Paris abandonne à leur sort les conducteurs de véhicules électriques

Depuis 2 mois, la ville Lumière (et propre) n'a plus de courant pour les véhicules...propres.

 © @CM © @CM
Alors que, saine initiative, la Mairie de Paris lance sa journée sans pollution automobile, en même temps, cette même Mairie laisse des milliers de propriétaires de véhicules électrique se demm… pour recharger leur véhicules. La Mairie respire, mais pas ceux qui roulent propres...Et les réseaux sociaux s'en amusent...

Le sujet n'est pas de dire quel est le meilleur moyen de transport propre, mais avec l’arrêt brutal de toutes les stations Autolib (merci les PPP, les concessions et autres monopoles privés) le 31 juillet dernier, la possibilité de recharge en Ile-de-France est passée de 1 600 à…86 stations.

Un peu comme si 95% des stations essence de la Région parisienne se retrouvaient définitivement fermées du jour au lendemain. On imagine le bazar au bout de 15 jours…

Quand on veut que se développent des moyens de transport non polluants dans une ville (car on ne peut pas toutes et tous aller au travail à vélo, et pour les afficionados, on se reparle sous la pluie et le froid de décembre), on ne laisse pas 7 semaines sans courant, les citoyens qui se déplacent en 2 et 4 roues électriques !

Une solution temporaire très simple, vu le cout modique des recharges, serait de mettre ces bornes en libre-service. Mais manifestement l’idée n’a pas traversé les brillants cerveaux qui gèrent Paris et sa Région.

Paris, champion du C40 des villes agréables à vivre…, ce n'est pas pour demain !

PS : interdire ces véhicules lors de la Journée sans pollution a, de nouveau, illustré le génie des têtes pensantes de la direction parisienne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.