Dividendes vs Salaires : le Choc!

Au moment où le gouvernement fait semblant de ne pas comprendre le malheur des Françaises et des Français en gilets jaunes, y compris des salariés pour ceux qui ont la chance de l’être, nous avons essayons d'illustrer les raisons de la colère (justifiée!).

Le gouvernement fait le sourd sur l’insupportable inégalité sociale entre salariés et riches propriétaires d’actions et d’entreprises.Nous voulons apporter une petite pierre à cette « discussion ».

A l’heure où la restauration de l’ISF semble impossible, où l’on tente de faire croire que le modèle de société imposé ces 15 dernières années n’a pas généré d’inégalités (« Circulez, il n’y a rien à voir ! »), il nous a semblé intéressant d'y regarder de plus près.

D’un côté l’évolution des salaires de nos pays industrialisés (merci à l’OIT pour son excellent dernier rapport, à trouver ici https://tinyurl.com/yct55w26).

De l’autre celui des propriétaires et actionnaires d’entreprises (résumé au CAC 40 pour des raisons de temps).

Et voilà le choc : quand les premiers ont vu leur salaire croitre de 6% en 15 ans (même pas 0,4% par an), les seconds ont vu leur fortune croitre de 134% sur la même période, soit multiplée par 2,34 !

[EDIT] : un autre façon de le dire : si le SMIC avait suivi la même évolution il aurait été autour de 2 551 euros mensuels, au 1er Janvier 2017 [FIN EDIT]

Selon le gouvernement il n’y a pas débat. En effet, il n’y a pas débat : augmenter  les salaires de +25% ne fera que « rattraper » un dixième de la croissance des fortunes des plus riches qu’il ne faut pas taxer !!

En graphe, c’est encore plus parlant : Évolution comparée des salaires et des dividendes (CAC40) sur les 15 dernières années. (pour les salaires, regarder tout en bas...). Base 100 pour les deux séries de données en 2003.

ComparaEvolution comparée des  Salaires  et Dividendes. 15 ans. ComparaEvolution comparée des Salaires et Dividendes. 15 ans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.