Denis1601
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 nov. 2014

Manifestation à Nantes ce 1er novembre 2014 : témoignage

Je rentre de la manif à Nantes en hommage à Rémi. Comme ce que racontent les médias ne correspond pas à ce que j’ai pu voir, je vais essayer de vous raconter ce qu’on a vécu.

Denis1601
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je rentre de la manif à Nantes en hommage à Rémi. Comme ce que racontent les médias ne correspond pas à ce que j’ai pu voir, je vais essayer de vous raconter ce qu’on a vécu.

Nous sommes arrivés à 14h près de la préfecture à Nantes, il y avait du monde. L’ambiance était plutôt tranquille. Les gens bavardaient. Vers 14h45 je crois, le cortège s’est mis en marche. On s’est aperçu à ce moment là que nous étions nombreux. Le cortège était très calme, presque silencieux. On a remonté le cours des 50 otages sans incident puis on a suivi la ligne de tram pour retourner à la préfecture. Place du commerce, quelques jeunes s’en sont pris aux « forces de l’ordre » mais les organisateurs ont calmé le jeu et le cortège est reparti. En remontant la rue de Strasbourg, à chaque fois que nous rencontrions un barrage de police, il y avait des insultes et des invectives voire quelques projectiles mais là non plus rien de sérieux.

Juste avant la mairie, la police a coupé le cortège en deux en lançant des grenades lacrymogènes et des bombes de désencerclement. J’étais à cet endroit là à ce moment là et il n’y avait aucune raison objective qu’ils interviennent là, les provocations n’étaient pas plus virulentes à ce moment là. Ils ont choisi à mon avis de façon délibérée de faire foirer la manif. Après un temps d’hésitation, nous avons tous rejoint le gros de la manif par les petites rues et comme la police nous empêchait de passer rue de Strasbourg le cortège est reparti dans l’autre sens. Cours des 50 otages, vers le milieu, la police à recommencé sa manœuvre en fractionnant à nouveau le cortège. C’est à ce moment là, et à ce moment là seulement, que des groupes sont devenus plus virulents. La police nous a contrains à l’immobilité pendant plus d’une heure et demie envoyant des lacrymos à chaque fois que le cortège faisait mine de se reconstituer avant de réussir à faire monter en pression certaines personnes présentes et les pousser à s’en prendre violemment aux « forces de l’ordre ».

Je suis convaincu que la police a agi de façon délibérée pour casser la dynamique de recueillement de la manifestation. Si, comme il aurait été logique dans un hommage comme celui là, la police s’était faite discrète et s’était tenue un peu à l’écart, il n’y aurait pas eu d’incident mais cela aurait donné du crédit et de la force à tous les mouvements pacifiques qui demandent des comptes à la classe politique et je pense que certains n’y tiennent pas trop …

Denis

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart