitution de 1848 a été reprise avec la souveraineté totale du peuple.

Leur votation du mois prochain porte sur l’interdiction de transporter des pièces de monnaie suisses hors frontières. Mais même interdit le franc suisse en pièce de 5 francs restera, comme l’or, monnaie d’échange en France et dans le monde.

Pendant mon séjour chez lui, j’apprends qu’un groupement des cinq plus grandes banques suisses viennent de créer le solidus, une nouvelle monnaie fonctionnant sur un internet privé Suisse sécurisé utilisant la blockchain. Le solidus est adossé à des terres agricoles, des sources d’eau et des mines. Il y a des terres gages de la monnaie d’un peu partout : France, Allemagne etc. Mais pas de la Suisse qui n’autorise pas la vente des terres et de l’immobilier à des non Suisses. Ces monnaies vont avoir un succès mondial et les mois qui suivent aura lieu un achat massif de terres agricoles par ces nouvelles monnaies contrôlées par les banques Suisses.

décembre 2025

Le groupe d’habitants des Hautes-Alpes « La belle démocratie » vient de lancer une monnaie solidarus alpinus basée sur l’achat d’une ferme de 100 hectares dans le Büech. Le propriétaire ne voulait pas vendre aux banquiers suisses du solidus. Ceux qui ont investi ont reçu à proportion de leur investissement des solidarus alpinus et sont copropriétaires de cette terre. Une cinquantaine de jeunes agriculteurs vont y pratiquer de la permaculture intensive en rendement.

Même les moins écologistes se bousculent pour échanger si possible leurs dollars contre cette monnaie. Cependant, elle est fondante pour éviter la thésaurisation. Une taxe de 5% l’an est appliquée qui est reversée intégralement aux autres détenteurs de monnaie immédiatement. De nombreux artisans se sont précipités pour l’accepter si bien qu’elle est devenue monnaie star du département. De nombreux autres achats de terres ainsi que les sources d’eau de Chorges sont devenus ainsi propriétés et biens communs des alpins solidaires.

2027

Plus grand monde ne s’informe. Cela fait des années que la plupart d’entre nous n’ont plus ni télé ni internet. Cela n’existe plus qu’en un réseau accessible qu’aux très riches. En France, l’insécurité est le quotidien. Les milices locales se sont développées. L’état n’assure ni la sécurité ni la santé et fournit juste une éducation pour apprendre à lire et écrire.

La frontière avec l’Italie s’est lourdement militarisée. De fait, la Chine y fait face à l’Amérique,  juste au col de Montgenèvre au-dessus de Briançon. Paulo, un vieux copain sicilien, qui a toujours mené ses petites affaires « sous les radars » passe me voir et me raconte. 

Côté italien, tous les commerces et entreprises sont aux mains des chinois. 20% de la population est chinoise. Les flux de produits agricoles repartent massivement vers la Chine et ne permettent plus de nourrir décemment la population. En Italie, chacun est préoccupé par sa survie. Les paiements se font exclusivement avec les yuans et le millième de Solidus.

Chez nous, sous prétexte qu’elles permettaient d’échapper aux taxes,  les monnaies locales ont été interdites. Le solidarus alpinus a dû disparaître. Les petits réseaux résilients explosent.

Printemps 2034

En baisse régulière depuis 20 ans, les récoltes mondiales promettent cette année d’être encore mauvaises.  Les Etats-Unis affaiblis ont besoin des récoltes françaises. Notre président fait voter un projet de loi. Il s’agit de taxer les terres des non-résidents à 200% de la valeur des récoltes. Il s’agit d’empêcher les chinois de remonter les denrées alimentaires par les autoroutes de la soie. Du coup, la valeur du solidus France des banques suisses commence à s’effondrer.

6 avril 2034

A mon grand étonnement le député des Hautes-Alpes est passé chez moi en vélo ce midi.

Il a lu il y a longtemps sur internet (ici) mon livre « La fabrique collective de la monnaie ». Toutes les monnaies locales en France sont interdites depuis maintenant sept ans et le député se demande dans l’urgence s’il ne faut pas remettre une telle monnaie en service pour le département. Je retrouve au grenier mon exemplaire papier de mon livre. Ce dont il veut discuter avec moi c’est de la taxinomie que j’avais élaborée en 2016. C’est vrai qu’elle semble toujours capable de décrypter ce monde des monnaies nouvelles.

Pessimiste je ne vois pas bien à quoi cela va nous mener. Nous reprenons ensemble le tableau d’analyse qui détaille les fonctions et les valeurs possibles d’une monnaie. C’est bien le mode de gouvernement la caractéristique principale de la monnaie : Qui dirige dit ce que l’on fait des biens communs.

Et le député trace 5 colonnes, une pour chacune des monnaies qui peut parfois tomber dans nos poches et une pour la monnaie dont il rêve pour son territoire… Il lui a déjà donné un nom Pic de Bure.

Je coche en vert les caractéristiques principales des monnaies en circulation. Et le député fait de même pour son Pic de Bure. Pensif, il mordille le crayon.

« Voilà, me dit-il, ce qu’il nous faudrait et ce qui doit nous différencier des autres monnaies. »

 Pour voir le tableau, accéder à l'article complet ici téléchargeable sur mon site ici.

Le député s’apprête à enfourcher son vélo quand mon pote Paulo débarque après des semaines d’absence. On se retrouve dans la cuisine  tous les trois autour d’une tisane penches sur le tableau.  Paulo qui fait toujours ses petits trafics et sait très bien comment ça se passe chez nos voisins italiens nous explique que notre « forme de gouvernement pour tous » est utopique. Pour que le Pic de Bure puisse survivre (et ses promoteurs aussi !), la monnaie doit rester discrète, et même très discrète. Selon lui, si on veut résister, il faut se cacher. Drôle de monnaie qui devrait s’appuyer sur la méfiance et l’exclusion, mais Paulo a sans doute raison.

5 mai 2034

Comme chaque jeudi,  je vais au bourg  à pied … On a gardé l’habitude de se retrouver entre copains pour discuter un peu  même s’il n’y a plus de marché comme avant. Les rumeurs les plus folles circulent.

Je vois arriver en vélo, un p’tit jeune qui avait réussi à trouver un job en Suisse. Il raconte. Toutes les frontières suisses sont fermées. On lui a demandé de partir. Il sort de son sac un journal : un luxe qui n’existe plus en France ! Le Temps de Genève titre « Frontière fermée : la Chine déplace ses troupes vers l’Europe ». Des blindées chinois et des troupes arrivent en une file ininterrompue de la route de la soie et demain ils entreront dans Paris.

Le jeudi suivant, le prix de la baguette en dollar a été multiplié par dix.

Je pense à la discussion sur la monnaie avec le député et aux conseils de Paulo. Maintenant on n’a plus le choix d’hésiter.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.