Lettre ouverte à mon confrère Mathieu Gallet ("CEO" de Radio France)

Cher Monsieur,Mon cher Mathieu,Entre chefs d’entreprise, permets-moi cette familiarité. En effet comme toi, je suis un PDG, Chairman et CEO (comme tu le précises sur ton compteTwitter, enfin toi ou ton - si cher - conseiller en communication personnelle). Entre nous, on sait que ça en jette, PDG, Chairman, CEO, ça pose son homme. Sinon, tu ne le mettrais pas ! Et si cela en jette, c’est parce que nous sommes responsables. De nos actes, nos décisions, leurs conséquences.

M. Gallet © AFP B. Guay M. Gallet © AFP B. Guay
Cher Monsieur,

Mon cher Mathieu,

Entre chefs d’entreprise, permets-moi cette familiarité. En effet comme toi, je suis un PDG, Chairman et CEO (comme tu le précises sur ton compteTwitter, enfin toi ou ton - si cher - conseiller en communication personnelle). Entre nous, on sait que ça en jette, PDG, Chairman, CEO, ça pose son homme. Sinon, tu ne le mettrais pas ! Et si cela en jette, c’est parce que nous sommes responsables. De nos actes, nos décisions, leurs conséquences.

Cela fait 20 ans que je dirige ma boite, et si ça peut impressionner, c’est parce que cela fait 20 ans que je manage des troupes, que je conquiers des clients (oui tu ne connais pas cela, mais c’est un truc clé de CEO). Attends! Je n’ai pas dit que tu n’étais pas vendeur de disques, juste que tu n’avais aucune expérience de CEO dans une boite qui doit satisfaire des clients qui paient, voire de management (et ne me parle pas de l’INA. Il existait déjà que tu n’étais pas encore né !). Et tu sais quoi, les clients, ils reviennent, en redemandent. A priori, vu que je n’ai aucun monopole dans mon métier (oui tu ne sais pas ce que sais mais c’est aussi un truc clé de CEO), c’est que je bosse plus que correctement. Bref, entre nous CEO c’est assumer les responsabilités principales, les plus lourdes de conséquences, celle des prises de décisions clés. Celles où quand tu te plantes, non seulement tu dégages, mais en plus tu perds tout (ça non plus tu dois pas trop connaître). Et le « prestige » du CEO, il est lié à cela, à ses responsabilités quotidiennes écrasantes assumées, sans com, sans pub.

En français CEO, dans sa version commune, c’est chef d’entreprise. Et l’entreprise la plus commune (en millions d’unités en France), c’est la PME (pas celles du CAC 40). J’ai plus le chiffre exact en tête du salaire d’un chef d’entreprise de PME (je parle pas du tien ni de celui d’un «patron» du CAC40), mais c’est environ 50 000 euros par an.  Alors évidemment cela me surprend (sic !) de lire que tu as accepté de claquer près de 4 ans de salaires de patron pour la déco de ton bureau, et 1 an de gestion de ton image. Je ne sais si tu fumes, mais je te conseille d’arrêter de suite : à ce rythme-là ta boite tu vas la couler fissa ! Oups, pardon, je suis bête, c’est avec mes impôts que tu as fait cela. Et bien c’est encore pire !-

Tu n’as pas de vision stratégique du service public (autre que politicienne pour toi, sans doute ta vraie spécialité), tu te mets tes troupes à dos en moins de 12 mois, tu jettes l‘argent public par la fenêtre, tu veux réduire l’ampleur de cette grande maison, et la représentante de tes actionnaires (moi, et tous les citoyen(ne)s français(es)) siffle la fin de la récré !

Tu sais quoi, si t’es vraiment PDG/Chairman & CEO, t’as qu’une conclusion à tirer : t’es nul à ce poste et t’as, vraiment merdé ; alors tu dois assumer et dégager. Plus tu t’accrocheras, te planqueras derrière tes salariés, moins tu seras CEO ! Et puis t’as pas 40 ans (!) et pleins d’amis, alors tu as toute la vie devant toi. La vraie, celle où on a ce que l’on mérite…chaque jour.

Cordialement à toi,

JD

PS : t’aurais pas du me priver si longtemps de Culture, Musique… à mon petit-déj!

PPS : pense à apprendre le bon goût, et efface ta page sur Wikipédia (à part toi et ta maman, personne ne te croit important).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.