La mort d'un grand homme

Il y a des gens qui passent leur temps à expliquer qu'ils avaient tout prévu, tel cet ancien président qui était pratiquement sur le mur de Berlin le jour de sa chute, lors même que les principaux acteurs n'avaient rien vu venir. Ou bien tous ces commentateurs qui, l'effet de sidération passé, avaient vu venir la chute dudit président aux primaires de la droite, le Brexit, la chute des favoris aux primaires de droite d'opposition, de droite de gouvernement, l'élection de Donald Duck, etc...

Il y a des gens dont on s'aperçoit qu'ils ont fait systématiquement les "bons" choix, j'entends ceux dont l'Histoire nous a appris à les trouver naturels, lors même qu'ils apparaissaient à beaucoup contre-nature. Ces gens dont on se dit qu'on aimerait être sûrs que, placés dans les mêmes circonstances, on aurait fait les mêmes choix qu'eux. Ce qui équivaut à dire qu'on n'en est pas sûr du tout. Par exemple Germaine Tillon, véritable résistante dès juin 1940, Daniel Cordier passé "tout naturellement" de l'extrême droite à l'exil à Londres, Pierre Vidal-Naquet signataire du manifeste des 121... Thierry Lévy qui nous quitte aujourd'hui me paraît être de ceux-là.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.